Une fois n'est pas coutume, DTU va vous parler d'un Rogue-like, et chose encore plus rare d'un Rogue-like mâtiné de Deck Building. Bon d'accord ce n'est pas si rare que ça vu qu'on adore, mais celui-ci est particulier car il est non seulement développé par les créateurs de Faeria (Abrakam Entertainment), mais également par le célèbre créateur de Magic l'Assemblée : Richard Garfield. Voilà un argument de poids qui attise la curiosité pour ce Roguebook de Nacon. Décortiquons donc ce jeu semblable à ses congénères mais avec sa touche bien à lui.

L'enfer du livre

RogueBook situe son histoire après celle de Faeria. Il en est donc la suite directe, malgré un gameplay très différent. Il est question d'un livre ancien contenant les légendes du monde perdue au fond d'un puits de Faeria. La magie du puits corrompt alors le livre qui devient maléfique. On l'appelle alors le RogueBook. Vous incarnez Sharra et Sorocco, piégés dans le livre. Vous rencontrez rapidement Naddim, autre prisonnier littéraire qui vous confie un pinceau magique permettant de repeindre les pages du livre et ainsi progresser jusqu'à son dénouement. Pour être tout à fait honnêtes, l'histoire n'est ici qu'un prétexte à une boucle de gameplay bien rodée mais qui laisse complètement de côté toute forme de narration par la suite contrairement à un Rogue Lords du même éditeur. Après une petite partie tutoriel, on peut commencer une véritable partie, non sans choisir son personnage principal et son personnage secondaires. Seuls Sharra et Sorocco sont accessibles au début, mais rapidement deux autres personnages viendront les rejoindre. Un 5ème est également proposé en DLC à part, mais nous ne l'avons pas testé. Le choix des personnages n'est pas anodin, car chacun dispose de son propre deck de cartes et de spécificités de gameplay. Le choix d'un duo va donc permettre de créer différentes synergies et approches pour renouveler l'expérience.

Slay The Book

A l'instar de titres comme Castle Morihisa et Banners Of Ruin (que nous avons déjà testé), RogueBook puise clairement son inspiration principale dans Slay The Spire. Le principe des combats est similaire dans l'idée avec des ennemis indiquant leur intention d'action, et un certain nombre de points d'actions à utiliser pour jouer des cartes et gérer au mieux la situation. Mais RogueBook propose un twist majeur qui change la manière de jouer. Vous avez en effet deux personnages simultanément. Celui de devant est celui qui va essuyer les attaques ennemies. Chaque fois qu'une carte d'un personnage ajoute de la défense, ce dernier passe en première ligne. Il est aussi possible de changer la position des personnages avec des attaques de charge par exemple. Beaucoup de cartes changent leur action en fonction de la position des personnages, ce qui crée de véritables dilemmes dans l'ordre d'utilisation des cartes et permet de multiples combos. A titre d'exemple, Sharra dispose de deux points de puissance bonus si elle est en première ligne tandis que Sorocco ajoute deux points de blocage en fin de tour s'il est devant. Il faudra par contre veiller à bien répartir dans votre deck les cartes offensives et défensives (et entre les deux personnages) pour ne pas vous faire prendre de court par des ennemis parfois impitoyables. Beaucoup d'entre eux en effet gagnent en puissance au fur et à mesure que le combat dure, vous imposant de ne pas rester de trop en défense. Reste à trouver le bon compromis, car en cas de perte de points de vie, les occasions d'en regagner son rares. Certains personnages disposent de cartes pour cela, mais pas tous (et rarement en grande quantité). Il faudra généralement utiliser des coeurs glanées durant l'exploration pour vous refaire une santé entre deux combats. Si un des héros vient à tomber au combat, l'autre héro continue le combat seul en première ligne et des cartes blessures inutiles sont ajoutées au deck. Toutes les cartes du héros déchu deviennent des cartes spéciales. En utiliser 5 permet de le faire revenir au combat avec une partie de ses points de vie. Quoi qu'il arrive, il revient automatiquement à la vie en fin de combat, mais les cartes blessures restent dans le deck durant tout le chapitre. En effet, battre un boss de chapitre permet de redonner toute la vie aux deux héros et de supprimer toutes les cartes blessures. Si les deux héros tombent au combat en même temps par contre, c'est purement et simplement le gameover.

Promenons-nous dans le livre

Un autre aspect de différentiation de RogueBook par rapport à ses frères de genre est sa manière d'apporter de l'exploration entre les combats et de laisser les joueurs plus libres de leur construction. Chacun des 3 chapitres est constitué d'une carte découpée en hexagones. Seule une partie est dévoilée, dont un chemin allant jusqu'au boss de chapitre en passant par deux combats. En s'y prenant bien, le joueur peut tout à fait aller directement au boss, mais ce serait contre-productif tant l'exploration est un moyen de faire progresser son deck et ses personnages. En utilisant des pineaux ou des peintures spéciales, on dévoile petit à petit des zones de la carte remplies (ou non) de différents points d'attention. Des combats supplémentaires bien entendus pour gagner de l'or et des cartes, mais également des mines de gemmes pour customiser des cartes, des évènements, des coffres, des artefacts et surtout des essentiels coeurs de vie. Contrairement à la plupart des rogue deckbuilder, RogueBook incite à disposer d'un maximum de cartes. Non seulement certains paliers de nombre de cartes permettent de choisir une amélioration pour un perso (ou le groupe) parmi trois, mais le boss de fin en particulier va exclure des cartes de votre deck petit à petit, ce qui peut poser un problème en cas de paquet peu fourni. Entre les parties, le jeu va vous donner de l'expérience permettant de débloquer de nouvelles cartes et de nouveaux artefacts. De plus, les pages du livre récoltées permettent de déverrouiller des améliorations permanentes très utiles pour aider à progresser. Terminer le jeu une première fois n'est pas très compliqué, mais le jeu propose de quoi corser les choses. A chaque partie, il est possible de choisir un ou plusieurs scénario modifiant les règles (et augmentant les gains en nombre de pages récoltées) et augmentant généralement la difficulté. Les scénarios sont classés en trois catégories, et il est nécessaire d'en réussir un pour débloquer le suivant de la catégorie.

Mon avis à moi

RogueBook se pose sur les épaules des géants pour se hisser à leur niveau, et propose une plus grande part d'exploration et une stratégie des combats repensée sans se perdre dans la complexité. Il possède un charme indéniable et provoque l'envie irrésistible d'en relancer encore une petite. Finalement, il pourrait bien arriver au sommet du genre si le 5ème personnage n'était pas caché derrière un DLC payant et si le jeu était un peu mieux optimisé sur Switch. Mais qu'à cela ne tienne il reste dans tous les cas un excellent jeu qui plaira sans aucun doute aux amateurs du genre.

A qui s'adresse RogueBook ?

- A ceux qui veulent une exploration plus libre dans le genre

- A ceux qui aiment les decks plein de cartes

- A ceux qui aiment improviser leur stratégie

A qui ne s'adresse pas RogueBook ?

- A ceux qui aiment optimiser un deck au cordeau

- A ceux qui veulent un peu plus de narration

- A ceux qui en ont marre des rogue deckbuilders

Johann Barnaud alias Kelanflyter