Après plusieurs heures de recherche sur la 4D dans le jeu vidéo, je
me lance dans un modeste article sur « wesh, c'que j'imagine ce que
c'est la 4D ». Je voulais introduire ce post par une définition
standard de la 4e dimension mais j'ai juste découvert que le nom était
aussi celui d'un langage de programmation qui parasite les recherches
Google et qu'il y avait énormément de longues et fatigantes
explications mathématiques à base de sphère sur une feuille de papier
(@[email protected]).

 Désolé pour les matheux avides de rigueur et d'exactitude mais la science est un labyrinthe que je préfère survoler...

Néanmoins, au détour de quelques posts, j'ai lu cette phrase : «
Lorsqu'on dit "à dans 2 heures" on parle de la 4eme dimension n'est ce
pas ? Je viens de faire une recherche sur Google et en effet Albe rt
Einstein pensait ainsi. » Pauvre noob dont la contribution a été
royalement ignorée par les esthètes du chiffre, sans aucune
rectification ou précision.
 Moi je la retiens car c'est l'idée de base que je m'en fais. Le temps dans le jeu vidéo.

 D'après mon expérience de joueur, le temps n'est pas encore une
véritable composante du jeu. Raah, je vous vois hausser les sourcils... !
Oui, ok, le soleil se couche dans Zelda 64. Oui, les nuages se forment
dans GTA, vous plongeant alors sous une pluie battante. Et vous avez la
possibilité de revenir dans le temps, dans Braid, en appuyant sur un
bouton.
 Braid est bien sûr celui qui se rapproche le plus de l'idée que l'on
pourrait se faire d'une 4D. Il est possible de « rajeunir ». Vous
avancez, vous appuyez sur le bouton, et vous reprenez à partir d'un
évènement passé. De même, dans tous les jeux, le fait de partir d'un
point A pour arriver à un point B peut être une manière d'avancer dans
le temps.

Mais je ne parle pas de script ou de mécanique de jeu. Dans chaque
titre que j'ai connu, aussi vaste soit il, il faut agir à un endroit
donné pour déclencher un évènement. Dans un RPG par exemple, c'est le
fait de parler à un personnage, d'entrer dans une ville, ou d'exécuter
une autre action qui va faire progresser l'histoire.

Ainsi, le temps n'existe pas. Ou alors, il est complètement défini à
l'avance... C'est une mécanique de domino, aussi intelligemment
scriptée soit elle. Le temps s'arrête lorsque le dernier domino de la
chaîne est tombé.

 Alors dites moi, que pourrait-on faire si un jeu proposait le
vieillissement de l'environnement, qu'il soit architectural, animal ou
végétal ? On parle évidemment d'une monstrueuse complexité de
développement, d'une infinité de formules mathématiques.
       - au bout d'un moment, la mousse se forme sur une pierre
       - au bout d'un moment, le bourgeon éclot et la fleur s'ouvre.
       - au bout d'un moment, la feuille passe du vert au orange, puis elle tombe.
       - au bout d'un moment, le lionceau grandit puis il commence à chasser.
       - au bout d'un moment, le personnage fatigue et devient plus lourd dans ses déplacements.
       - au bout d'un moment, à force de faire le même mouvement, celui-ci devient plus rapide et plus précis.

Je pourrai en faire beaucoup comme ça. Je vous laisse imaginer la
suite, sachant que chaque exemple que j'ai donné pourrait quasiment
justifier le développement d'un seul jeu.

 Certains pourront dire « wai, si on recrée la vie dans un jeu, ça va
devenir chiant ». A ceux là je ferai remarquer qu'au delà du graphisme,
au dela de tout, c'est la base du progrès dans ce média. On a toujours
recherché à faire vivre les univers video-ludiques, à leur insuffler
cette existence pour renforcer l'immersion.

 Si j'enfonce une porte ouverte, si de tels jeux que je ne
connais pas proposent ce genre d'expérience, croyez bien que je
regrette surtout qu'on en parle pas assez.
Le temps dans le jeu
video est un très vaste sujet...  Et je pense qu'il peut faire l'objet
d'une révolution dans l'évolution de ce média...

 Après tout, jamais le cinéma ou le livre ne pourront le proposer...