Un film qui me marquera à vie, l'étoile d'honneur.

Rien ce trimestre :(

 

 

 

 

  Film énormissime à voir et à revoir.
 

- Source Code : N'attendant pas du tout ce film, c'est pour moi une très bonne surprise de la SF que j'ai pu découvrir ! Même si la réalisation manque un peu d'audace (si on compare à Inception, par exemple), l'histoire très bien ficelée et la tension augmentant au fur et à mesure du temps, et l'ambiance vraiment bien foutue (même si les trains de banlieue n'ont pas cette propreté ni cette technologie, à mon avis ^^). Je trouve que Jake (je ne vais pas écorcher son nom de famille) joue vraiment très bien, bien mieux que ses derniers films qui étaient une calamité pour moi. Les acteurs jouent tous relativement bien, mais c'est vraiment le scénario qui vole la vedette, avec des rebondissement bien vus et des situations subtiles, propices à se poser des questions à la Phillip K Dick. Les thèmes sont assez bien traités (mais pas trop en profondeur, parce que c'est avant tout un film grands spectacle), mais surtout la tension est là, et c'est ce qu'on demande avant tout pour un film de ce genre ! 

 

 


Film solide/innovant, agréable à regarder.

 - X-Men : Le commencement : Si pour moi X-Men rime avec film chiant et kitsch, celui-ci change quand même pas mal ma vision de la série. Même si j'étais pas plus intéressé que ça par comment Magnéto est devenu Magnéto, ça n'a pas été très handicapant dans mon ressenti du film : j'ai vraiment été emballé. Le rythme est excellent, les personnages assez attachant (les seconds rôles un peu moins), les évènements sont assez bien mis en place dans le contexte historique, mais surtout la relation entre les deux personnages principaux est vraiment travaillé pour que tout soit logique et bien fichu, ce qui fait extrêmement plaisir pour un blockbuster. La dernière demi-heure notamment est exemplaire quand à la manière d'insérer des personnages intéressants à une action soutenue. Certainement mon film de super-héros préféré depuis Kick-Ass (tiens tiens, Mathew Vaughn).

- La Défense Lincoln : C'est le genre de film que je vais voir n'ayant absolument RIEN entendu à son propos, et qui se révèle finalement vraiment sympathique. Malgré un développement vraiment trop scindé en deux parties et une fin partant un peu dans tous les sens (avec un peu trop de retournements de situation), le film s'en sort très bien. La réalisation est transparente mais efficace (avec un petit côté Greengrass, mais en plus discret), les personnages sont plutôt agréables, et au final il est vraiment maîtrisé. Los Angeles est bien filmé, et c'est rigolo de voir tous ces clins d'oeil au grand banditisme des années 40 dans la ville (étant en plein LA Noire, j'en ai vu pas mal ^^). Globalement, je sais pas vraiment quoi ajouter, j'ai été plutôt conquis et l'enquête était agréable à suivre, une belle surprise, donc.

- Midnight in Paris : Si tout n'est pas parfait, j'ai été très surpris par la tournure des évènements et des personnages du film. Outre l'amour que porte Woody Allen à Paris (vu que je vois la moitié de la ville tous les jours, difficile d'être ébahi devant les images, vu qu'il n'y a pour moi pas l'exotisme d'un Bons Baisers de Bruges, par exemple), c'est une véritable thèse sur la nostalgie, et une réflexion sur l'Histoire et l'idéalisation qu'on s'en fait. Ca me fait plaisir de voir un scénario aussi enchanteur, avec ce genre d'idées que seul Woody Allen peut avoir. Et Owen Wilson est toujours aussi convivial dans les rôles qu'il choisit, j'adore son jeu d'acteurs, je sors toujours conquis de la salle après avoir vu sa bouille ! Quoiqu'il en soit, c'est un film solide si on veut s'évader le temps d'une heure trente.

- Detective Dee : Le mystère de la Flamme Fantôme : Un film très agréable à regarder, une très grande épopée épique, parfois vraiment grisante, et souvent grandiloquente. On voit pas les 2h30 passer, c'est vraiment un divertissement maîtrisé. Malheureusement, les effets spéciaux ont facilement 10 ans de retard sur Hollywood, ce qui décrédibilise certaines scènes, et le design de certains monstres sont vraiment ratés (je trouve). Mais les personnages sont convaincants, le scénario est vraiment excellent, et l'ambiance efficace (je n'avais jamais vu de film historique/mythologique chinois avant). Une grande réussite, surtout si on arrive à passer outre les effets spéciaux moyens, et quelques scènes un peu trop grandiloquentes.

- Tomboy : d'un simple fait très connu qu'est le problème du garçon manqué dans l'enfance, la réalisatrice réussit quelque chose d'incroyablement touchant, mais aussi de très simple. On peut trouver ça simpliste, vu que, il faut l'avouer, le film est très court et tarde à rentrer dans le fond du sujet, mais je crois que j'ai jamais vu de film qui reflétait aussi bien l'enfance, et la différence dans l'enfance. Tomboy est un film objectif, qui ressemble parfois à un documentaire tant les enfants jouent naturellement. Il joue parfois un peu trop la carte de la naïveté infantile pour nous faire décrocher le "Ooooh", mais les situations dans laquelle la petite fille se retrouve se renouvelle, et son espièglerie s'adapte à ces situations. Un peu filmé à la manière des films des frères Dardenne (et la fin fait aussi très Dardenne), avec un aspect "pris sur le vif" des émotions des enfants, c'est vraiment un film que je recommande, même s'il semble pas facile d'accès au début.

- Bon à Tirer : les plus gros défauts du film au final, ce sont son titre et son affiche, qui laissent croire à un nouvel American Pie. Heureusement, le film est bien plus marrant, et même si on échappe pas à l'humour pipi-caca et à une morale un peu pompeuse, le film reste bourré d'idées géniales, de personnages brillamment écrits et d'une interprétation hilarante ! On pourra reprocher quelques gags un peu lourdingues, mais certaines situations sont vraiment à se tordre de rire ! Mention spéciale aux acteurs secondaires, dont je me souviendrais bien longtemps !

- Company Men : Un film qui part d'un postulat banal pour au final me séduire, ça arrive assez rarement (généralement, c'est le contraire). Ce film en fait partie. Le monde cruel du travail en entreprise est bien retranscrit, et les ravages des licenciements de masse sont vraiment effrayants. Sans jamais tomber dans le trash débile ni les clichés (pauvre = gentil, riche = méchant) de Ma Part Du Gâteau, c'est un film assez élégant, sobre aussi, mais qui a son lot de moment émouvants, et de scènes qui portent à réfléchir. De plus le casting est juste brillant (le choix des acteurs pour les rôles, plus que les acteurs eux mêmes), et la recette marche parfaitement, alors que la limite entre le bon film et le film chiant et pompeux était mince. Une franche réussite.

- Titeuf Le Film : Je suis un peu la victime idéale de la licence Titeuf : les BD et les dessins animés sont arrivés exactement au moment où j'avais l'âge du personnage, donc mon identification avec lui a été instantanée, et pour moi les "tchô" et autres "c'est pô juste" font partie intégrante de mes références ! Pour le film, je pense que je suis aussi la victime idéale, tout simplement parce que contrairement à un Les Simpsons Le Film (qui créait une histoire complètement originale), on a un peu un espèce de best-of des situations et gags de Titeuf. Certains trouveront ça dommage (et je comprends), mais pour quelqu'un comme moi qui a eu sa période Titeuf il y a une dizaine d'années, c'est la recette idéale pour retomber en enfance, et pour être nostalgique. Malgré tout, beaucoup d'efforts ont été fournis pour ce film : l'animation est excellente (quoiqu'un peu hystérique pour certains personnages), les dialogues tordants, beaucoup de gags en arrière-plan, et une histoire quand même touchante. Dommage que les doubleurs de la série ne soient pas tous au rendez-vous, mais j'ai vraiment été transporté en enfance pendant une heure et demie que je n'ai pas vu passer ! Attention tout de même, ce n'est PAS un film à conseiller aux jeunes enfants. Avant 10 ans, les sujets traités seront soit incompréhensibles, soit mal compris pour l'enfant (qui pourrait même être choqué par la vulgarité des personnages). Et c'est d'ailleurs une autre chose qui m'a plu : le film ose des situations qui sont loin d'être politiquement correctes.

- Chez Gino : S'il est dommage que le film parte dans un délire pas très intéressant vers la fin, ça faisait longtemps que j'avais pas autant ri au cinéma ! Cet espèce de "Soyez Sympa, rembobinez" à la française est une comédie hilarante, avec un thème de départ génial (un italien immigré en France demande à un réalisateur un peu looser de faire un faux documentaire qui fait croire qu'il est un mafieux pour le montrer à sa famille mafieuse en Italie). Certaines blagues tombent un peu à l'eau, les acteurs sont pas tous géniaux (dont Benchetrit, le réalisateur, qui doit être le pire acteur de tous...), et parfois on a l'impression d'être face à un film amateur tellement le montage est une calamité et certains plans vraiment nazes. Mais malgré tout, ça fait partie du charme du film. On sent que les acteurs se sont amusés et c'est très agréable de regarder les scènes de tournage dans le film du film (mmh ?). Je comprends qu'on puisse ne pas aimer, mais moi j'ai été transporté dans le délire et j'ai adoré !

- Revenge : Rarement un film a aussi bien porté son nom, d'ailleurs je le trouve assez peu subtil, mais passons. En tout cas, je trouve que les situations apportées dans les différents contextes du film amènent les questions qu'on du se poser les scénaristes : La vengeance est-elle la solution adéquat à un problème ? Le seul vrai problème du film, c'est certainement son épilogue bien trop long et au final un peu pompeux, mais tout le reste est très réussi ! Certaines scènes sont poignantes, d'autres attristantes, et d'autres encore effrayantes. La dualité de lieu est une idée géniale qui permet aux contextes de varier, et ainsi de se mettre les personnages face à une impasse et à une réflexion sur eux même. De plus, les acteurs sont tous géniaux (mention spéciale aux deux gamins, qui sont simplement incroyables !), et le rythme très agréable, j'ai trouvée la mise en scène et le montage un peu en deçà (il y a énormément de jump-cuts et de petites ellipses, genre quand un personnage passe par une porte), mais ça ne gâche pas l'excellence de ce film, une très grande réussite !

 

 

 

 

Des défauts, et quelques qualités.
 

- Very Bad Trip 2 : J'ai du mal à critiquer le film autrement qu'en disant "j'ai passé un bon moment". Vraiment, j'ai pas grand chose à dire, c'est dans la droite lignée du premier opus, si vous avez aimé le premier il n'y a aucune raison que celui-là ne vous plaise pas ! Malgré quelques retournements de situations un peu tirés par les cheveux (ce qui aurait pu passer si le film prenait tout au second degrés, mais ce n'est pas le cas), le scénario tient la route et les personnages ont vraiment un but défini qui intrigue. Enfin voilà, à voir entre amis pour quelques éclats de rire.

 - The Tree Of Life : Difficile de donner un avis sur ce film, tant il est décousu et inégal. Certainement la faute à un montage qui condense toutes les idées que Malick a pu avoir pour ce film (le montage original durait 6 heures, apparemment, là il ne fait que 2h15). Il y a une ribambelle d'idées intéressantes dans ce film, mon gros problème est qu'elles sont balancées un peu n'importe comment sans vraiment de contexte. On passe de la douleur d'un proche décédé à une séquence montrant l'infiniment petit et l'infiniment grand en un rien de temps, et sans vraiment de transition... Et parfois on a un plan qui s'immisce au milieu d'un scène et qui n'a rien à voir avec le reste... C'est vraiment perturbant, et j'ai parfois levé les yeux au ciel tellement j'étais perdu... Ce qui est sur, c'est que c'est une expérience unique, potentiellement ennuyeuse (vu le nombre de personnes qui sont sorties de la salle...), mais qui m'a parfois donné le vertige dans les idées que Malick a voulu partager. Mais c'est vraiment dommage que ces idées ne soient pas mises dans un contexte plus explicite. Il y a des milliers de choses à dire sur ce film tant la quantité d'informations données à la minute est gigantesque (on voit des centaines de petits moments de vie résumés en quelques plans parfois), donc autant m'arrêter là :)

- La proie : J'aurais vraiment aimer plus l'aimer ce film, il a vraiment des qualités indéniables (une bonne tension, un Dupontel en grande forme, quelques scènes d'action excellentes), mais malheureusement quelques trucs m'ont sortis du film, à commencer par les acteurs secondaires (la flic a vraiment un rôle de mauvais téléfilm français...), et surtout on a un nombre de clichés du film policier absolument effarant : la femme flic dénigrée par son patron, son patron qui évidemment désigne un coupable sans même écouter l'enquêtrice qui a des doutes, le pédophile avec une petite voix toute gentille et des lunettes années 80 (on l'entendrait presque dire "tu veux des bonbons ?" :/ )... C'est vraiment dommage d'avoir choisi la facilité pour ces personnages, y'avais quand même mieux à faire. Mais bon, ça reste un bon film policier avec de très bonnes scènes d'action et un personnage principal attachant. Par contre, un peu trop de similitudes avec la trilogie Jason Bourne à mon goût.

- Rango : J'ai hésité à mettre 3 étoiles, mais malheureusement il y a un très gros manque de scènes marquantes (qu'elles soient drôles ou émouvantes), et de personnages emblématiques. A force de faire des clins d'oeil à d'autres films de genre (les Western spaghetti, en très grande partie), Rango y perd un peu de son identité, avec également un scénario qu'on voit venir de très très loin (je demande pas d'originalité pour un film aussi grand public, mais là les ficelles de l'histoire étaient trop visibles). Malgré tout on passe un bon moment, avec quelques scènes et dialogues bien WTF par moments. Il me semble que c'est le premier film du studio en question (je suis pas sur de la véracité de cette information), et ils s'en sortent vachement bien sur le plan technique. Reste à imposer une double lecture plus subtile (parce que les références sur Clint Eastwood, c'est quand même super facile...) et des situations plus originales. Mais en tout cas, le film nous fait passer un moment sympa, mais dont on se rappellera pas forcément longtemps.

 

 

 

 


Film généralement décevant, et finalement dispensable.
 

- London Boulevard : Rien de tel qu'aller au cinéma sans même avoir entendu parler du film qu'on va voir ! Malheureusement, si ça peut arriver de tomber sur des perles géniales, ce London Boulevard ne m'a pas conquis. La faute à une mise en scène trop sobre (j'ose pas dire inexistante), à des personnages stéréotypés, et puis globalement le film n'a pas convaincant. Les scènes censées être poignantes sont ratées, et le désir de faire un film Noir britannique moderne rend vraiment les personnages peu intéressants, tant on s'attend à ce qu'il va arriver... D'ailleurs, j'ai trouvé qu'une très grosse partie du film était vraiment copiée sur L'Impasse de Brian De Palma (mon film préféré...), ce qui montre quand même un vrai manque d'identité, qui se retrouve même dans l'image du film. Dommage, parce que Colin Farrel est quand même assez attachant.

- Animal Kingdom : En lisant le résumé, je m'attendais à un film comique (une famille de criminels, ça peut amener à des situations cocasses), mais non, le film est désespérément cynique. Non pas que j'aime pas être surpris, mais prendre au sérieux une grand mère qui se fiche complètement que sa fille meure et qui est la patronne de ses 3 (ou 4 ?) criminels de fils... Je trouve ça un peu gros. D'autant plus que le scénario n'est pas seulement ultra sérieux : il est simpliste. Au lieu de creuser ces deux aspects, ce sont les relations entre les personnages qui sont travaillés, et c'est sans doute réussi, mais j'ai trouvé le personnage complètement vide, sachant qu'il contient ses émotions (sauf lors d'une scène), donc à peu près tout peut arriver avec lui. Les autres personnages en font trop je trouve, et encore une fois, c'est le gros problème du film : ce n'est que peu crédible. D'autant plus qu'une banalité s'installe petit à petit et le film a fini par m'ennuyer sévère, ce qui est vraiment dommage pour une idée de départ qui aurait pu être mieux exploitée, surtout niveau scénaristique.

- Thor : Objectivement, ça reste un film correct, un bon divertissement pour grands et petits, un Marvel, quoi. Pourtant y'a quelques trucs qui m'ont gênés. Déjà ces putains de plans penchés (généralement sur la gauche), qui m'ont parfois donné la gerbe, et qui empêchent cette ville fictive d'être épurée. Je suppose que le réalisateur a voulu donner un côté comics à son oeuvre, mais je trouve ça raté. D'ailleurs, on voit vraiment très très peu de choses de ce royaume. En gros, uniquement les choses utiles (le pont vers les autres mondes, et le château...), et ça plombe encore une fois la crédibilité du royaume. Un autre truc m'a agacé : le rythme. On passe de scènes d'action ultra sérieuses sans le moindre cynisme à des scènes sur terre bourrées de gags burlesques. Je trouve ça très mal équilibré : pourquoi ne pas rendre les scènes d'action plus légères à la Indiana Jones plutôt que de passer de l'un à l'autre aussi rudement ? J'ai aussi trouvé que le personnage de Thor et à la fois mal écrit et mal interprété, et j'ai ressenti aucune émotion lorsqu'on est censé en ressentir. Dommage.

- Numéro Quatre : avant d'aller voir le film, on sait à peu près directement à quoi on va avoir affaire : une sorte de twilight plus orienté science fiction. Le film n'est pas un ratage complet, il a la bonne idée de ne pas se focaliser de trop sur l'histoire d'amour et plus sur la traque. Mais ça reste quand même de la grosse série B, avec ses maquillages ridicules et quelques scène ratées. Sur la fin ça devient assez divertissant. Je ne met qu'une étoile parce que la mise en scène est quand même ultra formatée, ainsi que les personnages un peu tous plats. Timothy Olyphant (Hitman, Die Hard 4...) est quand même très largement au dessus des autres, dommage qu'il ne soit pas très présent à l'écran, surtout que son personnage n'est pas trop mal. Bref, le film fait tout à fait office de série B correcte, et au moins la bande annonce ne ment pas du tout à propos de son contenu.

- Sucker Punch : C'est à la mode en ce moment : le cinéma et le jeu vidéo ne cessent de se croiser. Entre Battle : Los Angeles qui ressemble à un Call Of Duty avec des aliens et Scott Pilgrim qui est un bon hommage aux comics et aux jeux vidéos rétros, on ne peut pas dire que notre média préféré ne soit pas représenté. Pourtant, avec ce Sucker Punch, j'ai l'impression que tout ce que je déteste dans le jeu vidéo vient d'être transposé à l'écran : des pétasses sur-maquillées explosent tout, pas de scénario si ce n'est un prétexte ridicule à la baston, des mélanges d'univers désespérants... Bref, pour ma part, rendre hommage aux jeux vidéos ça me dérange pas, mais j'ai pas l'impression que Snyder se rende compte de ce qui rend les jeux vidéos si différent du cinéma. Les univers des jeux vidéos sont très souvent kitschs et au final ridicules, et c'est le sentiment que j'ai par rapport à l'univers de Sucker Punch : une sorte de Mortal Kombat (le film) avec de gros moyens. De ce côté là, j'ai trouvé Scott Pilgrim plus légitime. Ce qui me révolte le plus c'est non seulement l'histoire inexistante (une sorte d'Inception mal foutu qui n'est qu'un prétexte aux trois grosses bastons), mais surtout la fin complètement ridicule ("celui qui contrôle tout ça, c'est vous !"). Manque plus qu'une manette playstation à l'écran et le prix de la console. Pour la subtilité on repassera. Je met quand même une étoile, puisque Snyder est quand même un putain de réalisateur qui doit être un des meilleurs dans le filmage des scènes d'action, avec un style qu'on reconnaît immédiatement et surtout tout en gardant l'action claire. Mais ça ne suffit absolument pas. Surtout que je n'ai pas réussi à être impliqué dans l'action : ça m'a rappelé Matrix 2 : comment s'attacher à des héros dont les ennemis n'arrivent pas à leur cheville ?

 
- Carrancho : Un film qui se base sur si peu d'éléments de scénario ne peut pas être bon. Il fait un peu l'inverse de Buried (qui j'avais adoré l'année dernière) : il commence avec une intrigue puissante et riche historiquement, politiquement et socialement (de sombres histoires de fraude à l'assurance qui ont choqués l'Argentine), pour finalement ne rien raconter. L'histoire d'amour est banale, les plans sont généralement inutilement mouvants, les personnages sont pas vraiment intéressant, et y'a un ENORME manque de bonnes scènes. Par contre, le dernier plan est magistral, mais il vient vraiment tardivement et ne rattrape rien.
 
 
 
 
 
 
Irregardable, ou bien j'ai pas réussi à comprendre le trip.
 
- La Conquête : typiquement le genre de film qui va bien marcher uniquement grâce à son thème et à la curiosité qu'il apporte. Je précise que j'ai du partir au bout d'une heure de film environs, mais j'en ai largement assez vu. Une fois le côté "ah ouais c'est marrant il reproduit les mimiques de tel homme politique" passé, le film devient un néant total dont absolument TOUS les éléments sont ratés. Les musiques ont un côté léger et populaire insupportable, la réalisation est indigne d'un téléfilm, le montage est ridicule (j'ai l'impression que c'est un amateur qui l'a fait...). Mais outre tout ça, le jeu d'acteur décrédibilise encore plus le tout : on n'a pas l'impression d'assister à une reconstitution des faits, mais plutôt à une parodie, tant les acteurs surjouent. Certes, ils surjouent pour qu'on reconnaisse le personnage, mais De Villepin dit-il vraiment 'j'ai envie de faire pipi" de la même manière que "je serais candidat à la présidence de l'UMP" ? On pourrait avoir les marionnettes des guignols en face de nous, ça serait pareil. De plus, même si le film essaye d'être relativement comique (avec des punchlines qui pourraient presque être ponctuées par un "pidoum-tchiii"), parfois il y a une scène qui tente de se prendre au sérieux. Et là, avec les acteurs qui surjouent, c'est totalement ridicule. Et je parle pas de la réalisation et la mise-en-scène qui n'ont absolument aucune envie d'authenticité : comme je l'ai dit, c'est du téléfilm bas de gamme. Bref, j'ai encore mille arguments pour décrier ce film, mais j'ai pas tellement envie de perdre mon temps avec ça.