De BrokenElfen

Nous avons pris notre écharpe et
direction le continent gelé du Norfendre car c'est là-bas que la chasse
au Roi Liche occupe la plupart des joueurs à l'heure actuelle. Sur notre route, nous avons rencontré des drôles de gens. Ils sont organisés et
appartiennent à une communauté soudée et bonne vivante. Environ quatre
soirs par semaine, le clan s'élève contre les plus redoutables créatures qu'Azeroth ait porté. Avant de partir à la rencontre de ces guerriers
aux poils drus (pour ceux qui en ont), nous vous proposons de constater
en image ce que propose WoW aux plus téméraires de ses joueurs.

 

U S E L E S S contre Illidan
Hurlorage, le boss de fin du Temple Noir (The Burning Crusade) - Partie
01/02

 

U S E L E S S contre Illidan
Hurlorage, le boss de fin du Temple Noir (The Burning Crusade) - Partie
02/02

On le voit bien, vaincre le bestiau n'a pas été chose aisée. Sociopads a retrouvé ces guerriers, hors de l'arène afin de leur poser quelques
questions.
Alors messieurs dames, what is your profession ?

 

Guilde U S E L E S S - EU - Sargeras

Sociopads : On se demande parfois qui joue à World of Warcaft.
Alors, qui sont les Useless dans la vie réelle ?

Useless : La guilde a été créée par un groupe d'amis lors d'une
LAN chez notre GM . Elle comptabilise aujourd'hui
60 membres plus ou moins actifs avec une moyenne d'âge avoisinant les
24-25 ans. La majorité des membres travaillent, le reste étant des
étudiants et des personnes qui cherchent du travail. Concernant les
demoiselles, il y en a toujours eu très peu.

S : Les mauvaises langues supposent que les femmes incarnent
principalement des personnages de soutien, les soigneurs, ce qui d'une
certaine façon, les inscrit dans les stéréotypes sociaux bien réels.
Qu'en pensez-vous ? Qu'en est-il au sein de la guilde ?

U : Et bien c'est la première fois que j'entends parler de ça, je
pense que les soigneurs hommes chez nous vont mal le prendre ;). En y
réfléchissant bien, au sein de la guilde il n'y a pas eu beaucoup de
filles qui jouaient cette classe. Je n'en compte même que 2.... Les
mauvaises langues se trompent !

S : Question fondamentale : pourquoi avoir rejoint la Horde et
non l'Alliance ?

U : A la base, les créateurs de la guilde jouaient sur des
serveurs différents coté Alliance. Ils ont voulu se rassembler sur un
seul et même serveur et c'est donc tout naturellement qu'ils ont décidé
d'explorer la Horde qui semblait plus charismatique. Ceci pour avoir une autre vision du jeu et jouer de nouvelles races.

S : Jouez-vous à d'autres jeux vidéo ?
U : Oui, je peux vous citer des jeux comme : Call of Duty 6,
Battlefield : Bad Company 2, Heroes of Newerth, Left 4 Dead, etc . Je
peux même vous surprendre en vous disant que quelques uns des créateurs
de la guilde jouaient à Counter-Strike à un très haut niveau avant de se lancer dans WoW.

S : Vous sentez-vous aussi inutiles que le laisse entendre
votre dénomination ?

U : Alors pour la petite histoire il faut savoir que la première
classe que notre cher GM, Varagh, a joué lors de cette fameuse LAN était : le rogue (voleur). Or ses amis et coéquipiers, à l'époque, lui
répétaient sans cesse que c'était une classe complètement « useless »
puisqu'à l'époque, le voleur n'était pas vraiment une classe aussi
performante qu'elle ne l'est aujourd'hui (si ce n'était en PVP). Et
lorsqu'ils ont dû entrer un nom de guilde, c'est tout naturellement que
le mot « useless » est sorti des bouches dans un éclat de rire général.
Le nom de cette guilde montre bien sa physionomie !

S : La guilde a été crée en 2005 et jouit depuis ce moment
d'une forte volonté à explorer le contenu PvE, c'est-à-dire, la guilde
affrontant de redoutables adversaires dans des donjons fermés (i.e.
Illidan). Comment se sont déroulés les premiers recrutements ?

U : Alors quand tout a commencé, tout n'était pas rose, loin de
là. A l'époque les raids se composaient de 40 personnes et quand vous
n'êtes pas connu et que vous n'avez aucune réputation sur un serveur,
c'est difficile de trouver des gens « stables ». Notre premier objectif
quand nous avons créé la guilde, c'était de faire le premier donjon
disponible à 40 personnes : « Le Cœur du Magma (Molten Core) ». Mais
comment faire quand on n'a que 15 ou 20 membres ? Il a fallu, au fil des mois, recruter et faire des alliances avec d'autres guildes pour nous
permettre d'avancer dans ce donjon et d'arriver au bout. Une fois ce
donjon terminé, nous sommes passés au suivant, à savoir « Le Repaire de
l'Aile Noire (Blackwing Lair) ». A partir de ce moment, le recrutement
était un peu plus simple puisque nous venions de finir entièrement le
Cœur du Magma. De fil en aiguille, notre réputation a commencé à croître grâce à notre formidable ambiance et notre niveau de jeu qui augmentait sans cesse.

S : On voit que sur la vidéo, la guilde était établie sur le
serveur Ysondre à l'époque. Vous avez récemment décidé de migrer sur
Sargeras, pour quelles raisons ?

U : Tout d'abord il faut savoir qu'il s'agit de notre 2ème
migration. En effet, la guilde est née sur le serveur Archimonde, fin
Juin 2005. Mais les files d'attente interminables, le lag et tous les
problèmes qui en découlent ont fait que Blizzard avait mis en place des
migrations gratuites pour désengorger le serveur. Nous avons donc
atterri sur le serveur Ysondre.
Malheureusement au bout de presque 4 ans de bons et loyaux
services, il est arrivé à peu prés la même chose sur ce serveur, surtout le lag énorme nous empêchant de jouer correctement. C'est pour cela
qu'une fois les migrations ouvertes, et après avoir demandé l'avis de
tous les membres, nous n'avons pas hésité à nous installer sur Sargeras.

S : Ces fameux donjons de raid nécessitent une préparation
méticuleuse. Comment se déroule-t-elle chez Useless ?

U : Tous les membres ont l'obligation de venir avec leurs
consommables (potions, flasques, ...) afin d'optimiser le raid au maximum. C'est quelque chose de très important qu'on n'hésite pas à pénaliser,
surtout s'il s'agit d'un nouveau boss sur lequel on doit passer
plusieurs heures.
Les métiers sont également importants puisqu'ils ajoutent des
bonus différents non négligeables en raid. Par exemple les métiers
d'enchanteur et de joaillier permettent d'améliorer durablement notre
équipement. Chaque métier à ses avantages.
Une fois dans le raid, le Raid Leader nous explique la stratégie,
ça peut durer 10-15 minutes voir plus suivant la difficulté.
Généralement on ne pioche pas la strat à l'avance par respect pour ceux
qui veulent découvrir le combat, nous n'aimons pas le « spoil ». Bien
sûr, on ne peut pas empêcher les membres d'aller voir comment ça se
passe, mais ceux-ci ne dévoilent rien le moment venu.

S : L'affrontement contre Illidan marquait à l'époque, le point culminant du PvE de l'extension The Burning Crusade. Ce boss vous
a-t-il demandé une préparation spécifique ?

U : De mémoire il n'y a pas eu de préparation spécifique, mais
comme pour tout boss de fin d'instance, on sait que ça va être plus dur
et que la moindre erreur peut être fatale. Pour Illidan, la phase 2
était vraiment intense, il fallait que chaque personne fasse preuve de
discipline pour ne pas avorter l'essai en cours. Illidan n'est cependant pas le boss le plus dur qu'on ait combattu, d'autres ont demandé une
préparation bien plus rigoureuse mais globalement, l'attention et la
concentration doivent être amplifiées. Je dirais que c'est le travail de groupe qui prime. Il faut se donner à 200%.

S : Il vous en a fait baver ce bonhomme hein ? Allez, avouez,
le cri de victoire à la fin en témoigne !

U : Oui, on a passé de longues soirées dessus, comme je l'ai dis
précédemment les boss de fin d'instance nous donnent plus de fil à
retordre que les autres. On se donne donc à fond. Généralement
l'ambiance est détendue mais on reste tout de même concentrés un maximum pendant le combat. Alors vous pouvez imaginer la délivrance et les cris de joie qui en découlent au bout de longues minutes d'acharnement. Ceci dit je pense que nous avons crié plus fort que ça, sur les down de
M'uru et de C'thun.

S : Les raids nécessitent-ils un véritable travail de groupe ?
U : Chaque membre a une part de responsabilité au sein du raid. Le travail de groupe est primordial. J'entends par là la communication, le respect et l'entente entre les personnes (il se peut qu'il y ait des
petites mésententes quelquefois mais ça fait partie de la vie), le
respect des règles, la volonté d'atteindre le but que l'on s'est fixé...
Comme on dit : l'union fait la force, et il n'y a pas de « chacun
pour soi » les soirs de raid. Je ne dis pas que ça a été facile tous les jours, des coups de gueule il y en a eu, mais ça nous permet d'avancer. Nous essayons de recruter des gens qui savent s'intégrer à une
communauté, des gens agréables. Ceci permet une meilleure cohésion au
sein d'une classe et cela se ressent dans le jeu (confiance, attribution des rôles, ...), ça permet d'avancer plus vite et dans une meilleure
ambiance.
Pour ce qui est du combat en lui-même, nous arrivons sur un boss
inconnu, nous nous cassons les dents dessus en essayant de savoir ce que fait tel ou tel sort, ce qui le déclenche etc... Après la soirée nous
débriefons entre officiers pour décider de la stratégie à adopter, de ce qu'il faut changer et nous appliquons cela dès la deuxième soirée, et
ainsi de suite jusqu'à ce qu'il tombe.

S : On remarque que de nombreuses indications ponctuant
l'affrontement (parasites, flammes infernales, etc.) sont obtenues par
l'intermédiaire de logiciels tiers. Ces informations ne facilitent-elles pas la rencontre au point de « gâcher » le plaisir de vaincre l'ennemi
par soi-même ?

U : Aujourd'hui, ces logiciels communément appelés Addons, et en
l'occurrence ici un « BossMod », font parti intégrante de la vie de WoW. Evidemment ça facilite la rencontre mais pas au point de gâcher la
victoire. Il faut être autant concentré.
D'ailleurs on demande à tous les membres d'installer un « BossMod
». Je pense qu'il serait très difficile de jouer sans cet outil depuis
The Burning Crusade.

S : Qu'est-ce qui vous motive à aller aussi loin dans le jeu ?
U : Atteindre les objectifs que l'on s'est fixé, se prouver qu'on
peut le faire et revivre les instants de joies. On fait tout ça à notre
rythme, on n'a jamais été à fond dans la compétition. On joue avant tout pour nous. Évidemment c'est toujours plaisant de se voir en haut d'un
classement, de créer une saine émulation et de se dire qu'on n'est pas
si mauvais tout compte fait !

S : Lorsqu'on regarde la partie « recrutement » de votre site,
on a l'impression qu'il faut sacrément s'y connaître pour avoir
l'honneur de vous rejoindre !

U : Je ne sais pas si c'est un honneur de nous rejoindre mais oui, il serait impossible de recruter quelqu'un qui n'a aucune connaissance
de sa classe et des instances. Il en va de même pour toutes les guildes à la recherche du joueur d'exception ou du surhomme comme on dit par chez nous.
Par ailleurs, on attache aussi beaucoup d'importance à
l'intégration de la personne au sein de la guilde ainsi qu'à sa
motivation. Le coté social est primordiale.

S : WoW, c'est un peu comme la vie ?
U : Oui, au niveau social surtout je pense. C'est un jeu
collaboratif donc autant se faire des amis et intégrer une guilde si on
veut avancer. Comme dit plus haut, une cohésion est nécessaire pour
avancer dans de bonnes conditions.
La bonne humeur et la bonne entente sont nos leitmotivs. Il n'est
pas toujours facile de respecter ces deux points essentiels mais on fait tout ce qu'on peut pour y arriver. Tout n'est pas toujours rose comme
c'est le cas dans chaque communauté mais globalement ça se passe très
bien. Les conflits sont réglés rapidement bien qu'ils soient plus rares
depuis un bon moment, tant mieux !
Après il ne faut pas oublier que WoW reste un jeu avant tout.


S : Comment voyez-vous le futur des Useless ? Et celui de WoW plus généralement ?

U : En ce qui concerne la guilde, nous continuerons de jouer à
Cataclysme et nous essayerons
toujours de préserver notre esprit et nos performances. J'espère que la
guilde continuera d'exister comme elle l'a fait jusqu'à présent pour
ainsi continuer à avancer ensemble dans le contenu proposé. Nous avons
subit plusieurs coups durs tout au long de ces années et nous nous
sommes relevés à chaque fois, gageons que ça dure :-D
En ce qui concerne WoW, le jeu tend de plus en plus vers un public plus « casual » depuis la fin de WoW Vanilla (farming simplifié,
instances plus faciles excepté Sunwell Plateau mais c'était dans des
circonstances particulières) ce qui n'est pas du goût de tout le monde,
il devient trop simpliste et nous sommes souvent nostalgiques. Mais nous espérons quand même qu'il y aura du challenge à Cataclysme, le
background et le lore s'y prêtent bien, pourvu qu'ils exploitent bien
cela et nous fassent crier de joie à nouveau.

S : Un dernier mot ?
U : Je dois aller manger...et sinon un tout grand merci à Sociopads
pour l'intérêt porté à notre égard ainsi qu'une bonne continuation, et
longue vie à WoW ! Bisous !

Merci à toute la guilde d'avoir bien voulu répondre à nos questions. On
leur souhaite une bonne continuation et nous espérons que cet article
aura pu vous éclairer davantage sur la réalité du gameplay offert par ce titre et développé par les joueurs. Bon jeu à tous

L'article est visible sur notre site à cette adresse.