Nouvelle série d'articles consacrés à mes visites en terre étrangère avec cette fois-ci une petite particularité, vu que je vais regrouper dans ces publications l'ensemble de mes pérégrinations en Terre Lego. Cela nous amènera donc à fouler tranquillement mais surement LEGOtham City, Lego Manhattan et Lego City - la capitale de ce monde tout en brique. Accompagné de toute une galerie de portraits et de lieux insolites qui m'auront marqué par leur histoire, leur caractère, leur singularité.

En introduction, j'aimerais saluer les équipes techniques en charge du bon fonctionnement du Portail Dimensionnel permettant l'accès au Lego World. Toujours à l'écoute, serviable et aimable au possible. Par contre d'un point de vue administratif elles sont extrêmement pointilleuses. Il n'est pas rare de devoir attendre plusieurs heures avant d'avoir son autorisation d'emprunter le passage technico-magique (Un passeport et une carte d'identité sont nécessaires. Un visa obligatoire pour les séjours de plus de 15 jours, ce qui ne fut jamais mon cas). Ajoutez à cela facile 2-3 heures dans une file d'attente toujours bondée (et parfois bruyante... Vive les enfants!).

Heureusement une fois passé le fameux portail tout devient plus simple, le naviport étant magistralement organisé il suffit de choisir son lieu de destination et un bus, un avion ou même quelques bateaux vous mèneront à bon port. Ce trajet est surtout l'occasion de s'acclimater à ce nouvel environnement et à votre nouveau corps, avouons le pas très ergonomique. L'effet reste toujours étrange, même après plusieurs voyages...

Question finance, le prix du passage est fixe, tout le monde paye la même somme (quelque soit votre taille, votre poids, votre âge etc...), je ne dévoilerai pas le montant par pudeur mais cela reste un coût certain. Auquel il faut ajouter le prix du trajet pour se rendre à l'Ambassade LEGO la plus proche de chez vous (pour ma part je m'y rends en train, payé en chèque-vacances...). Dernière précision - d'importance - vous n'avez droit qu'à une valise par personne et AUCUN élément organique en dehors de vous-même. Interdiction donc totale de faire passer des plantes, des animaux domestiques, de la nourriture, du liquide quel qu'il soit... Il est même vivement recommandé de se raser les cheveux avant la traversée ! Mais Ouf, cela ne reste que conseillé...

Voilà pour les formalités de voyage, il est grand temps d'entrer dans le vif du sujet!

Une Nuit à Gotham City

Mon premier voyage eut lieu en 2012, dans la cité du Caped Cruisader. Arrivé par avion depuis le naviport, je rejoignais via une navette ferroviaire subaquatique le centre-ville. La station de métro centrale servant de point de liaison entre la ligne directe de l'aéroport et le réseau souterrain du rail. Une autre solution pour rejoindre Gotham reste le bateau, le transport maritime restant de loin la plus grande ressource financière de l'agglomération. Le port Gothamien ne s'arrête jamais et grouille en permanence d'ouvriers, de voyageurs et de containers qui vont et viennent. Mais faire le trajet par la mer aurait pris bien trop de temps, surtout que le navire faisait escale dans d'autres lieux avant de rejoindre ma destination (dont Métropolis).

Ma première réaction à la sortie de la station de métro fut la sidération face à l'architecture de la ville. Partout des géants de métal qui semble s'être figé tels les malheureux dans les cendres du Vésuve à Pompéi. La sortie même de ladite station est en fait un de ces Titans soulevant une plaque, et qui lui donne l'allure d'un gardien des Enfers hurlant à la cantonade sa colère.

Et cette colère semble se noyer dans l'atmosphère ambiante... Gotham City n'usurpe pas sa réputation de ville la plus insécuritaire de son pays ! Partout des voyous, partout des cris provenant de ruelles toutes plus sombres les unes que les autres, partout les reflets bleus et rouges des sirènes de police... J'avoue ne pas avoir trainé des pieds pour rejoindre mon hôtel, qui se révéla bien plus loin que ne me l'avait laissé croire le plan de la ville (l'échelle 'à l'américaine' me prend toujours en défaut !). Un établissement hôtelier modeste mais faisant tout de même partie d'une chaîne internationale respectable pour ne pas tomber sur un taudis choisi à l'aveugle comme je pus le faire dans mes jeunes années de baroudeur (il faudra un jour que je vous parle de ce motel incroyable de Montréal... où les portes étaient montées à l'envers !!). Après m'être posé et reposé il était plus que temps de rejoindre mon rendez-vous, celui qui serait mon guide lors de cette nuit mouvementée. Il s'agissait d'un reporter de Métropolis qui avait gentiment accepté de m'épauler dans ma quête, à savoir bien sûr traquer, apercevoir et pourquoi pas rencontrer le Chevalier Noir.
Et c'est ainsi qu'en cette nuit de fin Juin 2012 je rencontrai Clark Kent devant l'entrée du zoo de Gotham.

À suivre lundi prochain si tout va bien ou en version complète et brute de pomme à cette adresse (très long à lire)