Dans le domaine du roman policier, s'il y a bien un nom assez connu pour rivaliser avec Sherlock Holmes, c'est bien Hercule Poirot. Le personnage de feu Agatha Christie a été ancré dans nos mémoires collectives comme étant un enquêteur hors pair. Le pari de Microids et de Blazing Griffin est aujourd'hui de vous montrer le personnage à ses débuts, avant qu'il ne devienne la légende qu'il deviendra. Voici donc arriver sur nos console - et en particulier sur nos Switch - Agatha Christie Hercule Poirot : The First Cases.

Appelez-moi Détective

Vous ne le saviez peut-être pas, mais notre cher Hercule Poirot n'a pas toujours été détective. Autrefois simple agent de police à la ville, il a été pris dans une affaire où son erreur de jugement a couté la vie à une homme. Tombé un peu en disgrâce, l'Agent Poirot est donc envoyé au vert à la campagne pour être un peu mis sur le banc de touche. Qu'à cela ne tienne, le destin va lui sourire et il va rapidement tomber nez à nez avec une jeune servante nommée Elizabeth venue chercher de l'aide auprès de la police locale pour une histoire de vol. C'est ici que va commencer le prologue du jeu servant à expliquer au joueur les mécaniques de gameplay. Rien de bien complexe sur le principe. On commence par récolter des indices en dialoguant avec les personnages présents et en parcourant les lieux pour examiner les points d'intérêt qui s'affichent. Une fois assez d'indices et de révélations sous le coude, on ouvre la carte mentale pour établir des déductions et ainsi établir la vérité. Cette histoire de vol de bracelet n'est qu'une mise en bouche mais devrait déjà vous tenir en haleine un petit moment avant de démêler le vrai du faux et de pouvoir entamer la suite constituée d'une grande enquête sur 9 chapitres. Au total, Il faut compter 10-12 heures de jeux pour en voir le dénouement (probablement plus si vous souhaitez débloquer les succès in-game qui déverrouillent des artworks et un accès direct à certaine cinématiques.

Elémentaire mon cher Hercule

Si on exclut le prologue, l'essentiel de l'aventure se déroule en huis clos dans une grande demeure familiale de type manoir. La neige tombant à gros flocons va rapidement isoler les lieux du reste du monde et faire que non seulement un Maître chanteur, mais également un (ou des ?) meurtrier(s) vont continuer à vaquer à leurs occupations tout le long de l'histoire qui se déroule sur plusieurs jours. On est véritablement sur les clichés du genre que l'on aime, avec une belle brochette de personnages tous aussi louches les uns que les autres et semblant tous avoir un mobile. L'enquête ne sera pas simple et il faudra se montrer méthodique. Heureusement pour vous, le déroulement de l'enquête est linéaire et par étapes successives. A chaque étape, seules quelques pièces de la maison seront accessibles et certains personnages présents. Le jeu est donc pensé pour structurer le cheminement de l'enquêteur et dévoiler sa pensée de manière logique. On peut se sentir frustré de cette liberté toute relative qui a pour revers de proposer une narration plus efficace, comme on lirait un bon roman policier. Le jeu tire donc plus vers le visual novel que vers le point and click. On ressent fortement ce carcan dans les dialogues ou vous aurez de toute façon à utiliser toutes les lignes de dialogues sans risque la plupart du temps de faire un mauvais choix. Quelques séquences en effet proposent une sorte de joute verbale où il faudra trouver l'approche nécessaire pour faire craquer un témoin. En cas d'échec, le jeu recommence directement en début de séquence jusqu'à ce que ça passe. L'idée est bonne mais aurait mérité d'être un peu plus approfondie. Dans tous les cas, le jeu est intégralement en français, et de ce que j'ai pu voir des vidéos sur internet, le doublage VF est bien meilleur que le doublage VO.

C'est Shaolin le meurtrier !

Si l'exploration est limitée et que les dialogues sont peu interactifs, c'est surtout un niveau de la déduction logique que le jeu prend son sens. Avec un système proche de celui de Murder Mystery Machine du même studio, chaque personnage, lieu, élément ou propos étrange prend place dans un grand schéma mental. Le but est de trouver ce qui relie différents points ou au contraire ce qui ne colle pas. Il est possible d'accéder à ce schéma à n'importe quel moment, mais le jeu très magnanime indique toujours au joueur lorsqu'il y a des liens à faire et si oui combien. Attention toutefois à de rares moments du jeu, il est possible de se retrouver bloquer si on se réfère au nombre de liens à trouver car le jeu indique comme résolu un objectif alors qu'il reste des éléments à explorer. Dans la majeure partie du temps heureusement pas de problème. Si l'intitulé des éléments n'est pas toujours très évocateur, sachez qu'en plaçant le curseur dessus, un descriptif plus détaillé est disponible. Attention tout de même, tout le schéma mental attendu est unique, et il est impossible d'en dévier. Il en résulte des moments de frustration où on a parfaitement compris une déduction à faire, mais qu'on ne trouve pas la bonne combinaison d'éléments pour que le jeu la valide. Pour aider un peu le joueur, chaque combinaison faite à tort est ensuite représentée en rouge ce qui évite de la retenter plus tard et diminue les possibilités restantes. Au final si on reste bloqué un moment, il est toujours possible de se débloquer par élimination. Mais plus vous avancerez dans le jeu, plus il y aura d'éléments et donc de possibilité. Mais la plupart du temps, les éléments à combiner sont souvent proches les uns des autres dans le schéma, ce qui aide un peu.

Mon avis à moi

Agatha Christie Hercule Poirot : the First Cases est un jeu d'aventure qui mise entièrement sur la qualité de sa narration, ses revirements de situations et l'envie du joueur de découvrir le mystère. L'interactivité est assez limitée mais on se laisse rapidement prendre au jeu de ces premières aventures d'Hercule Poirot qui nous sont racontées avec passion.

A qui s'adresse Agatha Christie Hercule Poirot : The First Cases ?

- Aux fans de romans policiers

- A ceux qui découvrir des mystères

- A ceux qui veulent tester leur logique

A qui ne s'adresse pas Agatha Christie Hercule Poirot : The First Cases ?

- A ceux qui ne jurent que par Sherlock Holmes

- A ceux qui aiment les décisions ayant un impact sur l'histoire

- Aux fans d'action

Johann Barnaud alias Kelanflyter