Si vous êtes un féru de rock,
hard rock ou metal, ou même seulement amateur, le terme de « Progressif »vous dit quelque chose. Pour les ignorants, le terme « progressif » à
la suite de rock ou metal, ne désigne pas un style musical où le volume sonore augmente sans cesse tout au long de
la chanson. Non fort heureusement pour nous et surtout pour nos oreilles. Ce n'est
pas non plus un style consistant à ajouter les instruments à la suite, comme c'est
le cas dans l'intro de « Smoke on the Water » des Deep Purple. Non
plus.

« Progressif » est le
résultat d'une mauvaise traduction de l'anglais « progressive »,
signifiant normalement « progressiste ». Et là, tout devient clair.

Dans le genre « rock/metal
progressif » il y a un groupe qui a su marqué par son talent, son
originalité et ses innovations musicales. Il s'agit des « Dream Theater ». Et pour cause, le groupe abritait deux -
maintenant plus qu'un - virtuoses : John Petrucci - génie de la guitare aux
trois participations au G3 - et Mike Portnoy. Ce dernier est le batteur de l'ensemble.

Et quel batteur...

 

 

 

Mike Portnoy, c'est l'une des
évolutions ultimes du batteur de rock. Puissant, véloce et précis. Un concentré
de désynchronisation cérébrale au service du rythme.

 

 

Comme vous pouvez le voir, Mike
Portnoy utilise un kit très spécifique de batterie, en général composé de deux
caisses claires, trois grosses caisses, et surtout d'une impressionnante armada
de cymbales.

Pour le plaisir des yeux et des
oreilles, voici donc une troisième et dernière video :

 

 

SinShaark