Au lancement du service Apple Arcade sur les Iphones et autres Ipad, de nombreux titres fers de lance ont été signés par le constructeur avec des studios de renom. Various Daylife est un de ces titres, signé avec le Studio Asano de SquareEnix. Développé en sous-traitance par le studio DokiDoki Groove Works, le titre a permis aux utilisateurs de s'essayer à un mélange de RPG et de simulation de vie. Après quelques années de bons et loyaux services sur la plateforme, le titre - qui n'est désormais plus disponible sur mobile - est arrivé fraichement sur nos consoles PS4, Switch et sur PC via Steam. Allons donc décortiquer un peu ce jeu.

A la découverte d'un nouveau monde

L'action de Various Daylife se déroule en l'an 211 lorsqu'un nouveau continent est découvert. Des vagues successives de colons sont envoyés sur ce continent baptisé Antoécie, et ont petit à petit formé la ville d'Erebie. En tant que joueur, vous incarnerez un colon de la 7ème vague, envoyé comme ses congénères pour explorer les terres au-delà de la zone déjà sécurisée. Le slogan du jeu le martèle bien : en Antoécie, on peut effectuer le travail de son choix et vivre comme bon nous semble, tant qu'on est utile à la société. Le jeu se focalise donc son le fait de proposer une expérience très personnelle au joueur. Dommage que l'expérience ne soit pas plus poussée, car dès l'introduction avant d'arriver sur place, le jeu vous proposera de personnaliser quelque peu votre avatar. Le choix est malheureusement un peu maigre (quelques variations d'apparence et choix du genre et du nom). Quoi qu'il en soit, vous commencerez toujours par rejoindre le bureau des enregistrements, puis rencontrerez rapidement des personnages qui deviendront vos camarades et amis, pour la vie de tous les jours comme pour les expéditions. Contrairement à ce que vous pouvez voir sur les images d'accompagnement du test, le jeu est intégralement traduit en français pour profiter au mieux de ces interactions. Chacun dispose de son propre métier et vous proposera de l'aider dans son job qui deviendra alors peu à peu le vôtre si vous le désirez. L'exploration dans la ville d'Erebie se fait de manière très linéaire en se déplaçant horizontalement dans la rue. Pour accéder à une autre rue, il faut se placer à un carrefour et appuyer sur le bouton de validation - qui sert également pour accéder aux différents services de la ville ou pour parler à un habitant. La navigation est très déroutante au début, mais heureusement la ville n'est pas très grande ni complexe et on finit rapidement par trouver ses repères. De toute manière en avançant un peu dans le jeu, un fast travel se débloque pour accéder directement à n'importe quel point clef de la cité. 

Train-train quotidien

Votre vie en Antoécie est rythmée par un calendrier précis ponctué de quelques dates clefs correspondant à des anniversaires, à des fêtes locales ou par exemple de l'arrivée d'un bateau d'approvisionnement. Le jeu n'est pas en temps réel (vous laissant le temps de la décision), mais chaque action entreprise ou presque (les achats en boutique ne font pas avancer le temps) vous occupera à minima d'un "quart" de journée. Pour vous entrainer, il faudra participer à des activités ou des missions en faisant attention à ce que votre barre de fatigue et celle de morale restent assez hautes pour éviter des accidents. A vous de choisir l'activité de votre choix en prenant en compte les points d'expériences qu'elle vous apportera non seulement sur votre niveau, mais également sur vos statistiques. Chaque fois qu'une barre de statistique est pleine, elle augmente définitivement. Mais attention, certaines activités peuvent en faire baisser certaines, et le surmenage est dévastateur sur vos jauges (en plus de vous faire perdre des jours pour vous reposer). Plus vous enchainerez de missions sans vous reposer, plus vous aurez de bonus, ce qui impose un système de risque récompense intéressant. Attention à bien suivre le calendrier, car il est possible sans y prêter attention de passer à côté d'un événement marquant en lançant une activité qui dure plusieurs jours. Si se reposer permet de remonter fatigue et morale, cela remet à zéro votre nombre de quarts consécutifs. Heureusement, il existe des activités reposantes comme le SPA et la balade en compagnie d'un compagnon. Mais ce genre d'activité coûte cher et il faudra là aussi vous assurer d'avoir un compte en banque assez fourni. Bref, tout le principe du jeu repose sur un équilibre constant de nombreux paramètres. Pour accentuer un peu les choses, certains jours mettent en valeur certaines caractéristiques particulières, renforçant le gain éventuel, mais également la perte. Cependant, ne pensez pas un instant participer vous-même aux activités car le personnage part et reviens avec argent et bonus sans aucune action de votre part. Par contre, multiplier les activités permet aussi de déclencher de très nombreux dialogues avec vos amis pour apprendre à mieux les connaitre et faire avancer l'histoire. On se rapproche presque d'un visual novel sur ce plan-là. A noter également qu'il faudra prendre en compte le cycle jour/nuit vu que certaines missions sont uniquement nocturnes ou diurnes.

C'est parti mon kiki

Afin de faire avancer l'histoire qui se déroule en parallèle de votre petite vie routinière, il est nécessaire d'effectuer des expéditions. Pour cela, la première étape est déjà de choisir une zone de l'île (seules les pleines sont disponibles au début, mais d'autres comme la jungle s'ajoutent ensuite), puis un objectif d'expédition. En général, vous choisissez celle qui est la plus proche de votre niveau, à moins d'avoir envie d'en refaire une déjà effectuée. Puis vient le temps du choix des compagnons. Seuls 3 peuvent vous accompagner. A vous de voir qui prendre avec vous en fonction du type de mission et des ennemis probables. Chaque escapade dure un certain temps maximum et il faut alors se préparer en fonction. Il est donc essentiel de préparer son paquetage avec un nombre maximum d'objets à emporter. Ne négligez pas la nourriture et le matériel de campement, d'autant plus si le voyage est long. En effet, chaque expédition constitue une traversée automatique des personnages le long d'une ligne. Le but est soit d'atteindre l'arrivée, soit de réaliser une action (tuer 4 loups par exemple) avant cette finalité. Le problème est qu'à mesure que les personnages avancent sur la ligne, vos points de vie maximum diminuent avec le temps, vous rendant extrêmement fragiles rapidement. Il est alors nécessaire de camper pour récupérer un peu de santé maximum et éventuellement de mana qui ne remonte pas de lui-même. Là encore, le jeu est un calcul permanant de risque à prendre pour optimiser le voyage. Régulièrement, des combats aléatoires de rigueur sont imposés et se déroulent dans un tour à tour classique. Le jeu utilise un système dit des 3 CHA (Change, Chaine, Chance). Pour optimiser les dégâts et augmenter la jauge de super attaque, il est ainsi nécessaire d'utiliser des techniques servant à changer le statut des ennemis (enflammés, électrifiés...). Une fois cela fait, on peut effectuer des chaînes en les changeant plusieurs fois de suite d'état, avant de terminer par une attaque Chance aux dégâts démultipliés. Et lorsque la jauge est pleine, une petite attaque spéciale des familles pour vraiment envoyer du lourd. Attention toutefois au piège des chaînes, car les points de mana fondent comme du beurre au soleil. A vous de savoir quand être économe et quand faire parler la poudre. Si vous tombez au combat, l'expédition est perdue, rien de grave, si ce n'est que vous perdez le matériel emporté et de nombreux jours de convalescence. Pensez donc à vous retirer à temps si nécessaire.

Mon avis à moi

Various Daylife est vendu comme un RPG, et il en possède certaines caractéristiques. Mais ne soyez pas dupes il s'agit bien plus d'un jeu de gestion mâtiné de simulation de vie, de visual novel et d'une pointe de RPG. Il n'est pas mauvais pour autant, mais il est important que vous sachiez où vous mettez les pieds. Agréable par petites sessions, il peut s'avérer très redondant et vous ennuyer sur de longues sessions de jeu. Son format mobile était du coup particulièrement justifié, et il faudra en tenir compte si vous décidez d'y jouer sur console (particulièrement sur PS4 ou Steam, la version Switch étant potentiellement nomade). Noter qu'il faudra tout de même au bas mot une trentaine d'heures de jeu pour en voir le bout.

A qui s'adresse Various Daylife ?

- Aux amateurs de gestion

- A ceux qui aiment multiplier les petites sessions de jeu

- A ceux qui aiment les statistiques

A qui ne s'adresse pas Various Daylife ?

- A Ceux qui privilégient l'exploration

- A Ceux qui attendent un véritable RPG

- A Ceux qui veulent une personnalisation plus poussée

Johann Barnaud alias Kelanflyter