Octobre 1999 voit Sega sortir en France sa nouvelle bécane - un an après le Japon - dotée d'un potentiel hors du commun et synonyme de belles
promesses: la Dreamcast. Je me la suis procuré dès son arrivée en
magasins et ai de suite été emballé par ses graphismes supérieurs aux
bornes d'arcade, et un bon nombre de jeux a tourné dessus. Première
console à tenter le jeu en réseau (en 56k!), pourvue d'un système
d'exploitation Windows (Microsoft apprend avant de construire sa X-Box), elle est malheureusement délaissée par les joueurs qui attendent la
nouvelle Playstation, ainsi que par de gros studios comme Electronic
Arts ou Squaresoft par exemple. Vraiment dommage, car beaucoup moins
difficile à programmer que sa concurrente à venir, elle nous éblouit les rétines par de bien beaux hits dès sa première année.

Made in Sega et venant de l'arcade, Virtua Fighter 3, Virtua Tennis,
Virtua Striker 2, Virtua Cop 2 (quel label!) Crazy Taxi ou encore House
of the Dead 2 investissent la machine à la spirale. Sonic Adventure
remet la mascotte sur le droit chemin après les ratés sur Saturn, et
l'exceptionnel Shenmue claquera bruyamment la face de ceux qui s'y
seront essayé. Enfin, Chu Chu Rocket et son concept accrocheur a eu
l'honneur de nous faire connaitre les joies du online.

Capcom lui développa Resident Evil :Code Veronica avant de le transposer des années plus tard sur d'autres supports, puis porta les épisodes 2
et 3 de la série tout comme Dino Crisis, et enfin y sortit des Rival
Schools 2, Power Stone et Marvel Vs Capcom identiques à l'arcade. Autre
jeu de baston, Soulcalibur de Namco est clairement le meilleur jeu de
combat de la machine, mais il ne faut pas oublier Dead or Alive 2 de
Tecmo et Garou: Mark of the Wolves de SNK.

Les RPG se font malheureusement rares, et je ne retiendrais que Skies of Arcadia, Grandia 2 et Phantasy Star Online pour représenter le genre.
Les jeux d'aventure de manière plus générique ont quelques beaux
spécimens: Blue Stinger, Carrier, Alone in the Dark 4 pour le survival,
Tomb Raider 4 et 5, The Nomad Soul, Headhunter pour
l'action-exploration. L'infiltration est présente avec un Chicken Run
que j'ai beaucoup apprécié!

A plusieurs, ce sont les joutes de Worms World Party et de Bomberman
Online qui ont enjoué mon salon, et le sympathique Les fous du volant
pour des courses autos de dingo.

Le manque de soutien des éditeurs à abouti à un triste consta:
énormément de jeux provenant des bornes d'arcade, et seul Sega a soutenu sa machine jusqu'à son dernier souffle. Elle avait pourtant une telle
puissance en elle, quasi-égale à celle de la Playstation 2 qui a vu ses
premiers jeux de qualité inférieure à la sienne. Ma console coup de
coeur, à jamais...