.................................................................................................................................................................

Marre de ne rien faire, marre de perdre du temps à décuver, et marre de manquer d'inspiration, alors je me suis dit que j'allais continuer à alimenter ma petite rubrique , qui est pour moi, un moyen simple et inépuisable d'écrire des petits posts sur le blog.

Et comme j'en ai marre de parler de jeu vidéo, je me suis dit que j'allais plutôt parler d'un chanteur au succès " confidentiel ", décédé il y a peu, abandonnant dans sa passion de nombreux fans adeptes de moonwalk, de lean, de secouage de bourse, et tout le tra la la...

 

 


Pour ceux qui ne seraient pas réveillés ce matin, je parle bien sûr de Michael Jackson, ce demi-dieu de la pop music, ce Black & White Guy aux danses endiablées. Ben, comme il fait partie de mes classiques, j'ai décidé de consacrer un article à une de ses chansons - c'est bien le minimum que je puisse faire -.

Et cette-fois ci, comme le titre du post l'indique, je vais parler de Smooth Criminal. Pour l'anecdote, j'ai eu il y a peu une discussion avec un pote, qui m'affirmait que c'était bien cette chanson, sa préférée. Après y avoir réfléchi, je crois que c'est aussi le cas pour moi.

 


Pourquoi ? Tout simplement parce-que cette piste est super rythmée, que les paroles collent, et aussi parce-que refrain, bien que tout simple, met tout de suite dans l'ambiance.

Autre anecdote pour la peine, peut-être plus intéressante. Tenez, vous savez ce que c'est, le lean ? Eh bien, sachez que Michael Jackson avait révélé son nouveau pas, justement dans ce clip, et que cela a surpris beaucoup de monde, sachant que cette innovation est impossible à faire, si l'on tient qu'au simple exploit physique.

Pendant 6 ans, le bonhomme a gardé son secret intact, avant que l'on comprenne, qu'en réalité, les danseurs étaient retenus dans ce même clip par un système de poulie incrusté dans les chaussure. Quand je vous dis que ce mec est extraordinaire, je n'invente rien.

 


Sur ce, je vous laisse savourer, et j'espère vous revoir d'ici peu, pour parler encore et encore des sujets qui nous passionnent. A pluch'.