Les années 90 représentent l'âge d'or du survival-horror, avec des
titres comme Alone in the dark, Silent Hill, Parasite Eve et bien
évidemment Resident Evil. Le créateur de ce dernier - Shinji Mikami - a
ensuite donné naissance à un jeu inspiré par Jurassic Park: Dino Crisis, nous contant les aventures de Regina dans un laboratoire qui a vu un
morceau de préhistoire arriver à notre époque, et où la fuite est la
meilleure chose à faire contre ces dinos bien trop résistants pour nous. C'est un contre-pied total que Mikami donne à sa suite, jeu d'action
flamboyant sorti en 2000.

Car Dino Crisis 2 change radicalement dans la forme et dans le fond,
surprend le fan de l'ambiance du premier opus et lui réapprend à jouer.
Fini la peur, place à une frénétique série de chapitres orientée à fond
dans le dégommage de ces grosses bébêtes, situés dans des décors
précalculés (le 1 était en 3D) et mettant en valeur un système de combos dont nos récompenses dépendent fortement. Plus on en fait, plus on a de pognon pour améliorer notre armement; et ce n'est pas chose aisée tant
les dinos se déplacent à grande vitesse. Réflexes et dextérité y sont
mis à l'épreuve, tandis que des phases de shoot à la Time Crisis varient le gameplay pour notre plus grand plaisir. Pour ne rien gâcher, le soft montre une nouvelle fois la maîtrise de Capcom dans les environnements
2D, qui sont encore aujourd'hui superbes.

L'histoire se déroule après le premier opus, où le danger avait été
éradiqué par notre militaire d'héroïne qui est encore une fois appelée
suite à un nouveau problème. Dans le 1 ce sont les dinosaures qui sont
venus à nous, dans le 2 c'est une base de recherche entière qui a
disparu pour se retrouver au crétacé; et un escadron est alors envoyé
dans le passé pour ramener ces scientifiques imprudents. Regina est donc de la partie, accompagnée d'un second perso jouable du nom de Dylan. Le joueur alterne alors entre les deux héros, séparés dès leur arrivée et
découvrant les secrets de cette base en pleine jungle.

Voila un grand souvenir sur ma PS1, dont j'attends encore aujourd'hui
une vraie suite tant le final de DC 2 nous garde en haleine. Il y eut
bien un troisième épisode, mais se déroulant dans l'espace et sans vrai
lien scénaristique; en plus c'était sur XBox et je n'ai pas possédé
cette machine. Allez, messieurs de chez Capcom, je suis sûr ne pas être
le seul à espérer retourner dans le passé afin de sauver "spoil" tout en trippant sur le dézingage de dinos par milliers!