• deathspank  : incroyable.
    IN-CRO-YA-BLE, je te dis!! voilà le premier jeu que je termine à 100%
    depuis... je m'en rappelle même plus. j'ai aussi pour la première fois de
    ma lifebar débloqué tous les achievements, parce que
    ça va de paire (pas de "fait une partie online alors qu'on y a coupé
    l'accès ^^" / 5G ; ou de "tue 150 ennemis sans te faire toucher, mdr" /
    15G). dire que j'aimais pas les jeux à la diablo. j'ai même
    kiffé l'inventaire tant décrié, bien que vers la fin j'étais un peu
    toujours obligé de gérer en flux tendu. bref une petite vingtaine
    d'heures bien remplie, très drôle, où il y a toujours quelque chose à
    faire. j'appréhendais le boss de fin (ma spécialité étant l'abandon de
    jeux au boss de fin...) mais je l'ai démonté en à peu près 10 secondes,
    sans même reprendre de vie. c'est vrai, j'avoue, j'attendais un combat
    plus épique, mais il n'a rien pu faire contre la special de ma spinning blade + glace. quant à la fin... énigmatique, bien content d'avoir acheté le
    2 en même temps. à part ça plus de 3 millions de dollars en poche. pour
    rien :D
  • just cause 2  : les jeux à monde ouvert et moi, cette plaie infinie mangeuse de vie. bref, cette semaine j'ai juste causé une vingtaine d'heures... et avec personne (insert lol here). de quoi
    détruire des centaines de machins qui explosent, éliminer des centaines
    de krypto-communistes, ramasser des centaines de boîtes d'upgrade, et
    parcourir des centaines de kilomètres. mon péché mignon, la balade en
    moto dans des contrées inconnues (j'ai même pas encore découvert la
    moitié des locations). je me suis même mis à faire plein de
    missions annexes, et quand même avancé légèrement l'intrigue principale. pour finir, une confession pitoyable: pendant des heures je n'arrivais
    plus à faire appel au marché noir, le détecteur se coupait en une demi
    seconde. et ce (coincidence?) depuis l'installation du jeu sur la
    console (ce silence, regardez ce silence!). j'ai même recherché sur le net l'existence d'un hypothétique bug. en vain. jusqu'à ce que
    par une réaction surnaturelle dont seule la croix directionnelle du pad
    xbox à le secret, j'appuie brièvement sur bas en voulant changer d'arme
    (j'ai donc appuyé sur la gauche, ahah!). et là le détecteur reste
    pendant genre... plein de secondes. oui, par une mécanique mentale
    déficiente, pendant toutes ces heures, je me suis mis à laisser appuyé
    la direction donc, ça lançait / coupait l'appel en un instant. pfeuh,
    c'est mal foutu ce système quand même. enfin, si j'utilise pas tant que
    ça le teleport, c'est mieux quand ça marche :P
  • rockstar games presents : table tennis  : connus pour leurs midnight club et surtout pour red dead redemption, les keums de rockstar san diego, ont aussi réalisé un jeu de ping pong. logique. vu à 10€, les bonnes critiques de l'époque en tête, j'ai pris
    le jeu en confiance. une fois dedans, ambiance sympa, direction le tuto, j'ai beau avoir 15 ans de jeux de tennis dans la musette, on ne sait
    jamais. et effectivement j'ai bien fait. non pas pour le débloquage
    d'une image de profil, mais bien pour ne pas se faire humilier d'entrée
    de jeu. il y a ainsi beaucoup de subtilités de gameplay. et une fois en
    match, tout va très vite, alors on renvoit à l'instinct un coup, deux
    coups, trois coups, et là le temps d'une fraction de seconde qui semble
    durer presque longtemps, un espace de réflexion se crée, et hop on
    arrive à balancer un coup malin. malheureusement pas toujours avec
    succès, vu que certains échanges furent longs d'une trentaine de coups...
    après une victoire tendue en 3 sets en exhib facile avec un
    noiche au faciès perfide et aux stats crackées, je me lance dans un
    tournoi, et bats plus ou moins facilement mes 4 adversaires d'affilée.
    puis éprouvé, j'ai arrêté. car le plus dur à encaisser en fait, c'est
    d'avoir l'impression de totalement dominer la partie, et pourtant avoir
    seulement deux points d'avance, même si on maitrise bien les échanges,
    une connerie de balle moisie mal rattrapée et c'est des points faciles
    qui défilent. comme en vrai? ça m'a rappelé les longues parties de ping
    pong en tongs l'été dernier. la maîtrise en moins, la piscine à côté en
    plus...

DISCLAIMER: en toute honnêteté, cet article écrit à l'arrache est directement issu d'une rubrique de mon blog sans commentaires, qui ne s'appelle pas "il est 4h..." pour rien. à l'heure du goûter il est temps de se relaxer. par ce geste insolent de copier/coller, je m'ouvre au dialogue, ahah!