Test écrit le 20/11/2007

 

Premier Mario
à débarquer sur la Wii, Mario Galaxy aura su se faire désirer avec son
système de gravité et de planètes. Alors, Miyamoto nous a-t-il pondu un
chef d'œuvre, la Wiimote change t elle quelque chose à la jouabilité,
vomit on après une heure de jeu ? Toutes les réponses sont dans ce test
!

Des étoiles à perte de vue

Pas de surprise, ou presque pas en tout cas, ce Mario commence donc
avec la traditionnelle
scène de l'enlèvement de la princesse Peach, la chérie de Mario, par le
diabolique Bowser, une créature dragonesque dont la seule ambition est,
soyons honnête, de faire chier Mario. Si le fond ne change pas, la
forme, elle, est différente, car le grand méchant à carrément détaché le
château de la princesse pour l'emmener dans l'espace à l'aide soucoupes
volantes. Heureusement Mario veille au grain et s'accroche à un morceau
du château...Avant de se faire éjecter dans le vide sidéral... Et de tomber
sur une planète. Voila la base du scénario posée, je vais pouvoir
enchainer avec le reste !
Vous rencontrerez différents personnages au cours du jeu tels que des
petits robots, des toads bien sur, les inoubliables pingouins et même
votre frère Luigi ! Quant aux ennemis, on en retrouvera beaucoup
d'anciens comme les Goombas et les Boos, mais aussi pas mal de
nouveaux, dont notamment des ennemis utiles, comprenez par là qu'ils
vous serviront à avancer dans le niveau (la plupart du temps en vous
faisant sauter plus haut).
En ce qui concerne l'ambiance générale du jeu, on aurait pu penser que
le fait d'être dans l'espace implique des couleurs plus sombres ou
froides, mais ce serait mal connaître Mario ! En effet, les galaxies
sont toutes différentes et tournent toujours autour d'un thème, voir
deux. Ainsi on aura le droit à la planète de feu, celle de glace, celle
des jouets... Une trentaine de thèmes différents qui feront qu'on ne se
lassera pas souvent et qu'on aura plaisir à découvrir une nouvelle
galaxie. Niveau graphismes le jeu s'en sort très bien, les niveaux sont
agréables à l'œil et on prend plaisir à les parcourir, l'univers Mario
est très bien retranscrit. On notera tout de même un effet de brillant
peut être trop utilisé, mais cela n'affecte en rien la qualité
graphique. Mais le jeu va encore plus loin lors de certains niveaux en
affichant carrément des éléments 2d de Super Mario Bros qui
rappelleront de bons souvenirs aux plus nostalgiques. La nostalgie
également présente dans les musiques. Les musiques sont toutes
magnifiques et contribuent grandement à l'ambiance du jeu. Ainsi on
retrouvera des vieux thèmes d'anciens Mario remixés pour notre plus
grand plaisir mélangé avec de nouvelles compositions très « galactiques »
je dirais. Bref que du bon.

 

 

Des niveaux renversants

Avant d'entrer dans le vif du sujet, passons par la case jouabilité.
Concrètement la Wiimote n'apporte pas grand-chose au jeu en lui-même,
mais se révèle cependant indispensable : MG se joue comme Mario 64 avec
A pour sauter, joystick pour se diriger, Z pour se baisser et c pour la
caméra. La Wiimote vous servira ici à faire une attaque tourbillon (un
bouton aurait suffit au passage) qui sera au centre du gameplay, mais
le pointeur sert aussi à récolter des étoiles, d'où l'utilité de la
Wiimote. Certains niveaux vous demanderont également de diriger Mario
sur une raie pour surfer ou sur une boule un peu à la Monkey Ball. Au
début cela peut paraître dur mais quand on s'y habitue il faut dire que
la Wiimote remplie bien son rôle à ce niveau.
Venons en maintenant au cœur du jeu : les planètes. Le thème de ce
Mario étant l'espace, on y retrouve en toute logique la gravité. Sur ce
point je dirais qu'on s'étonne souvent des nombreuses possibilités de
jeu lié à cet élément. Ainsi on tourne bêtement autour des planètes
pour constater, et on est carrément étonné de voir la façon dont le
concept est utilisé. Cependant, dans des cas très rares, ca devient dur
à jouer. Deux gros points faibles selon moi : Le premier c'est la
caméra. On nous donne l'impression de la contrôler mais elle est
souvent impossible à bouger. Quand on a la tête à l'envers, ca peut
être énervant. Mais le pire je pense est le fait que les mouvements
soient inversés, ce qui bien sur est logique, mais quelque part on ne
s'y habitue pas. Comprenez par là qu'avancer la tête à l'envers vous
fera reculer. C'est très déstabilisant, voir fatal dans certains
niveaux.
La structure des niveaux est la même un peu partout : en gros une
galaxie est composée de niveaux standards, d'un ou plusieurs niveaux
bonus et du niveau Bowser.
Les niveaux standards sont généralement une grosse planète entouré de
petites ou alors un ensemble de petites planète. Le problème du système
de planète est que le sentiment de liberté est atténué. Il vous faudra
toujours trouver une sorte d'étoile propulseur ou la recréer à partir
de 5 fragments pour avancer sur l'autre petite planète, sauf sur les
grosses planètes bien sur où vous aurez le droit à un peu
d'exploration. Mais là encore la liberté est réduite car en
sélectionnant une étoile, tous les chemins non nécessaires à la récupération de cette
étoile seront tout simplement fermés. Le jeu est donc très dirigiste,
et moi qui l'ait en japonais (langue dont je ne connais absolument rien)
je n'ai jamais eu aucun problème à trouver une étoile ou comprendre ce
qu'il fallait faire... Bien sur cela ne signifie pas qu'on s'ennui, bien
au contraire, les phases de plate forme et les minis casses tête liés à
la gravité sont toujours très intéressants et on prend plaisir à
parcourir les niveaux. De plus ce manque de liberté renoue un peu avec
les origines de Mario, ainsi on parcourt le niveau en partant du début
pour aller vers la fin, un peu comme dans les Mario 2d.
Les niveaux bonus quant à eux sont très intéressants car ils proposent
souvent des défis amusants (course à dos de raie Manta) ou des casses
tête géants. On prend vraiment plaisir à les faire en tout cas.
Les niveaux Bowser eux sont un ensemble de casses tête plus ou moins
difficiles qui se terminent par l'affrontement d'un boss : Bowser ou
mini Bowser. Le dernier niveau Bowser est par contre magnifique,
regroupant presque toutes les énigmes du jeu en plus dur. J'ai adoré !

 

 

Deux univers différents

Dans Mario Galaxy les étoiles sont les stars (fallait bien que je la
sorte celle la !), ainsi dans le jeu les étoiles collectées dans chaque
galaxie servent à ouvrir d'autres galaxies, puis enfin celle de Bowser
qui vous permettra de gagner une grande étoile par observatoire,
servant à ouvrir un autre observatoire.
Ce qui m'a beaucoup frappé dans le jeu, c'est le fait qu'il soit
pratiquement « divisé » en deux. En effet, dans chaque Galaxie les
trois étoiles de base sont assez simples et accessibles, certaines
étant même trop facile à obtenir. De plus, chaque niveau reste assez
dirigiste et ne propose qu'un chemin: celui qui mène à l'étoile voulue.
On sent bien là une envie d'ouvrir le jeu au
grand public et de ne pas rebuter ceux qui n'aiment pas les jeux trop
difficiles. Ainsi avec 60 étoiles, soit la moitié de toutes les
étoiles, on pourra aller défier une dernière fois Bowser et finir le
jeu. Cependant le jeu n'est pas fait que pour le grand public, et les
60 autres étoiles sont là pour les fans de Mario ou plus généralement
ceux qui aiment les défis. Ainsi on aura le droit à différents types
d'étoiles bonus :
-Les étoiles cachées, qui sont parfois assez dure à trouver ou qui propose un défi sympathique.
-Les étoiles comètes, véritable challenge, certaine vous proposeront de
finir un niveau dans un temps limité, d'autres de vaincre un boss avec
un seul point de vie, d'autres encore d'affronter un Mario Bleu
Intersidéral lors d'une course et enfin la dernière de faire un niveau
entier avec un point de vie. A noter qu'après avoir fini le jeu
apparaîtront les comètes violettes qui vous proposent de récupérer 100
pièces violettes dans un niveau. Le premier niveau m'a fait rire. Le
deuxième m'a fait pleurer ! Un vrai défi que je n'ai d'ailleurs
toujours pas fini.
-Les étoiles secrètes, pour chaque observatoire vous aurez une étoile
rose qui apparaitra, il faudra alors la nourrir de fragments d'étoiles
récoltés dans les niveaux pour accéder à une galaxie secrète, bien
souvent des niveaux assez difficiles à jouer mais assez amusants.
-Les étoiles vertes, il n'y en a que trois et elles vous permettent
d'accéder à trois galaxies secrètes, qui vous feront revivre des
niveaux d'étoiles secrètes mais en mille fois plus dures. J'ai vraiment
pété un câble sur ces niveaux, mais je me suis bien amusé quand même.
Mais de manière général le jeu est assez facile, cela se retrouve au
niveau des boss, qui bien qu'assez variés (sauf vers la fin avec des
anciens boss en plus fort) sont très faciles à battre. On remarquera
aussi que les vies s'accumulent vite, ainsi il m'est arrivé de gagner
de vies même en perdant car le niveau en était rempli. Comme pour
remédier à cela le jeu vous ramène à 5 vies à chaque redémarrage. Mais
il vous en redonne aussi tôt 5 de plus... Les trois points de vie
sont là pour rendre le jeu un peu plus corsé, mais ils sont souvent
complétés par un champignon en rajoutant 6, ce qui fait de vous un
homme invincible.
Enfin pour finir, on ne s'ennuie que rarement dans ce Mario, car il est
très diversifié, peu de niveaux se ressemblent et les multiples
transformations (abeille, fleur de feu, fleur de glace, fantôme,
ressort, invincibilité) ajoutent de la variété et renouvellent le
gameplay.
Enfin je finirais avec le mode deux joueurs. C'est assez mitigé, il
plaira aux gens qui ne jouent pas souvent et veulent juste accompagner
un joueur, cependant les vrais joueurs le trouveront très inutile...Donc
ca peut être bien pour un enfant ou un adulte ne jouant pas aux jeux
vidéo, mais ne compter pas passez de longues heures dessus avec votre
meilleur pote.

 

 


Super Mario Galaxy est un superbe jeu que chaque possesseur de Wii se
doit de posséder. L'esprit de tous les Mario y est réuni pour un
plaisir de jeu immense. De plus le jeu se veut ouvert à tous, les
débutants et les joueurs en manque de défi. Ainsi, ce Mario cherche à
rassembler tous les joueurs autour d'un concept novateur : la gravité.
Et comment résister à cette gravité qui nous attire ?