Kefrens, Spaceballs, Red Sector Inc, Rebels, etc. Autant de noms qui aujourd'hui encore résonnent dans le coeur des amoureux de l'Amiga, que ce soit l'Amiga 500 ou l'Amiga 1200 ou tout autre machine de la gamme.

Retour sur une époque où la scène des demomakers servait à promouvoir les capacités techniques des machines en extirpant de leurs entrailles électroniques le meilleur d'elles-mêmes. Bon nombre de revendeurs utilisaient ces démos, réalisées gratuitement, juste pour le fun et l'exploit technique, et force est de constater qu'ils ont vendu des palettes complètes d'Amiga. Les clients étaient souvent époustouflés par les démos et se disaient que cette machine promettait mille et une merveilles à venir... Alors que dans les faits, l'Atari ST dominait encore le marché, tout comme l'Amstrad qui résistait bien en France et que l'Amiga peinait à s'imposer.

A ce petit jeu là, la scène Amiga s'imposa assez rapidement, grâce en grande partie aux cohortes de démomakers venus du Commodore 64. Aguerris au codage et à l'optimisation, ils permirent de réaliser très rapidement un fossé technologique important face aux démomakers de la machine concurrente : l'Atari 520 ST.

Dans cette vidéo je reviens sur quelques démos qui ont marqué le début des années 90, avec en point d'orgue : Hardwired, la démo où un jeune musicien nommé Jesper Kyd fait ses gammes... Il deviendra plus tard l'un des plus grands compositeurs de jeux vidéo (Hitman, Assasins's Creed, Dark Siders 2, etc.

- State Of The Art de Spaceballs
- 9 Fingers de Spaceballs
- Hardwired de Crionics et The Silents et des extraits de Red Sector Inc (RSI) Megademo et de Rebels Megademo. En bonus le making-of de 9 Fingers.

Alors oui ce choix est purement arbitraire et on peut regretter l'absence de telle ou telle démo mais il fallait bien s'arrêter à un moment donné. Je n'ai donc conservé que les démos marquantes du début de l'apogée de l'Amiga.