Hello tous,

Voilà le test de Dead Island, jeu que j'ai trouvé assez sympa, mais qui n'a pas réussi à me captiver sur la durée. Le concept "Moi vois, moi tape, moi (re)tue", je trouve ça un peu limité. Reste que ça ne m'empêche pas de reconnaître les qualités d'un titre plus étonnant que je le pensais. La suite, si elle doit exister, risque d'être passionnante pour peu que la trame scénaristique soit mieux travaillée et que les développeurs parviennent à gommer la répétitivité des missions qui vient un peu gâcher le plaisir dans cet opus.

Des zombies au paradis 

Passé du statut de titre quelconque à celui d'énorme buzz sur la toile voici quelques mois grâce à un trailer particulièrement bien pensé, Dead Island a finalement pointé le bout de son nez sur consoles et sur PC. Pour un résultat plutôt mitigé à l'arrivée: FPS axé corps-à-corps mâtiné d'une jouabilité bac-à-sable empruntée aux MMORPG, le jeu de Techland témoigne, certes, d'un réel savoir-faire et d'une belle efficacité. Mais a-t-il les moyens de captiver le joueur sur la durée?

Le trailer de Dead Island a fait l'effet d'une bombe sur le web voici quelques mois. Subtil mélange de violence et de poésie qui est sans doute pour beaucoup dans le succès du titre aujourd'hui.

Mais que s'est-il passé sur cette île paradisiaque du bout du monde? Par un beau matin ensoleillé, tout a basculé. Des cadavres jonchent les couloirs des hôtels en bord de plage, l'enfer est venu prendre la place des journées de farniente auxquelles les touristes voulaient se consacrer. Les quelques survivants sont terrés dans des chambres, des annexes, des structures ultra-protégées. Car dehors, le danger rôde, partout. Désormais, l'île de rêve est devenue celle du cauchemar. Les zombies sont partout, ils sont prêts à fondre sur les proies innocentes qui essayent de trouver un moyen de s'enfuir.

Un FPS au corps-à-corps

Cliquez pour agrandir l'image

Récupérez des missions, accomplissez les et gagnez des points d'expérience pour continuer à progresser. Recette simple, efficace et éprouvée. Mais un peu lassante à la longue. 

Dead Island ne fait pas dans la finesse, il n'amène pas son sujet en posant un background dense et travaillé. Ici, le joueur prend le contrôle d'un survivant alors que le monde a déjà basculé. Le concept est simple, voire simpliste: après avoir choisi son héros parmi quatre personnages, l'on se retrouve confronté à une jouabilité typée "bac-à-sable" assez classique. Le joueur récupère une quête chez un personnage non jouable, puis se charge de l'accomplir en évoluant en terre hostile. Chercher de l'essence, aller à la rencontre d'un contact, trouver un objet quelconque... Les missions ne constituent guère plus qu'un prétexte pour s'en aller tâter du zombie. Car c'est bien ici que Dead Island puise son intérêt: le jeu de Techland détourne le concept de first person shooting pour amener celui qui s'y adonne à multiplier les corps-à-corps sanglants. Les armes à distance sont rares, alors c'est à coup de couteau, de hache ou de pagaie, entre autres armes de poing, que l'on défend surtout sa vie. Plaisant, c'est indéniable. Et particulièrement sanglant, aussi. (...)

 

Le test complet sur : http://www.dna.fr/fr/les-plus-multimedia/jeux-videos/index.html