Cet article fut le premier que j'ai écrit sur ce Blog (après ma présentation qui n'est pas un article à proprement parler). L'actualité m'a amené à le mettre à jour et à le remettre en avant.

Cela fait maintenant quelques années que je peste contre ça. Les jeux n'ont plus de notices, plus de livrets dignes de ce nom. Bref, on a encore l'emballage pour se consoler et encore. Tout le monde voudrait passer au dématérialisé. Je ne suis pas le premier à en parler, et sans rentrer dans le débat des avantages et inconvénients de la dématérialisation j'aimerai tout de même qu'on sente un peu l'amour du joueur sinon le désir de le séduire dans les productions qu'on nous propose.

Ce qui m'a fait penser à cela c'est la critique de Super Mario Galaxy 2 que je dois réaliser (je sais, on a 10 wagons de retard, mais rappelez vous que je pige pour un quotidien généraliste et pas un magazine spécialisé). En général les journalistes reçoivent une version presse. C'est à dire le jeu en version minimaliste, sans notice sans rien du tout d'ailleurs (parfois même pas de boîte). Il y a bien quelques exceptions si le service presse veut/peut nous gâter avec parfois de superbes coffrets, mais cela reste très rare.

Or, chez Nintendo, il n'y a que des jeux identiques à la boîte qui sera proposée dans le commerce. Il m'est donc possible de parler du contenu et du contenant. SMG2, c'est un peu un extrême justifié peut être par l'orientation "grand publique" qu'on prête à Nintendo mais c'est un bel exemple tout de même. Dans une boîte cartonnée se trouve non seulement le CD du jeu, mais aussi une notice très complète, bien foutue bien traduite et plus rare, une plaquette résumant toutes les commandes ainsi qu'un DVD d'explication du jeu. De plus Nintendo a toujours mis un point d'honneur à récompenser les joueurs qui ont investi avec des points de fidelité. Cela fait partie des arguments commerciaux pour fidéliser une clientelle. Ceci dit, j'ai tout de même l'impression que Nintendo a pensé à moi pour me sortir de la panade si j'ai le moindre problème. Et j'ai une petite fleure en cadeau. Moi, j'aime qu'on me remercie quand je décide de faire confiance à une marque. J'y suis très sensible et si je fais confiance à Pix'N Love par exemple, c'est aussi parce qu'ils se sont fendus d'un mot manuscrit pour me remercier d'être passé par leur site web pour faire mes achats.

Ce qui était normal hier devient collector ou VIP aujourd'hui. Pour avoir un jeu avec du contenant (oui, j'ai bien dit contenant, ça nous change hein ? :)), il faut aussi un porte monnaie collector. Je me souviens encore avoir eu des cartes des mondes à explorer dans mes RPG d'antan, des cartes de références rapides pour tous mes jeux, des plans, des fiches de personnages, un poster... Les éditeurs de guides se frottent les mains. Il y a encore 20 ans, on attachait une importance particulière à la rédaction des notices. Ce fut d'ailleurs l'une des tâches confiées à Takahashi Meijin pour Hudson. Ce dernier ayant été désigné comme le porte étendard de la marque on saisit tout l'importance que peut avoir ce petit bout de papier.

La notice de Golden Axe sur Master System, fait une trentaine de pages. Celle de Forza 3 en fait à peine 8 et elle est gavée de pubs pour les divers sites liés aux jeux ou non. Pourtant, vous conviendrez qu'il y a certainement bien plus à dire sur le contenu gigantesque de ce simulateur de conduite que sur le jeu de baston qui se terminait en une demi heure.

Le jeu vidéo est encore un produit de luxe (il est en tout cas taxé en tant que tel). Il serait bon qu'il n'en reste pas que l'imposition, mais que les éditeurs gardent à l'esprit qu'un produit de luxe se doit d'être complet et irréprochable. Aussi bien dans son contenu que dans son contenant. A l'instar des amoureux de littérature devant leur bibliothèque, on développe un certain affect devant sa ludothèque. Sans aller jusqu'à la démesure d'une collection de la Pléiade, on aimerait tout de même avoir de beaux objets.

La tendance semble se confirmer et même s'accentuer. Ubisoft a déjà abandonné les notices, c'est maintenant au tour d'EA sports de s'y mettre. Et le prix des jeux ne va pas en tenir compte pour autant. Décidement on veut vraiment finir par nous vendre du vent...