On parle souvent de jeux indépendants dès lors qu'ils ne sont pas créés par des éditeurs de AAA. Pourtant, certains sont réalisés avec de gros budgets et des équipes conséquentes. Mais il y a à côté de véritables jeux indépendants fait avec des équipes très réduites. Nous en avons vu un il y a peu avec Heaven Dust 2 et son équipe chinoise de 2 personnes. Mais Ocean's Heart fait encore plus fort en nous proposant un jeu créé (presque) par une seule personne : Max Mraz.  Aidé par l'éditeur NordCurrent, il nous propose une vision indépendante de la Légende de Zelda avec une foultitude d'hommages mais aussi ses spécificités.

La Légende de Tilia

Tilia est une jeune fille qui aide son père et sa soeur à tenir tant bien que mal l'auberge de l'île calcaire. Mais alors qu'elle revient d'aller chercher des provisions dans la réserve, une bande de pirates attaquent le village Ils en profitent pour enlever la petite noisette, meilleure amie de notre héroïne du jour. Son père se lance à leur poursuite, laissant Tilia seule avec sa soeur. Six mois sont passés et la fratrie est toujours sans nouvelle de leur géniteur. Tilia décide donc de partir à l'aventure sur les traces de son père et de son amie pour les ramener à bon port. Cette aventure va l'emmener d'îles en îles dans cet archipel interconnecté bien pratique pour structurer l'histoire. Si l'histoire nous change de l'illustre modèle, on rentre vite dans nos pantoufles confortables en voyant le HUD avec ses petits coeurs et notre héroïne ressemblant fort à la version féminine de Link. Qu'on ne s'y trompe pas, Ocean's Heart est clairement un hommage appuyé à la saga de Nintendo. Beaucoup d'éléments en sont directement tirés, même si parfois détournés. Un simple coup d'oeil sur les captures qui magnifient ce test devrait vous convaincre. Oui, vous aurez des trous dans le sol cachés sous des buissons. Oui, vous trouverez des fées dans des grottes dont l'entrée est à faire exploser à la bombe. Oui, il y aura des énigmes à résoudre dans des donjons. En bref, Oui, si vous connaissez la série à la Triforce, vous savez déjà où mettre les pieds.

Copier n'est pas voler

Heureusement, Max Mraz n'a pas simplement copié la formule d'origine et a su implanter de nouvelles mécaniques pour lui donner une personnalité propre. Evidemment tout n'est pas aussi parfait et fignolé, mais on sent une envie de bien faire et de proposer autre chose. Ocean's Heart est en effet bien plus scénarisé avec tout un système de quêtes principales et annexes. Il est tout à fait possible de terminer le jeu sans tout faire, d'autant que certaines quêtes sont assez volontairement cryptiques. Pour obtenir ces quêtes il faudra entamer le dialogue avec les autochtones qui vivent leur vie dans les multiples villages de l'archipel. Au passage le jeu est traduit (et plutôt bien d 'ailleurs) en français, ainsi que dans d'autres langues comme l'allemand, l'espagnol, le brésilien et même le russe. Pour se soigner, il ne suffira pas de trouver des coeurs lâchés par des ennemis. Il faudra acheter ou cueillir des baies, ou d'autres denrées. Attention donc à ne pas se retrouver à court et à les utiliser avec parcimonie. Mais le jeu vous propose de récolter bien d'autres choses qui serviront à crafter d'autres éléments comme des potions. Rassurez-vous les armes ne cassent pas. La structure du jeu est assez différente et un donjon ne sera pas forcément l'occasion d'un nouvel objet tout neuf, certains objets s'obtenant par ailleurs dans des lieux optionnels et secrets.

L'excellence est un art

Vous vous en doutez forcément, un jeu réalisé par une seule personne ne peut rivaliser avec un triple A d'un point de vue finition. Ocean's Heart souffre donc de déséquilibres dans son gameplay. Par exemple il propose des pics de difficulté surprenants vers le début (quand les soins sont rares). Alors qu'en fin de partie, il est possible de bourriner et de manger sans retenu pour soigner les éventuels dégâts. Le système de combat lui aussi manque cruellement de précision avec des masques de collision assez peu précis. Le système de magie est aussi un peu rudimentaire. Il existe bien une barre, mais l'utilisation d'un sort la vide presque instantanément. Ensuite, il faut juste attendre un peu qu'elle remonte d'elle-même, rendant quasi inutiles les potions de mana. De plus, attention à ne pas gaspiller les bombes, elles sont très rares en début de partie et ne seront disponibles à l'achat que très tard, ce qui ne serait pas un problème si elles n'étaient pas vitales pour entrer dans certains passages. Heureusement d'autres explosifs seront disponibles à un certain moment pour pallier ce déficit. La map également est assez peu claire et n'indique que certains lieux. Mieux vaut avoir une bonne mémoire pour retenir certains emplacements, d'autant que le fast travel a ses limites. Bref, n'attendez pas du jeu une exemplarité d'équilibrage, mais heureusement, cela ne nuit pas à l'expérience globale très bonne.

Mon avis à moi

Ocean's Heart est un jeu plein de charme. Imparfait très certainement, mais on lui pardonne très facilement ses lacunes dès lors que l'on sait qu'il a été créé avec amour. Son hommage à La Légende De Zelda est sincère et il sait aussi nous proposer une histoire simple mais rafraichissante, non sans humour, et avec pas mal d'exploration et de méninges creusées.

A qui s'adresse Ocean's Heart ?

- A ceux qui veulent un Zelda indé

- A ceux qui cherchent une petite aventure dépaysante

A qui ne s'adresse pas Ocean's Heart ?

- A ceux qui aiment la perfection du gameplay

- A ceux qui voulaient vraiment naviguer

Johann Barnaud alias Kelanflyter