Bonjour tout le monde,

Pour ce nouveau post, c'est
moi David (l'un des deux fondateurs de Zallag) qui prend la plume. Pour ceux
qui ont pu lire quelques planches de notre BD « Beyond Pixelz », vous
devriez me connaître sous les traits d'un certain ours...

Aujourd'hui nous avons
décidé de revenir sur un jeu SuperNes « Street Racer ». Développé par
Vivid Image pour UbiSoft, ce jeu de course a marqué mon enfance de joueur de
manière indélébile. Il possède encore une place très particulière dans mon
cœur. L'envie de lui donner une suite « spirituelle » est d'ailleurs
à l'origine des 2 premiers jeux édités par Zallag « Crazy
Racers WiiWare/PC » et « Carzy Arenas WiiWare/PC ». C'est
pourquoi je me permettrai de comparer ces jeux dans le descriptif qui suit de
Street Racer. D'ailleurs, je m'attarderai quasiment uniquement sur la version
SuperNes. Je préfère parler de ce que je connais vraiment ;-)


Le concept

Street Racer est un jeu de
courses sorti à l'origine sur Super Nintendo. Il est apparu en 1994, soit
environ 2 ans après le 1er Mario Kart. Concrètement il se joue de la
même façon que le soft de Nintendo et utilise le même rendu graphique (Mode 7). 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mode_7

La différence majeure
provient de petites subtilités de gameplay et du ton global. En effet, Street
Racer s'avère plus adulte tant au niveau des personnages, de leurs capacités et
des décors. Il n'en est pas pour autant un jeu ultra violent et malsain.  Il s'impose juste comme un titre moins
« kikinou » que pouvait l'être Mario Kart. Tout n'est pas rose et les
pilotes sont clairement là pour gagner.

Cela peut paraître anodin
et pourtant à l'époque de sa sortie, j'étais adolescent. Mario Kart ne m'avait
pas intéressé outre mesure à cause de son style trop « clean ». Par
contre, Street Racer m'a immédiatement accroché.

  

 

Avec Crazy
Racers et Crazy Arenas, nous voulions rendre hommage à cette série en reprenant
quelques mécaniques du genre. Par contre nous avons voulu « rénover »
le gameplay en tenant compte des contrôles spécifiques du PC et de la Wii.
C'est pourquoi vous devez conduire et viser en même temps (gameplay d'un FPS
finalement). Cela permet de mettre plus l'accent sur l'action et le côté shoot.

Les personnages

Ils  sont au nombre de 8 et peuvent donner des
coups à droite ou à gauche. Ils possèdent surtout 2 capacités spéciales plus leur
propre véhicule. Ces 8 pilotes sont classés suivant 5 critères :

·                Accélération

·                Vitesse de pointe

·                Direction

·                Attaque

·                Défense

 

nt: 0cm; line-height: normal; text-align: center;"> 

 

Hodja Nasreddin - Vieux magicien
turc âgé de plus de 400 ans.

 1° Sa voiture se
transforme en tapis volant.

 2° Il devient tout électrique.

 Idéal pour les joueurs
novices (bonne accélération et tourne facilement)

Frank Instein - Mélange de Hulk et Frankenstein.
1° L'arrière de sa voiture effraye les autres concurrents.
2° Sa voiture vole grâce à des ailes de chauve-souris.
Assez intéressant à la base, il possède néanmoins une pointe de vitesse beaucoup trop basse. 

Suzulu - Sorcière vaudou
africaine.
1° La voiture profite d'un
boost temporaire.
2° Des lances apparaissent
de chaque côté de la voiture.
Pour les joueurs agressifs. 

Biff - Jeune sportif
américain de 19 ans qui ne sort jamais sans sa batte de baseball.
1° Les roues de sa voiture
grossissent et poussent les concurrents qui le collent de trop prêt.
2° Turbo temporaire.
Bonne accélération et très
bonne capacité offensive.

Raphael - Caricature du
play-boy italien avec sa voiture de sport rouge et ses lunettes de soleil.
1° Un super klaxon
repousse les adversaires.
2° Un turbo booste
temporairement le moteur.
A réserver aux joueurs
avertis car même si très rapide, il accélère lentement et tourne mal.

Surf - Surfeuse
australienne qui n'est pas sans rappeler Pamela Anderson et Barbie au volant de
sa voiture rose bonbon
1° A l'instar de Biff, les
roues de sa voiture se gonflent.
2° L'arrière de la voiture
semble attirer les autres concurrents (je n'ai jamais réellement compris
l'intérêt de ce pouvoir).
Une conductrice parfaite
pour les joueurs novices comme Hodja, même si ce dernier s'avère finalement
plus intéressant.
 

Helmut von Pointenegger -
Un ancien pilote de la Luftwaffe qui a participé à la Première Guerre mondiale
1° Son véhicule se met à
voler comme l'avion du baron noir.
2° Des disqueuses
apparaissent de chaque côté de la voiture.
A réserver aux joueurs qui
n'attaquent pas.

Sumo-San - Un sumo
japonais venu du futur
1° Capacité électrique
comme Hodja.
2° Super saut avec attaque
à 4 mains (vous ne rêvez pas !).
Mon personnage préféré.
Bien complet, il permet de couper les trajectoires et sa capacité électrique
donne un petit boost.

Rabbit - Personnage secret
du jeu.
Même si j'ai complètement
retourné Street Racer, je ne l'ai jamais vu 
L 

Les personnages sont donc
très variés même si finalement ils partagent des capacités communes. Ces
spécificités s'avèrent rapidement essentielles pour gagner car ici il ne faut
pas compter sur des bonus à récupérer sur la piste pour gagner. Au mieux, vous
obtiendrez des « turbos ».

 

Dans Crazy Racers et Crazy Arenas, nous avons souhaité ce même côté « casting international ». C'est pour cela que vous pouvez jouer avec des pilotes originaires de : France + Etats-Unis + Mexique + Angleterre + Japon + Russie.

   

Les courses

8 personnages se tirent la
bourre sur plusieurs championnats. Les circuits se situent dans les pays de
chaque pilote (3 chacun). Pour gagner, il faut être capable de jongler avec les
capacités de son pilote, les éléments à collecter en course et les points bonus
distribués à l'issu de chaque épreuve. Nous avons déjà parlé des spécificités
de chacun des conducteurs mais pas des 2 autres points, c'est donc le
moment 
J

>Eléments à collecter
en course :
Durant la course, il est
possible de collecter quelques items qui peuvent avoir un impact immédiat sur
le jeu. Ceux-ci sont très peu nombreux contrairement à Mario Kart.

Les clefs à molette =
Permettent de réparer son véhicule avant qu'il n'explose.
Les turbos = Accélération
temporaire.
Les étoiles = Pas d'impact
immédiat mais très important.

>Points bonus
distribués à l'issu de chaque épreuve :
Après chaque course, un
classement apparaît à l'écran. Suivant sa position, on obtient plus au moins de
points. Rien de très original ;-)
Par contre, des points
bonus sont attribués. Ces derniers peuvent changer énormément le classement
général.

·                Meilleur attaquant

·                Pas touché pendant la
course

·                Meilleur tour en course

·                Celui qui a ramassé le
plus d'étoiles

Cette petite idée peut
agacer certains mais d'autres adorent. Personnellement, j'adorais. Cela permet
notamment de récompenser des performances autres que le simple classement en
fin de course. Particulièrement amusant quand on joue avec amis !


Nous avons
souhaité reprendre cette idée tout en prenant en compte les critiques. C'est
pourquoi dans Crazy Racers :
1° Même avec
tous les points bonus, il est difficile de rattraper les points attribués au 1er.
2° On peut
jouer avec ou sans ces points bonus.

 

Les modes annexes

Jouable seul ou à
plusieurs, ils ont réellement un intérêt en multi. A seul on tourne très
rapidement en rond. Après tout, ce ne sont que des modes bonus. On n'achetait pas
Street Racer pour jouer à ces modes en priorité.

>Rumble (chacun pour sa
peau)
Tous les pilotes sont
réunis sur une plateforme protégée par des petits murets destructibles. Il faut
pousser les autres contre les parois afin qu'ils tombent dans le vide. Le
dernier en piste gagne. A noter que suivant le niveau de difficulté, les murets
sont plus au moins friables.


>Soccer (football)
Enfermé dans une arène
plus ou moins carré, il faut pousser un ballon dans une cage de football. Cette
dernière est protégée par une barre qui se déplace automatique de droite à
gauche. Chacun joue pour lui et le ballon a la fâcheuse tendance à rebondir
abusivement.


Ces 2 jeux bonus ne sont
finalement pas très amusants (pas du tout même pour le football). Personnellement,
j'aurai préféré plus de persos ou de circuits à la place de ces 2 modes bonus.

En tout cas,
ces modes et ceux de Mario Kart nous ont donné envie de faire un jeu spécifique
avec uniquement des mini-jeux pour le multi. C'est la raison d'être de Crazy
Arenas. Surtout qu'on ne pouvait pas tout mettre dans un seul WiiWare
(limitation de poids) ou alors en réduisant à fond. Donc contrairement à Crazy
Racers, Crazy Arenas est totalement orienté multi. Mécontent de la partie
« football » de Street Racer, nous avons opté pour du hockey sur
glace en 2vs2. Contrairement au ballon, le palet ne rebondit pas n'importe
comment. On joue plus avec les côtés un peu comme au squash. Pour le clin
d'œil, la barre des cages a été remplacée par un pingouin.
 

Avis général

Street Racer fait partie de ces rares jeux 16bits que je peux ressortir
régulièrement et qui me procure encore du plaisir. Il est loin d'être parfait,
cependant je le trouve bien plus fin au niveau de la conduite que Mario Kart
SNES. En outre, on ne peut pas compter sur des bonus de dernière minute pour
changer complètement le classement quelques secondes avant la fin.

Plus exigeant en solo, il prend tout son sens en multi. Je me rappelle
encore du jour où un copain l'a ramené avec le Multitap de la SuperNes. On
pouvait jouer à 4 en même temps sur un seul écran ! Dire que maintenant
tout est fait pour le multi online. Rare sont les jeux en écran splitté 
L



Pour aller plus loin

Un long reportage en 4 parties et en français :
http://www.youtube.com/watch?v=REOyQXm00aI
http://www.youtube.com/watch?v=j0ISel_WQU4&feature=related
http://www.youtube.com/watch?v=OrnoeM9Mi-I&feature=related
http://www.youtube.com/watch?v=dxeZuc7DOUo&feature=related

Si vous n'avez pas la possibilité de jouer
à ce jeu mythique, je ne peux que vous conseiller de tester Crazy Arenas et
Crazy Racers (PC ou WiiWare). Je fais un peu de pub pour Zallag, mais personne ne le fera à
notre place ;-)

 

@+

La team Zallag