Salut tout le monde ! Je me suis dit que j'allais poster sur mon blog les petites critiques que je met sur le forum cinéma (dans le sujet crée par diegowar, Top Cinéma 2011). Après tout, ça mange pas de pain ^^

C'est regroupé par étoiles comme sur allociné, mais la cinquième étoile c'est plutôt une étoile d'honneur, donc ne considérez pas que les films qui n'ont que 2 étoiles ont un 2/5, c'est plutôt un 2/4 ! Enfin bref, ce qui compte, c'est évidemment l'avis en lui même, et je vous invite à donner le votre sur ces films, et à dire quel est votre coup de coeur et votre coup de gueule de ces trois premiers mois de 2011 ! :)

 

Un film qui me marquera à vie, l'étoile d'honneur.

Black Swan : Le genre de films qui me laissent sur le cul. Le genre de films qui me fait dire :"Putain, il y a des personnes sur terre qui transcendent complètement leur condition humaine pour arriver à un état de plénitude qui surpasse la simple composition d'un cerveau". Black Swan n'est pas parfait. Il y a des stéréotypes du film d'horreur qui auraient pu être évités, il y a des approximations au niveau de l'évolution du personnage (qui est moins maîtrisé que dans Le Locataire de Polanski, par exemple). Mais à quoi bon citer les défauts ? Le film tarde à se lancer pour nous offrir ce que je considère comme l'une des meilleures seconde partie d'un film que j'ai vue de ma vie. Lorsqu'on commence à comprendre ce qu'il se trame dans la tête de Mila, tout senchaîne devant nos yeux de manière logique, et pourtant incroyablement bien filmé ! On sent la patte de Aronofsky, le film a d'ailleurs beaucoup de points communs avec The Wrestler. Il a d'ailleurs la même puissance au niveau de ce qui arrive au personnage principal. Ce film fait partie de ceux qui me prouvent que je suis tout petit face à certains cinéastes, que je suis totalement impuissant face à ce que je considère comme quelque chose d'au delà d'une simple oeuvre cinématographique.

 


 Film énormissime à voir et à revoir.
 

Le Discours d'un Roi : Franchement, un grand film. J'ai trouvé que tout était pas parfait, que certains plan ultra grand angle étaient imparfaits et même que le montage laissait à désirer (avec pas mal de faux raccords même), mais l'ambiance est excellente, les personnages emblématiques de l'époque bien retranscrits (sauf peut être Churchill qui est un peu là parce que c'est l'une des personnalités importantes de la WW2), Colin Firth est excellent ! Je pense que si je l'attendais et que j'avais beaucoup entendu parler du film j'aurais moins apprécié, mais là pour le coup c'est une surprise pour moi, et très agréable de surcroît ! Ce qui m'a vraiment convaincu de l'excellence du film reste les dialogues, qui sont vraiment extrêmement bien écrits.
 
- Paul : J'étais emballé pour le voir, mais j'avais un peu peur que le film tourne à la catastrophe. Au final, c'est une comédie solide, dans la lignée de Shaun Of The Dead et Hot Fuzz (la mise en scène délirante en moins quand même), bourrée de références de films de SF et avec un personnage de Paul qui m'a charmé ! Quelques fous-rires, de nombreuses scènes agréables, et même quelques scènes émouvantes réussies. Je trouve que l'équilibre entre les gags et les scènes faites pour avancer l'histoire est vraiment bien maîtrisé !
 

 


Film solide/innovant, agréable à regarder.

 - True Grit : Je préviens avant tout que je ne suis que très peu le cinéma des frères Coen, et par conséquent je ne peux pas vraiment avoir d'avis comparatif à leurs réalisations précédentes. En tout cas, c'était un bon divertissement. J'ai trouvé l'introduction un peu brutale, même si le premier plan est excellent, et j'ai eu du mal à rentrer dans le film. Mais malgré tout, je me suis éclaté à regarder ce film qui a des dialogues géniaux, des scènes parfois pas mal tendues (empruntées à la réalisation de Hitchcock et De Palma d'ailleurs), et puis globalement une super ambiance ! Vraiment, j'ai passé un moment très agréable, même si certains moments qui auraient pu être incroyablement émouvants sont au final pas si réussis. Mais bon, les deux frères et les acteurs se sont amusés à faire le film, et ça se ressent !

- Poupoupidou : un film qui m'a réjoui pour le cinéma français ! De bons acteurs (Jean-Paul rouve crève l'écran, même s'il est un peu monoexpressif), une intrigue très intéressante et un contexte qui me plait. Il n'empêche que le manque de subtilité de la narration (flashbacks) m'empêchent de le considérer comme un chef d'oeuvre, surtout que la deuxième partie est bien moins réussie que la première, mais c'est une excellente surprise qui apporte un vent de fraîcheur. L'histoire de Candice est passionnante !

- Les émotifs anonymes : Entre l'humour raffiné de l'arnacoeur et le gras de comédies un peu moins maîtrisés, ce film reste vraiment très agréable à regarder. Principalement pour Benoît Poelvoorde, qui signe un de ses meilleurs rôles, et qui est drôle et touchant de part le fait qu'on dirait vraiment qu'il essaye de cacher ses ressentiments. Isabelle Carré est plus dans l'aspect humour potache du film, ce qui me plaît beaucoup moins (depuis Anna M elle me fait un peu flipper en fait). Tout n'est pas parfait, mais c'est un film à voir si on veut rire, et compatir.

 


Des défauts, et quelques qualités.
 

- World Invasion : Battle Los Angeles : J'attendais absolument rien du film, même si j'ai pu voir que la bande annonce a fait plaisir à beaucoup de gens, elle m'a laissé absolument de marbre. Pourtant, c'est au final un bon film de guérilla, qui pioche ses références un peu partout (Independance Day, Half Life, La chute du Faucon Noir...). Je pense que si on est fan du genre, et qu'on n'attend pas une révolution, on ne peut pas ne pas aimer le film. Malgré tout, son manque d'originalité et sa psychologie de comptoir m'ont un peu gênés : pourquoi ne pas assumer pleinement que c'est un simple film d'invasion au lieu d'aller chercher autant de dialogues sur la fraternité ? Mais c'est pas non plus une calamité, le personnage principal a quelques lignes de dialogues touchantes si on arrive à passer outre le côté kitsch. Et je pense que cette phrase résume bien le film, j'ai passé un bon moment en tout cas !

- Au bistro du Coin : Je peux comprendre qu'on aime pas ce film : il n'a pas un intérêt scénaristique incroyable, les personnages sont pas tous réussis, et la fin est carrément débile et pas drôle, et je parle même pas du jeu de Fred Testot, qui a du oublier ses autres exp ressions de visage au vestiaire (je préfère même pas parler de Jérôme Commandeur, que je trouvais génial avant ce film...). Pourtant, j'ai trouvé qu'il avait un certain charme, que le côté "bon vieux quartier de Paris où tout le monde se connaît" est rafraîchissant, et certains plans m'ont vraiment plu (le réalisateur a au moins essayer de faire de jolis plans séquence). Evidemment, l'humour n'est pas toujours au rendez-vous, et certaines scènes sont vraiment, vraiment pourries. Mais l'ambiance et certains running gags rehaussent le tout.
 
- Ma part du gâteau : Malheureusement ultra bourré de clichés (gentils pauvres, méchants riches), le film reste agréable à regarder. Principalement grâce à Gilles Lelouche, qui est vraiment cool à regarder dans les scènes bien écrites (certains dialogues craignent vraiment pas mal). Mais faut dire que la réalisation est pas mal, et les personnages intéressants. Mais bon Dieu, que de stéréotypes ! Pour regarder un bon film qui a pour thème le contraste entre les classes sociales, regardez plutôt Copacabana avec Isabelle Hupert, c'est bien mieux écrit, mais Me part du Gâteau se laisse regarder sans déplaisir, malgré ses très gros défauts.

- Sans Identité : J'avais un peu peur du Taken-like, finalement c'est quand même bien mieux. Mais bon je suis pas trop enthousiaste non plus, le film n'est pas exceptionnel. Pas mal d'incohérences, un scénario au final pas génial... Le film est globalement assez futile. Mais bon, on se laisse entraîner sans déplaisir, même si y'a quand même un énorme manque d'intérêt.

- Largo Winch : Un bon divertissement, parfois un peu bancal et pas maîtrisé, mais ça se laisse aisément regarder. Il manque un peu de personnalité toutefois, et Tomer Cisley (?) est pas exceptionnel, il est pas très expressif. Mais bon, il est censé être impartial.

- 127 Heures : Un film que j'ai trouvé assez décevant. Danny Boyle est un réalisateur que je respecte pour ses premiers films, mais j'ai trouvé Slumdog Millionnaire un peu trop moralisateur et surfait, même si c'est un hommage à Bollywood (mais j'ai quand même bien aimé). Par contre, là, je me demande un peu ce qu'il est allé foutre dans une histoire aussi compliquée à adapter. Le livre à propos de cet homme qui a passé 127 heures avec un rocher lui bloquant le bras doit être vraiment passionnant, on doit vraiment sentir la solitude et ce que ressent le personnage principal. Malheureusement, j'ai trouvé le film ultra surfait : tout est fait pour qu'on ne s'ennuie pas, et ce n'est vraiment pas transparent : montage qui ose un peu trop de choses, musique made in MTV, des flashbacks vraiment pas subtils, des visions qu'on voit arriver à des kilomètres... Après, faut dire que la réalisation à base de grands angles et parfois même des plans qui font très amateurs est vraiment bien trouvée, mais toute intention dramatique est avortée par ce que j'ai cité plus tôt. Et je pense que le plus grave dans le film, c'est qu'on ne ressent jamais de sentiment de solitude, et du coup la fameuse scène où il se coupe le bras en devient plus trash et gratuitement provocatrice que vraiment poignante. De plus, je sais pas vraiment pourquoi il a choisi ce type de montage, mais on a l'impression de voir une pub pour Ikea avec plein plein de marques qui apparaissent en gros plan à la caméra. Dommage.

- Incendies : J'ai eu énormément de mal à cerner ce film. Tantôt c'est un film sur l'état des habitant du moyen orient en plein conflit, tantôt c'est un film sur la religion, puis ça se termine en thriller personnel. Donc il a un peu le cul entre trois chaises, et le rythme en prend un coup. Mais malgré tout, il a un capital sympathie assez grand pour moi, la mise en scène est correcte, les acteurs vraiment géniaux (je commence à m'habituer à l'accent québécois en plus !), et certaines scènes dont la révélation finale vraiment maîtrisées. Mais c'est aussi un film inégal qui a un double récit assez maladroit à cause de flashback un peu trop explicites, ce qui gâche un peu le mystère du personnage principal, qui reste malgré tout intéressante.

- Very Cold Trip : Malgré le fait que les gags tombent un peu toujours à plat, ce film Finlandais est pas désagréable à regarder. Les musiques sont plutôt entraînantes, l'ambiance est sympa et les personnages attachants. Mais bon, j'ai du mal à comprendre pourquoi ce film s'est bien exporté et pas un autre. Je vais souvent voir les films étrangers (et pas américains ou anglais) qui sortent en France, parce que s'ils s'exportent c'est qu'ils ont gagné des prix, ou que c'est une coproduction française. Là il ne m'a pas convaincu, mais il ne m'a pas déplu pour autant. 

 

 


Film généralement décevant, et finalement dispensable.
 

- L'Agence : Pendant tout le film, j'arrêtais pas de me dire une chose "Dommage...". Quel dommage que le rythme soit aussi médiocre, quel dommage que les acteurs soient aussi peu expressifs, quel dommage de gâcher une idée géniale de la sorte... En gros, c'est tout Phillip K. Dick (auteur de la nouvelle originale), mais sans la réflexion subtile. Ici, tout est prétexte à une romance à la Roméo & Juliette complètement surfaite et très très très stéréotypée pour nous faire la morale "l'amour c'est plus fort que tout !". Je crois que c'est la plus mauvaise adaptation d'une oeuvre de K. Dick, tout simplement parce que l'univers n'est ni respecté, ni transcendé (comme dans Total Recall, kitch mais subtil), et la réflexion est complètement mise à la trappe, ou ultra simplifiée comme Hollywood sait malheureusement le faire. Et je ne parle même pas des incohérences même du scénario, qui m'ont tout simplement sautées à la figure. Déception pour ma part.

- Never Let Me Go : J'y suis allé en ne savant absolument RIEN du film (si ce n'est qu'il y a l'immense Andrew Garfield dedans), généralement c'est signe d'une bonne surprise, mais là j'ai vraiment pas aimé. Le thème des enfants "cultivés" pour donner leurs organes une fois au début de l'âge adulte aurait pu être génial, mais au final c'est bien trop larmoyant, les situations sont pas si intéressantes, et le nombre de péripéties peut être compté sur les doigts d'une main. Du coup, le rythme en prend un coup et on se dit que c'est un gâchis. Heureusement, les acteurs sont convaincants et empêchent de transformer le film en nanar, mais ça reste un film vraiment mal écrit, et qui se dégrade à mesure que le temps passe. On sent que les auteurs avaient trouvé la bonne idée, mais qu'ils n'ont pas réussi à la rendre consistante.

- Arrietty : Un film qui développe ses sujets de manière très superficielle et très niaise (les méchants humains qui détruisent la nature), vraiment prévisible et techniquement en retard... Je vous préviens que mon avis est totalement obsolète si vous aimez les autres films du studio Ghibli !

- Carrancho : Un film qui se base sur si peu d'éléments de scénario ne peut pas être bon. Il fait un peu l'inverse de Buried (qui j'avais adoré l'année dernière) : il commence avec une intrigue puissante et riche historiquement, politiquement et socialement (de sombres histoires de fraude à l'assurance qui ont choqués l'Argentine), pour finalement ne rien raconter. L'histoire d'amour est banale, les plans sont généralement inutilement mouvants, les personnages sont pas vraiment intéressant, et y'a un ENORME manque de bonnes scènes. Par contre, le dernier plan est magistral, mais il vient vraiment tardivement et ne rattrape rien.

Irregardable, ou bien j'ai pas réussi à comprendre le trip.
 
- Hallal Police D'Etat : L'un des pires films que j'ai vu de ma vie. C'était... Atroce. Aucun message, aucune subtilité, plein de clichés arabes et français balancés un peu n'importe comment dans des situations complètement pourries la plupart du temps. Eric rattrape parfois une blague ou deux, mais globalement c'est un film sponsorisé par le Facepalm.
 
- Les Voyages De Gulliver : Un ratage complet. J'ai beau aimer Jack Black (surtout pour Brütal Legend et son groupe Tenacious D), là ce film est irrattrapable. Bon, j'imagine que pour les enfants ça peut éventuellement aller, mais pour ceux qui cherchaient de l'aventure, de l'action, de l'humour et de bons effets spéciaux, le rendez-vous est complètement raté. A la place on a des personnages qui essayent en vain d'être drôles, et un combat de géants à la Power Rangers. Dommage, y'avait surement autre chose à faire, surtout avec le charisme de Jack Black.

- Requiem pour une tueuse : Il faut dire ce qui est : je suis super content d'avoir vu ce film. D'une part parce que je me suis bien marré pendant le visionnage (parce que j'étais pas seul, évidemment), mais surtout parce que j'ai enfin trouvé mon nanar de l'année ! Scénario sans surprises (tellement qu'il en devient imprévisible),  personnages indignes du plus mauvais jeu vidéo, des scènes plus débiles les unes que les autres et surtout... Mon Dieu ces jeux d'acteurs... C'est une catastrophe ! J'ai rarement vu autant d'acteurs surjouer (Cornillac... Pourquoi ?!)  et sous-jouer (Tchéky Karyo...) dans un même film, c'est affolant. Franchement, je comprends pas qu'un producteur ait trouvé intelligent de produire ce truc qui aurait pu être écrit par un gamin de 12 ans qui vient de regarder un film de Scorsese ou De Palma et qui veut faire pareil. Mélanie Laurent n'aura jamais été aussi bas dans mon estime (déjà qu'elle était pas bien haut...).