Pour cette première -recyclé de mon ancien blog- (et avant de m'attaquer aux monstres sacrés), j'ai choisi de mettre en lumière un artiste encore peu connu en Europe, il s'agit de Jimmy Gnecco. Anciennement leader du groupe "Ours" dont il était la voix principale de 1992 à 2008, date du dernier  des quatres albums du groupe, c'est à 33 ans et au terme d'une courte collaboration avec Brian May (un des guitaristes de Queen) que Jimmy James Gnecco, de son véritable nom, décide de s'émanciper de son groupe au travers d'un premier disque solo intitulé "The heart", paru en juin 2010.

Révélation Rock pour certains, grand artiste en devenir pour d'autres, sa voix atteint pourtant déja les altitudes de celles de Bono (U2), Tom York (Radio Head) ou encore celle du cultissime et défunt Jeff Buckley auquel il est parfois comparé, c'est dire le potentiel de cet auteur/compositeur/interprète.

"Là où tant d'autres, avec une facilité aussi insolente pour le chant libre, joueraient vite la Castafiore, le concours d'amygdales, lui ne se pavane jamais dans la démonstration : sobre dans sa flamboyance, humble dans sa démesure, sa voix se contente patiemment, savamment, de labourer l'échine de ses ongles toxiques."
(Les Inrocks)

Je vous propose donc d'écouter "Light on the Grave" ou "Lumière sur la tombe", un morçeau dont le texte fait  vraisemblablement écho au tragique décès de sa compagne survenu en 2002, suicidée alors que l'artiste, père de deux enfants et agé de 25 ans à l'époque, était en pleine tournée.

Montez le volume et bon voyage.

Enfin, sachez que vous pouvez écouter la version studio en intégralité sur Deezer. En outre, je vous rappelle que le nouveau concours vous permettant de remporter en est disponible ici.

Wanda.