Ou plutôt, Adlib et Roland sont dans un PC. Voilà les deux
principaux acteurs du son au début des années 90. Juste avant que
Soundblaster ne vienne tout chambouler et rafler la mise. Cette
interview dans Micro Kids est l'occasion de se rappeler certaines
choses à propos des PC d'antan.

En dehors de la comparaison toujours amusante des performances des
processeurs, il fallait faire son choix pour le son. Une carte dédiée
était indispensable pour ne pas supporter les bips du PC.
Aujourd'hui, on ne se pose même plus la question, c'est intégré à
toutes les cartes mères. Mais à l'époque, il fallait choisir entre
les cartes Adlib et Roland. Chacune ayant des avantages spécifiques,
le rendu était différent ! Au niveau des tests cela impliquait de
jouer PC ouvert pour essayer les titres avec l'une ou l'autre carte.
La cohabitation des deux n'étant pas toujours possible. Par la suite
Soundblaster est arrivé et a cumulé les avantages des deux anciens
systèmes.

L'interview fait de l'auto promo pour PC Review. Auto promo parce
que lorsqu'on regarde qui édite le magazine en France, il s'agit de
Jean Michel Blottière. L'éditeur de production étant Paula
Shields, je suppose que c'est elle qui est interviewée ici. Si vous
avez d'autres infos pour confirmer ou infirmer cela n'hésitez pas
;-). Je n'ai pas acheté PC review à l'époque, mais il semble que
ce soit un magazine anglais à l'origine. Vous pouvez le feuilleter
sur abandoware magazines. Il semble qu'il soit simplement traduit en
4 langues (français, allemand, italien et espagnol). Une traduction
discutable d'ailleurs puisque "review" est traduit en
"revue". "Critique" ou "test" eut été
plus judicieux...

Dernier point intéressant de cette interview ; la guerre entre
les PC et les consoles. A l'époque, il était encore certain que les
PC étaient plus performants que les consoles. En particulier pour
tout ce qui concernait la 3D et les simulations. En face, il y a la
Megadrive et la Super Nintendo. La première peut monter en 320x448
avec 64 couleurs et la seconde 512x448 en 256 couleurs, ce qui est
déjà presque supérieur au must pour le PC : Le VGA. Le VGA c'est
du 640x480, mais avec seulement 16 couleurs. En 320x200 il monte à
256 couleurs. Vous entendrez aussi parler des modes CGA et EGA. Les
images sont assez parlantes, mais déjà à l'époque un joueur sur
PC n'envisageait même pas d'utiliser autre chose que du VGA. De
toute manière, la ludothèque des deux machines était assez
différente pour que les deux types de joueurs aient du mal à
effectuer des comparaisons. Le PC était encore la machine des
simulations et des point and clic alors que les consoles étaient
orientées plateforme, shoot et action/baston. Le PC avait également
une image plus adulte et mature que les consoles. Il y avait une
expression que j'aimais bien à l'époque. Ce sont les consoleux qui
se moquent des PCiste en affublant leurs machines de "Catastrophes
à touches". Oui, il faut dire que les PC n'étaient pas des
modèles de stabilité (encore moins qu'aujourd'hui, oui c'est
possible).

Allez, bon visionnage !