Si de nos jours les jeux Neo-Retro sont monnaie courante, lorsque le Kickstarter de Steel Assault a été lancé en 2015 c'était beaucoup moins le cas.  A la base, les développeurs de Zenovia Interactive promettaient un jeu calqué sur la gamme ludique de la NES. Mais quelques années plus tard, le projet a été rebooté en un jeu flirtant avec le style bien plus détaillé des 16 bits (pour l'anecdote, le travail 8 bits a été partiellement recyclé dans Cyber Shadow). Après ce développement compliqué, le studio nous accouche aujourd'hui d'un jeu titillant fortement notre fibre nostalgique.

C'est ma guerre Colonel

On ne va pas se mentir, quand on joue à un jeu comme Steel Assault, ce n'est pas l'histoire qui nous intéresse. Zenovia Interactive a tout de même prit le soin d'en écrire une et de la mettre en scène dans une introduction de très belle facture dans la veine des intro de jeux 16 bits. On y dirige Taro Takahashi, un soldat membre de la résistance contre la menace d'un vilain dictateur. Certes on a déjà fait plus sophistiqué, mais finalement est-ce important ? Il s'agit juste d'un prétexte pour se lancer dans cette aventure et d'y tataner un maximum d'ennemis jusqu'au dénouement final. Autant le dire tout de suite, le jeu est très très court. Steel Assault est divisé en cinq chapitre/niveaux.

En ligne droite sans mourir, tout en connaissant assez bien le jeu pour ne pas perdre de temps, il faut compter 30 minutes en comptant les cinématiques et les crédits de fin. La bonne nouvelle c'est qu'au moins, il est simple de lancer un Run lorsque vous avez peu de temps libre. Rassurez-vous tout de même avant d'en arriver là, il faudra déjà réussir à le finir. Si en Facile et très facile il s'agit d'une simple formalité (les continus infinis aidant), à partir du mode normal c'est une autre paire de manche. Non seulement les ennemis sont plus résistants, mais ils disposent aussi de nouvelles attaques dévastatrices. Mention spéciale au deuxième boss qui vous fera voir l'écran de game over bien trop souvent pour ne pas mettre à l'épreuve votre patience. 

Balance balance balance toi

C'est bien beau de vouloir refaire une partie de temps en temps, encore faudrait-il que le gameplay suivre et donne envie d'y revenir. Steel Assault est un jeu plutôt rapide et nerveux. Le personnage est agile et dispose d'un double saut. Pour esquiver les attaques, il peut effectuer une petite glissade lui procurant une légère invincibilité. Mais attention à bien la timer car elle est très courte et il est impossible de les enchainer. Contrairement à beaucoup de jeux du genre, Taro ne peux pas tirer à distance et doit donc s'approcher des ennemis pour leur assener un bon gros coup de fouet. Heureusement, certains bonus lui permettent d'améliorer son fouet et lui apportant plus de portée. Mais attention ces bonus sont temporaires et chaque attaque diminue leur nombre d'utilisation. Mais si vous arriver à vous approcher suffisamment d'un ennemi pour leur donner un coup au corps à corps, vous récupérerez un peu de charge. Steel Assault favorise donc la prise de risque, ce qui sera nécessaire pour s'améliorer et effectuer un run parfait. A noter également qu'il est possible de détruire certains tirs ennemis en les frappant. L'autre grosse particularité du gameplay est la possibilité à volonté de tirer un filin à l'horizontal, à la verticale ou en diagonale. Celui-ci pour s'accrocher devra pouvoir trouver un support solide comme une plateforme à chacune de ses extrémités. Une fois fixé, le filin permet de se déplacer dessus, mais attention, il disparait si vous le quittez (en sautant par exemple). A vous ensuite d'en récréer un si nécessaire. Un enchainement de filins bien exécuté permet de belles acrobaties et de monter de longues portions verticales. Mais attention car parfois le timing pour réussir à l'accrocher est au pixel près, ce qui n'est pas sans stress lors des combats de boss. Ce qui n'est pas au pixel près par contre, c'est la détection des collisions qui est parfois assez hasardeuse ou en tout cas rarement en votre faveur. Vu qu'il s'agit d'un problème récurrent de l'ère 8/16 bits, disons que c'est raccord.

Beau comme un camion

Jusque-là, le tableau dressé de Steel Assault n'est pas extrêmes reluisant, mais nous n'avons pas encore abordé un point qui était crucial à l'époque : la technique. Autant le dire tout de suite, s'il était sorti sur nos consoles aujourd'hui retro, il aurait fait très forte impression. Imaginez un jeu Super Nintendo de haute volée, avec un souci du détail et une bande sonore dignes de la Neogeo ainsi que des effets graphiques (notamment sur les boss) que seuls des studios comme Treasure ou Konami savaient faire. Les images ne rendent pas vraiment honneur au travail réalisé par l'équipe de Zenovia Interactive, alors je ne saurais que trop vous conseiller de regarder une petite vidéo ou deux avant de le juger, d'autant plus que l'animation est irréprochable. C'est particulièrement valable dans les séquences non jouables (mais avec le moteur du jeu). Dommage par contre qu'il soit impossible de passer la plupart d'entre elles, car en cas de morts contre certains boss, les voir devient pénible à la longue.

Mon avis à moi

Steel Assault est un pur jeu retro, arcade à souhait qui ne s'embarrasse d'aucune fioriture. Aussi techniquement sublime que diablement court, il n'aurait pas dénoté dans une salle d'arcade des années 90 aux côtés des bornes SNK. Forcement c'est une école, et il ne tient qu'à vous de voir si vous y êtes étudiants.

A qui s'adresse Steel Assault ?

- Aux perfectionnistes et Speed Runners

- Aux amoureux du style 16 bits

A qui ne s'adresse pas Steel Assault ?

- A ceux qui ne jurent que par les jeux longs

- A ceux qui veulent jouer à deux

Johann Barnaud alias Kelanflyter