BlackGuards 2 nous entraine dans la folle vengeance de Cassia, une femme défigurée ayant tout perdu suite à la trahison de Marwan. Pour y parvenir tous les moyens sont bons que ce soit la torture, la trahison, de belles promesses de gloires ou de richesses pour celles et ceux qui auront l’audace de l’accompagner.

Tout commence dans une prison qui fait office d’arène d’où il est censé être impossible d’en sortir. Cela n’arrêtera pas Cassia, qui une fois libre partira à la conquête de différents lieux afin d’affaiblir petit à petit la puissante armée du tyran Marwan, le but final étant de prendre son trône.

Comme le titre l’indique il s’agit d’une suite mais je ne vous ferais pas l’audace de vous parler du précédent puisque je n’ai pas eu l’occasion de l’essayer. 

Ayant lu quelques avis et à moins de vouloir connaître toute l’histoire, je ne sais pas si cela en vaut vraiment la peine vu les quelques carences du précédent épisode évoqués dans quelques tests, qui sont heureusement améliorées dans celui-ci.

Sachez que pour ce test j’ai utilisé plusieurs sauvegardes pour pouvoir tester différentes améliorations de personnages ou choix de dialogues, et vérifier à quel point vos choix ont une influence sur votre partie.

Textes : Allemand-Anglais-Espagnol-Français-Italien-Japonais-Coréen-Portugais-Russe

Voix : Anglais

Style : Action-Aventure-Stratégie

Développeur : Daedalic Entertainment

Éditeur : Daedalic Entertainment

Date de sortie : 15 Juin 2022

Prix : 14,99 Euro

Plates-formes Nintendo Switch, macOS, Xbox One, Xbox Series, Microsoft Windows, Playstation 4, Playstation 5

Condition de test : Nintendo Switch en mode dock sur un moniteur, version du jeu 2.3.12654

 

Blackguards 2 est un jeu de stratégie au tour par tour lors duquel vous allez conquérir les villes adverses en menant des batailles accessibles via des drapeaux. Une fois toutes les villes conquises, le niveau final devient accessible afin de s’emparer du trône et de terminer le jeu.

La fin d’une bataille permet de gagner de l'équipement pour l’utiliser ou le vendre et de l’argent pour en acheter un meilleur si nécessaire. Cela donne aussi de l'expérience qui peut être utilisée afin d’améliorer les caractéristiques de ses personnages. 

La chute d’une ville s’accompagne souvent par la capture automatique d’un personnage important. Il est possible de dialoguer avec eux afin de soutirer des informations puis de rendre un jugement définitif par la libération ou la mort.

Parfois lors d’une bataille un personnage neutre (souvent contrôlable) fera son apparition et selon sa survie ou non, il sera peut-être possible qu’il vous rejoigne.

Ce cycle se poursuivra jusqu’au dernier niveau d’où il sera impossible de retourner sur la carte une fois validé. À partir de ce moment, tous vos précédents choix auront un impact plus visible.

Pour lancer une bataille il suffit de placer votre curseur dessus et de valider. Pour connaître à l’avance la difficulté d’une bataille, une indication du niveau de celle-ci est visible en haut à droite de l’écran.

Une fois que la ville ennemie à affronter est sélectionnée, il faut choisir ses héros ainsi que des mercenaires de différents types tels que des lanciers, des épéistes ou des archers. Plus tard dans le jeu, différents personnages s’ajouteront à votre liste suivant vos résultats après une bataille afin de grossir vos rangs et d’augmenter vos choix tactiques.

Puisqu’il est possible d’avoir trois sets d’équipements d’armes par personnages, il est intéressant d’en équiper plusieurs pour être plus polyvalent. Attention de bien acheter les flèches et de vérifier que votre perso en possède suffisamment pour ne pas être à court durant un niveau. 

Lorsque le combat commence, il faut placer ses personnages en prenant en compte leurs différents rôles. Si vous voulez opter pour de la confrontation directe ou plus prudente voir les attendre afin de se placer à la bonne distance pour qu’ils soient proches de vous mais sans pouvoir vous attaquer directement ce qui vous permettra de répondre plus facilement.

Les techniques d’approches sont diverses et il est possible d’utiliser certains éléments du décor comme des caisses pour les faire tomber sur vos ennemis. Une caisse les empêchera de se relever pendant un moment tandis que détruire un pont emportera ceux se trouvant dessus tout en empêchant les autres de le traverser.

Il est possible d’activer différents leviers activant des ponts ou ouvrant des cages ayant des créatures enfermées et bien d’autres éléments influençant les combats.

Une fois le combat terminé et la ville prise, le drapeau ennemis change de couleur pour indiquer qu’il vous appartient et une ville sera alors accessible. 

Il est possible de la visiter pour améliorer vos personnages, faire des achats au marchand et dialoguer avec diverses personnes (ce qui a des répercussions plus ou moins visibles). Exécuter ou libérer un personnage capturé a également une importance vers la fin du jeu mais je n’en dis pas plus pour ne pas divulguacher (oui je sais ce mot est moche) la surprise.

Dans sa quête de la prise du trône, Cassia ne perdra pas de temps sur des sujets tels que la gestion des villes capturées. Donc inutile d’attendre de ce jeu une gestion de ressources ou autres.

Le jeu dispose des améliorations classiques pour ce genre (sorts plus efficaces, personnages avec des statistiques plus élevés, armes faisant plus de dégâts).

Il faut bien lire les textes, à défaut d’un tutoriel prenant la main du joueur pour lui expliquer les améliorations. Il y a un système de magies améliorables, de quatre catégories :

Des sorts de dégâts comme une boule de feu qui peut toucher une large zone (pratique mais attention à ne pas toucher vos compagnons en même temps que vos ennemis).

Des sorts de défense qui peuvent soigner vos alliés ou vous-même, la création d’une barrière absorbant la magie, la possibilité de dissiper des enchantements ennemis.

Des sorts d’affaiblissements qui peuvent réduire l’endurance d’un ennemi ou le rendre aveugle afin de baisser sa précision.

Des sorts de renforcement qui peuvent rendre plus efficaces vos alliés durant une courte période que ce soit la vitesse de leurs déplacements, la possibilité d’esquiver plus efficacement ou l’amélioration des attaques à distance.

Ceci n’est qu’un petit aperçu des différents sorts accessibles pour quelques-uns de vos personnages. 

Pour les personnages n’utilisant pas de magies, il reste pas mal d’améliorations accessibles. Comme les capacités spéciales améliorant les attaques aux corps à corps ou à distance, les capacités passives régénérant des points de mana et des augmentations du nombre de points de vie de vos personnages.

Il y a les aptitudes qui permettront de reconnaître les différents ennemis qu’ils soient humains, animaux voir démoniaques ainsi que la détection de pièges et pas mal d’autres aptitudes diverses.

Avec toutes ces possibilités, il faut prendre son temps et bien lire chacun des écrans afin de faire les meilleurs choix.

Attention : Toutes les améliorations se partagent la même source d’expériences obtenus après un combat. Éviter de tout dépenser d’un coup sur une seule amélioration sous peine de devoir attendre la fin d’une autre bataille pour faire d’autres améliorations.

Maintenant passons plus sur le côté technique du jeu.

Bien que le jeu ne soit pas spécialement bluffant visuellement et parfois un brin austère et répétitif, il y a des combats plus intéressants et mieux réalisés avec des objectifs plus intéressants. Ce qui permet d’éviter au jeu une redondance via une impression d’appliquer les mêmes combats du genre élimination d’ennemis.

Les musiques sont agréables sans qu’elles en deviennent inoubliables mais au moins elles ne donnent pas envie de les couper. Les voix en Anglais sont bien choisies même si j’aurais préféré avoir du Français afin de passer moins de temps à lire les textes. En parlant de textes ils sont nombreux voir beaucoup trop si on veut vraiment suivre et tout comprendre de ce qui se passe dans le jeu. 

Le tour de l’IA ennemie passe vite et malgré quelques errements, elle s’en sort pas mal. Graphiquement le jeu n’est pas un foudre de guerre mais il est très semblable aux autres versions consoles/ordinateurs que ce soit pour la fluidité de la caméra ou la netteté des environnements. Non vraiment je n’ai pas grand-chose à reprocher à ce jeu hormis le fait qu’il soit relativement classique en dehors de sa fin surprenante.

Après avoir terminé le jeu, ce que je retiens des défauts ainsi que des qualités de Blackguards 2 :

Un trop grand nombre d’informations à prendre en compte dès le début du jeu, que ce soit pour la gestion de ses personnages, le but du jeu en lui-même et des objectifs pour terminer des batailles pas forcément claires. 

Un peu redondant lorsque les objectifs sont les mêmes, ainsi qu’un long passage tunnel sans avoir l’impression de suivre une histoire mais plus de jouer des escarmouches pour qu’ensuite cela redevienne intéressant.

Les menus gagneraient à être plus simples. Que ce soit pour le marchand ou pendant les combats avec sa sélection rapide de magies et autres en forme de roue. La sélection rapide n’est pas très claire et parfois le joueur doit batailler afin d’activer ce qu’il veut. 

Les temps de chargement peuvent être parfois longs.

Ce qui est dommage car l’histoire en elle-même… Bien que traitant d’un sujet connu qu’est la vengeance, suivre la quête de Cassia lorsqu’elle est expliquée, via des cut scenes ou des échanges entre les protagonistes, est plus intéressante que d'enchaîner des combats juste pour remplir un nombre conséquent d’heures de jeu.

Le jeu offre la possibilité de varier différentes tactiques de combats selon ses choix d’équipements et de capacités. Parfois une bataille imposera tel ou tel type de personnages utilisables ou une condition spécifique afin de remporter la victoire.

Bien qu’ayant des défauts, Blackguards 2 est un bon jeu pour celui qui saura prendre son temps et s’investir pleinement dans les diverses améliorations et combinaisons possibles (personnages et équipements).

Comptez entre une vingtaine et une trentaine d’heures pour terminer le jeu.

À qui s’adresse ce jeu :

À ceux qui aiment les jeux d’aventures tactiques laissent de multiples possibilités de personnalisation sur les capacités de ses personnages.

À ceux qui aiment fouiller méthodiquement et patiemment les possibilités d’un jeu.

À ceux qui recherchent une histoire où il n’est pas forcément question de bien ou de mal, voire de sauver une princesse dans un château.

À qui ne s’adresse pas le jeu :

À ceux voulant une histoire claire et précise tout au long de la partie.

À ceux qui ont besoin d’un tutoriel expliquant clairement le fonctionnement du jeu.

À ceux qui aiment que les menus soient simples (et non pas simplistes), bien clair pour ne pas avoir l’impression de passer son temps à devoir faire des manipulations fastidieuses.

Test réalisé par Ferio