I'm free. Phrase simple mais pourtant si forte. J'exagère, certes, mais ceux qui comme moi ont passé leur premier de l'an à lire un document "Contentieux administratif" ou "Théorie de l'Etat" me comprendront.

Mais ça y est, je touche le bout et profite des quelques jours de repos qui me sont accordés pour rattraper quelque peu le retard pris sur le blog. Car oui, ça fait un petit moment que je n'ai rien rédigé. Une honte, allez-vous me dire ? Cela, je vous le concède. Toutefois, je compte bien reprendre du poil de la bête. Et les preuves d'une telle mobilisation ne devraient pas tarder à montrer le bout de leur nez.

Il serait cependant peu poli de commencer cette belle année par un exposé prétentieux de mes intentions et objectifs. Par conséquent, je vais me contenter dans un premier temps de me plonger dans le lyrisme, comme je crois si bien le faire.

2011, une bien belle année, ma foi. Déjà, une très belle année de jeu, ça, vous le saurez en lisant le dossier que je m'apprête à terminer ce mois-ci, je vous rassure. Mais surtout une très belle année riche en aventure humaine. Certes, le terme "d'aventure" est sûrement un peu exagéré mais honnêtement, cette petite visite improvisée de Paris demeure le moment le plus emblématique. Une après-midi et une soirée passée avec d'excellentes relations virtuelles devenues d'excellentes relations humaines. Je sais que j'ai la réputation de donner une mauvaise première impression, PHM ne dira pas le contraire, mais je tiens à vous le dire, mesdames et messieurs, "je vous aime". Et oui, j'assume ma réputation de gaymeblogger et je sais que cela plaira à nombre d'entre vous.


Et non, il ne s'agit pas d'une simple manoeuvre démagogique pré-présidentielle, cette déclaration est sincère.

Bon, je ne vais pas m'attarder plus longtemps dans le sentiment et parler statistiques. Tiens, je ne sais pas pourquoi mais je sens que je perds des voix. Déjà, 240 000 visites. D'accord, beaucoup d'entre vous font beaucoup mieux, notamment ce vilain Anfalmyr qui jour après jour s'installe avec un certain confort aux sommets de notre beau top 50, avec talent et succès, il faut l'avouer.

En revanche, je suis plus fier de cette performance, plus de 2000 "j'aime", moyen détourné de s'accorder du crédit quand on est pas capable de poster au moins un article par semaine deux mois d'affilée. Et rien que pour ça, vous avez mon affection éternelle.

Le bilan ne sera pas plus riche en nombre car à l'heure où j'écris cet article, le sommeil se fait agressif, mais sachez que je suis bien content de pouvoir compter sur ce site pour l'année à suivre, et bien content d'avoir vécu la dernière année à vos côtés. Sur ce, je vous donne rendez-vous d'ici peu pour un peu plus de léchage de botte.

Ah si, dernière précision. Je conserverai cet avatar contre vents et marées pour honorer mon père Noël gameblogger répondant au doux nom de Loupign pendant 25 jours, ni plus, ni moins. Pour terminer, je vous souhaite une très belle année, chose que je n'ai pu faire à temps, la faute aux révisions qui ont toujours bon dos dans ce genre de situations.