----------

Uruguay  2  -  3  Pays- Bas

18' Forlan ( URU ) / 90'+2 M. Pereira ( URU ) - 41' Van Bronckhorst ( PB ) / 70' Sneijder ( PB ) / 73' Robben ( PB )

 

 

 

On s'attendait tous à un match serré, où les Uruguayens auraient tout fait pour défendre et remettre les clés du jeu offensif à Diego FORLAN, alors que pendant ce temps, les Bataves tomberaient sur un os, malgré les tentatives nombreuses et infructueuses.

Fort heureusement pour le spectateur, ce ne fut pas le cas, et la rencontre s'est ainsi révélée beaucoup plus intéressante que prévue. Tout ça grâce à ce but. On était tous en manque de spectacle, de confrontations endiablées, de buts dans tout les sens, alors que primait dans cette compétition la nécessité de ne pas perdre, avant tout.

 

Une rencontre serrée, où le talent des Bataves a fait la différence


On a évité ce scénario grâce à Giovanni VAN BRONCKHORST, ex-Barça, qui décoche une superbe frappe des 38 m, précisément, et qui vient se loger dans les buts de MUSLERA, qui n'aura pas grand chose à se reprocher pendant cette rencontre.

Car le match n'a pas été très dynamique, c'est un fait. En revanche, les deux équipes ont su faire preuve d'un réalisme particulièrement impressionnant à cette étape de la Coupe du Monde, toutes les rares occasions se concrétisant en but. Par conséquent, l'Uruguay qui parvenait à garder le ballon entre ses pieds décide de confier son destin, un peu comme d'habitude, à sa flèche argentée. FORLAN n'hésitera pas, et la trajectoire du Jabulani va bien l'aider. Donnant-donnant,  tir des 30 m, ballon mal stoppé par le gardien oranje STEKELENBURG. Vous connaissez déjà le résultat.

 

La tête parfaite de ROBBEN assure la qualification des Oranjes


Deux superbes buts pour résumer cette mi-temps, qui a pourtant manquée d'animation, c'est incontestable. Mais de l'activité, il y en aura plus en seconde période, les événements favorisant l'écriture d'une telle histoire. Et cela se résume simplement. Bien que la Celeste continue de garder main mise sur la balle, les Pays-Bas vont s'en remettre aux coups d'éclat dont sont capables les attaquants de l'équipe néerlandaise. Tout d'abord pas SNEIJDER, qui, tranquille, à proximité de la surface de réparation, frappe sans réellement trop y croire. Le placement hors-jeu de VAN PERSIE va tout de même empêcher MUSLERA de bloquer idéalement le ballon. Ainsi, les Oranjes reprennent l'avantage contre le cours du jeu.

Ils n'attendront d'ailleurs pas pour récidiver. Sur un débordement de KUYT, toujours très actif sur son côté, ROBBEN va profiter du centre pour placer sa tête en opposition. Parfaite, elle meurt à proximité du poteau. Impossible pour le gardien de la Celeste d'espérer quelque chose.

 

Déçus, forcément.


En fin de rencontre, les Uruguayens vont tenter, beaucoup même. Mais leurs efforts ne seront que trop maigrement récompensés, par ce but presque inattendu de PEREIRA, qui reprend une balle bien contrôlée dans le filet opposé. Ils n'auront pas le temps d'espérer plus.

Mais les Uruguayens peuvent quitter la compétition la tête haute, fiers d'avoir mis en place une tactique particulièrement efficace, mais avant tout, adaptée à leurs forces. Ils auront tout de même la chance de se battre pour une troisième place, pour laquelle ils vont s'arracher.

Les Pays-Bas, quant à eux, se qualifient pour la tant espérée finale. Malgré une défense approximative, ils vont enfin tenter leur chance afin de décrocher le Graal tant désiré pour la première fois de leur histoire. Dommage que ce soit en Afrique du Sud, où l'on connaît l'influence pas toujours positive des Afrikaners, d'origine néerlandaise.