Si vous n'avez pas lu le premier "épisode", je vous invite à aller y jeter un coup d'oeil pour mes impressions sur le tout début de l'aventure : http://www.gameblog.fr/blogs/ladanettedu94/p_58101_je-joue-a-ff7-pour-la-premiere-fois-1

 

 

 

Jouer sans ne rien connaître du jeu permet au plaisir de découverte d'être à son paroxysme !

 

Cela fait déjà 4 mois (presque jour pour jour) que j'ai commencé FF7. J'ai fait évidemment une très grosse pause, et maintenant que j'ai une PSP, j'ai décidé de continuer l'aventure sur ce support. Du coup, j'y joue dans les transports. Je passe rapidement sur les différences que ça engendre : les phases un peu longuettes semblent moins longues, les décors sont moins pixellisés, mais on perd évidemment en épique et grandiloquent, de part la taille de l'écran. Mais au moins, c'est un peu moins brouillon au niveau des décors.

J'en suis désormais à 15 heures de jeu environs, j'ai bien bien entamé le côté plus libre du jeu, et là je reconnais quand même bien l'ADN de FF6 (et précédents). On se ballade de villes en villes (même s'il n'y a jamais vraiment de moment où on peut choisir entre plusieurs villes, c'est très grand et espacé, mais il n'y a qu'un seul chemin), on rencontre plein de monde sur notre chemin, c'est l'aventure à son paroxysme !

Question scénario, je me rends compte que même s'il fait l'affaire, il est clairement loin d'être solide : on nous balance des concepts ultra importants de l'univers vachement tard, les flashback sont un peu faciles pour raconter ce qu'il s'est passé à une certaine époque (et ils sont trop fréquents, on en a quasiment un à chaque ville)... Mais pourtant cette dualité de temps (tout le monde a une histoire, un peu comme dans Mass Effect 2, récemment) donne un cachet aux villes qu'on visite, on sent qu'il s'y est passé des choses, leur design est d'ailleurs fait pour. Par contre, quelque chose me choquera toujours : la planète est en danger, on passe dans une sorte de parc d'attraction, et l'un des personnages s'écrie "ouais, amusons-nous !!!"...

Surement l'endroit le plus WTF que j'ai rencontré du jeu...

 

Je vais quand même parler du plus gros défaut du jeu : la navigation. Parfois, ça arrive qu'il y ait quelque chose comme 4 écrans d'affilée qui ne servent à rien. Alors, je comprends que ça soit pour donner de la consistance à l'environnement, pour que tout l'univers ne puisse pas être influencé par notre personnage. Mais quand c'est foutu à un endroit où il y a des combats aléatoires, qu'on se tape 6 fois la même musique, les mêmes animations, les mêmes attaques, tout ça pour arriver dans un cul-de-sac (ils pourraient au moins y mettre un objet, à la pokémon), c'est rageant. Je pense aussi que c'est un souci de game design, pour nous éviter de faire du levelling intentionnellement, par exemple avant un boss, ils estiment que c'est possible que le joueur ne soit pas assez fort, donc on lui met plein d'écrans inutiles pour qu'il se tape plein de monstres et qu'il monte de niveau. Enfin, je spécule.

Ce passage est esthetiquement réussi, mais au bout du 750 ème combat aléatoire qu'on se tape, puis se rendre compte que je suis allé à cet endroit trop tôt dans le jeu (il me manquait donc des objets clé) est quelque chose d'assez enrageant.

 

Dernier petit point que je trouve un peu étrange, c'est le rythme. Parfois, pendant deux heures, on va limite assister à une pièce de théâtre intéractive, avec des tonnes et des tonnes de dialogues pour raconter l'histoire. Puis, pendant une heure, pas le moindre dialogue, que de la découverte d'un endroit nouveau qui n'a pas d'histoire, donc là on tombe dans le RPG pur et dur. Ce n'est pas vraiment un défaut en soi, mais c'est bizarre que les éléments scénaristiques ne soient pas répartis plus équitablement. Clairement, pendant les moments où on voyage sur la carte, il peut se passer énormément de temps sans le moindre dialogue. Ca m'a paru déroutant, surtout après un très long moment de narration.

Bon, après, il y a un paquet de moments absolument fascinants, dont le premier qui me vient à l'esprit est l'explication du fonctionnement de l'énergie Mako, qui m'a juste scotché. C'est un exemple parfait de comment rendre un concept basique (voire cliché, d'un point de vue du genre fantastique) super intéressant et juste super beau. Notamment les moments où on passe d'un dialogue simple à une scène en images de synthèses, avec parfois les personnages toujours en temps réel à l'écran et intégrés de manière magistrale. Vraiment, même en 2012, j'ai trouvé ça impressionnant !

Le mélange entre décors en images de synthèses et personnages en temps réel est vraiment impressionnant à ce moment précis du jeu. Certainement mon passage préféré pour le moment.

Niveau gameplay, c'est plutôt intéressant, mais je sais pas pourquoi avant de m'y mettre j'ai toujours pensé que les FF étaient des jeux dans lesquels il fallait beaucoup réfléchir. D'ailleurs, les très nombreux tutoriels au début du jeu m'avaient confortés dans cette idée. Mais au final les combats sont jamais des casse-têtes comme peuvent l'être ceux de Pokémon. Si l'ennemi est immunisé à tel pouvoir, on attaque avec l'autre et puis voilà. Ca ne me dérange pas trop, et puis le jeu n'est pas très difficile pour le moment (je suis mort une fois en 13h de jeu). Par contre quand je rencontre un ennemi pour la première fois, j'aurais aimé que leurs pouvoir soient plus explicites. Le bestiaire est parfois tellement bizarre (on se bat contre des miroirs volants, des mecs sans tête sur des haches géantes, et autres trucs indescriptibles !), qu'on arrive pas trop à comprendre ce que font leurs attaques, principalement quand ils altèrent "l'état" de nos personnages. Dernier petit point vraiment très frustrant : certains ennemis sont simplement... Chiants ! Exemple : les grenouilles qui nous transforment en grenouilles qui dorment (sérieusement, qu'est ce qu'ils ont fumé ?), et qui rendent le combat simplement beaucoup plus gavant et long, à défaut de plus difficile...

 

Bref, pour le moment je suis emballé, tout n'a pas bien vieilli, certes, mais il y a toujours quelque chose qui me pousse à continuer d'avancer. Et puis, le plus important est là : l'esprit d'aventure est totalement réussi !