Nous sommes en 2022, et vous connaissez forcement la nouvelle mode du moment, à savoir les rogue-like basé sur du deckbuilding. Forcement avec le carton de Slay the Spire ça donne des envies. Les français de Goblinz Studio sont un peu des spécialistes du genre d'ailleurs avec des précédents jeux comme Iris And The Giant ou NeuroDeck. Rien de surprenant donc de les voir arriver avec Banners Of Ruin, développé par le studio MonteBearo. Les adeptes de Slay The Spire retrouveront ici rapidement leurs marques avec ce jeu très proche mais qui propose une bonne surcouche de complexité.

 

NB: Nous avons commencé le jeu il y a un certain temps maintenant, mais nous voulions attendre de tester convenablement le patch majeur arrivé le 13/12/2021 qui ajoute du contenu et corrige de nombreux bugs (et en ajoute malheureusement de nouveaux) avant de rendre le test.

Les animaux sont nos ennemis, il faut les ruiner aussi

Tous les jeux n'ont pas besoin d'un scénario digne de ce nom, et encore moins un Deck-Builder. Pourtant, les développeurs de Montebearo ont pris soin de justifier les joutes de Banners Of Ruin en opposant deux clans d'animaux anthropomorphes (de forme humaine) dans la cité de Cap d'Aube. Le joueur dirige plusieurs membres du clan Pattenoire, bien décidés à reprendre la ville des mains des oppresseurs. Dans la pratique il faudra en début de partie choisir un ou deux personnages appartenant à l'une des 6 races du jeu : Lapins, Ours, Loups, Souris, Hermine et Castor. Chaque race dispose de ses forces et faiblesses et surtout de cartes spécifiques. A chaque race sa stratégie qui se mariera plus ou moins bien avec d'autres personnages. Durant l'aventure, il sera possible de recruter (généralement moyennant finances) d'autres personnages jusqu'à un maximum de 6 dans le groupe. Le choix de recruter ou non est important, car plus vous aurez de personnages, plus l'expérience engrangée en combats est divisée. De plus, chaque personnage occupe un espace sur le terrain et plus de personnages en scène signifie moins de mobilité possible. Globalement, le jeu reprend une grande partie des codes imposés par Slay The Spire, à commencer par la structure. Une partie se compose de 3 quartiers différents de la ville se terminant pas un boss. Chaque quartier est composé de 3 rues (gauche, milieu ou droite). A chaque fois, il faudra choisir une des rues (symbolisée par une carte) pour aller dans l'événement le plus favorable à notre run actuel. Petite nuance de tout de même, un événement non sélectionné pourra dans certains cas rester proposé au tour suivant. De plus, il n'est pas possible de voir en avance quels choix nous seront proposés par la suite. Les événements sont multiples, mêlant boutiques, choix de dialogues, possibilité d'upgrade, boost d'éxperience, nouvelles cartes ... mais les plus importants sont les combats qui sont tout de même le nerf de la guerre.

En rang serré deux par deux et on se donne la main

La plus grosse différence de Banners Of Ruin avec Slay The Spire, nous l'avons vu se situe dans le fait d'avoir plusieurs personnages à gérer. Ceci a un impact direct sur la tournure des combats. Tout d'abord, chaque camp (vos troupes à gauche et l'ennemi à droite) est composé d'un rang avant et d'un rang arrière, avec pour chacun 3 emplacements (gauche, droite ou centre). Le placement des troupes est vital car les attaques peuvent cibler une rangée ou une ligne entière. Selon les prévisions d'attaques ennemies, il peut être intéressant de se déplacer sur la grille de combat. Seulement, il n'est pas possible de le faire directement, et il faudra utiliser des cartes de notre main pour cela. La base du système est assez classique. On pioche à chaque tour un certain nombre de cartes (plus ou moins important selon le nombre de personnages dans le groupe) et chaque carte demande un certain coût en endurance pour être jouée. Chaque personnage dispose de sa propre jauge d'endurance (qui se réinitialise à chaque tour de jeu) et il faudra donc bien choisir quel personnage pour jouer telle ou telle carte. Ce choix est d'autant plus vital que certaines cartes sont liées à un personnage et ne peuvent être jouée que par lui. De plus, chaque personnage dispose également d'une capacité propre (l'ours par exemple peut annuler les effets indésirables et les transformer en points d'armure) activable en utilisant un point de volonté (contrairement à l'endurance, la volonté ne remonte pas à chaque tour mais seulement à chaque combat). Certaines cartes puissantes peuvent également nécessiter de piocher dans la volonté des personnages. Contrairement à un Slay The Spire, les points d'armure ne sont pas remis à zéro à chaque tour et c'est encore heureux tant les ennemis frappent fort rapidement. Et puis la vie est toujours aussi précieuse vu que les possibilités de soin sont rares. Attention donc aux saignements qui font des dégâts directement à la vie sans être absorbés par l'armure. Le jeu propose de très nombreux états anormaux (positifs ou négatifs) et donc de nombreuses possibilités de build. Pour éviter que le jeu ne soit trop injuste (il l'est déjà bien suffisamment comme ça), seule une rangée ennemie (avant ou arrière) attaque à chaque tour (tant qu'il y a au moins un ennemi dans chaque rangée). Il est ainsi possible d'annuler des attaques en faisant bouger des ennemis d'une rangée à une autre.

Comment je l'ai ruiné !!

Banners Of Ruin est un jeu qui dispose déjà à ce stade d'une bonne brochette de particularités permettant de se singulariser de la concurrence, mais il en reste une autre de taille : le système de ruine. Certains événements ou certaines cartes demandent pour agir de ruiner une carte. Concrètement, cette carte est retirée du deck pour être remplacée par une carte ruine généralement pénalisante (mais pas toujours). Si cette action est réalisée durant les événements, l'effet de ruine sera définitif, mais en combat la ruine ne dure que le temps du combat. Sachez qu'il existe des synergies tirant partie du concept de ruine et qu'il est possible d'en tirer un build de cartes et une stratégie dangereuse mais très efficace. En jouant à ce jeu, soyez conscients que la stratégie est importante car le jeu ne laisse que peu le droit à l'erreur. Chaque décision et en particulier chaque nouvelle carte ajoutée au deck doit être évaluée avec prudence et réfléchie sur le long terme. Bien entendu il reste le dieu RNG qui pourrait à tout moment mettre à mal votre build, mais ce sera à vous de vous adapter au mieux, ou de repartir sur une autre approche. N'oubliez pas qu'en plus de l'or et de l'experience, il faudra gérer l'équipement des personnages, leur attribuer des talents actifs et passifs gagnés avec l'expérience. Le jeu est donc d'une richesse assez incroyable pour un jeu du genre. Il est par contre impitoyable et réserve un gros challenge. Terminer une fois le jeu ouvre de plus une quête annexe à réaliser durant les prochaines parties pour débloquer une nouvelle zone de jeu avec son mini boss et surtout son véritable boss de fin qui vous en fera voir de toutes les couleurs.  En parlant de fin, il en existe plusieurs, ce qui aura tendance à vous inciter à resombrer dans le jeu si par chance vous arriviez à survivre. Depuis la mise à jour de décembre 2021, de nouveaux mini boss font leur apparition et si vous les battez durant la campagne et arriver ensuite à terminer le jeu (pas besoin de faire la quête annexe fort heureusement), vous pourrez débloquer de nouvelles choses. De toute manière, chaque fin de partie vous octroie un pécule d'experience globale ainsi que par race présente dans l'équipe afin de débloquer de nouvelles choses dans le jeu (talents, races...), vous aurez donc de quoi faire pour en faire le tour. Si vous en redemandez encore, le jeu propose d'activer des handicapes pour la partie qui boosteront votre score en fonction. 

Mon avis à moi

Banners Of Ruin est un jeu qui mériterait d'être plus connu. Non seulement il reprend avec brio la recette de Slay The Spire, mais il rajoute en plus une bonne couche de complexité pour une durée de vie plus conséquente. Les possibilités sont nombreuses, mais dans tous les cas terminer le jeu demandera de la patience, de la préparation, de l'endurance et des nerfs à toute épreuve.

A qui s'adresse Banners Of Ruin ?

- Aux adeptes de Deck Builders

- A ceux qui aiment chercher les combos

- A ceux qui aiment avoir mal

 

A qui ne s'adresse pas Banners Of Ruin ?

- A ceux qui se frustrent rapidement

- A ceux qui aiment finir un jeu dès le premier run

- A ceux qui ne savent pas varier les stratégies

Johann Barnaud alias Kelanflyter