Hello tous,

Et une nouvelle rubrique, une, que j'alimenterai cependant de manière sporadique, au fil de mes voyages et des bons plans que j'aurai pu identifier durant ces pérégrinations. Aujourd'hui, pour voyager, il faut en effet souvent disposer d'un budget assez conséquent, a fortiori si votre objectif est de fouler des terres lointaines. Mais ce n'est pas une fatalité : en cherchant un peu, il est souvent possible de trouver de quoi partir à petit prix. Et si ne vous savez pas trop où regarder, je me propose de vous prendre par la main et de vous guider.

Bien évidemment, chacun de ces posts sera participatif : si vous avez connaissez d'une autre astuce (testée et validée, s'il vous plaît!) pour faire des économies sur la destination évoquée, n'hésitez surtout pas à me laisser un commentaire ou un petit message privé : je mettrai l'article à jour dans la foulée.

Pour commencer, bien évidemment, je vais tenter de vous démontrer qu'un voyage au japon n'est pas nécessairement synonyme de pâtes et de riz pendant six mois à la maison. Enfin, ici encore, tout est relatif, mais sachez que passer une semaine là-bas pour un millier d'euros, c'est envisageable. Après, je décline toute responsabilité quant aux emplettes optionnelles que vous consentirez à Akihabara. Lors de mon premier passage là-bas, j'avais lâché 2000 euros rien que pour ça...

 

1. Le billet d'avion

Commençons par la base. Si vous avez en tête de voyager à petit prix, la recherche commence ici. Car si vous n'y prenez garde, vous allez très facilement atteindre 1000 à 1500 euros rien que pour ce poste de dépense. Or, il existe de bonnes affaires en la matière.

Préalablement, sachez également - c'est une évidence, mais il n'est pas inutile de le rappeler - que les prix de ces billets varient fortement selon que l'on soit en période de vacances scolaires ou non. Les enseignants et les parents partiront donc désavantagés dans cette course aux petits prix, mais qu'ils se rassurent : il y a moyen, même pour eux, de faire des économies substantielles en suivant les conseils ci-dessous.

La première étape de vos recherches devra nécessairement passer par les sites des grandes compagnies aériennes assurant la liaison. En effet, de manière totalement aléatoire, celles-ci peuvent proposer des réductions conséquentes sur les tarifs des vols directs vers Tokyo, notamment. Il y a trois ans, à l'occasion de l'anniversaire d'une compagnie, j'avais ainsi pu trouver un vol direct Paris-Tokyo pour 450 euros. C'est le tarif le plus intéressant que j'ai pu avoir sur cette destination, à ces conditions précises de vol et avec une compagnie de bonne qualité. Mais bon, je parle ici d'un coup de chance. Reste qu'il n'est pas inutile de tenter ce coup de poker avant de se rabattre sur la voie normale.

La voie normale, en l'occurrence, ce sont les comparateurs de prix web. Privilégiez les sites compilant les offres de vols des différentes compagnies pour faire votre recherche, et n'hésitez pas à en utiliser plusieurs, les prix pouvant varier de l'un à l'autre en fonction des frais appliqués au dossier et au vol. J'utilise le plus souvent www.boursedesvols.com, mais il m'est déjà arrivé de trouver de bons tarifs sur www.opodo.fr, www.lastminute.com ou le compilateur www.prixdesvoyages.com.

Ce que vous cherchez, c'est un vol avec escale. Les vols directs sont plus onéreux, et pour cause : vous arriverez bien moins fourbu après un vol unique que suite à un voyage au gré de deux avions et trois aéroports. Mais bon, voyager à petit prix a ses impondérables.

Statistiques sorties du site www.prixdesvoyages.com le 28/11/2012


Lors de vos recherches, considérez que vous avez un bon tarif si votre billet tourne aux alentours de 600 euros toutes taxes incluses (rajoutez une centaine d'euros pour les périodes de congés scolaires), sachant qu'il n'est pas impossible de trouver des offres aux alentours de 500 euros. Faites preuve, si vous tombez sur ce type d'offre, d'un peu de circonspection : vérifiez la compagnie qui assure le vol (j'en profite pour dire que les compagnies russes comme Aeroflot, qui proposent de tout petits prix, sont fiables, mais souvent inconfortables. La liste des compagnies interdites en Europe est  disponible à l'adresse http://ec.europa.eu/transport/modes/air/safety/air-ban/doc/list_fr.pdf) et surtout assurez-vous que les escales ne sont pas trop longues, ni trop courtes ! Moins de deux heures, et vous risquez de rater la correspondance pour peu que le vol prenne du retard. Plus de cinq heures, et vous maudirez l'aéroport dans lequel vous êtes bloqué. Je parle en expert : les deux situations me sont arrivées, se soldant pour la première par une trentaine d'heures coincé à Dubai et pour l'autre par une crise de nerfs en plein coeur de l'aéroport de Londres.

20 heures d'attente à Moscou avec ce billet premier prix d'Aeroflot. Pas forcément très intéressant... 


Une dernière chose est à prendre en compte, éventuellement, dans les horaires que vous prendrez : à votre arrivée au Japon, vous risquez d'être vite épuisés, décalage horaire oblige. Essayez donc d'atterrir en fin d'après-midi ou en début de soirée, pour pouvoir aller directement vous coucher après avoir mangé. Vous serez frais comme des gardons le lendemain matin (vers 3h du matin, donc, vous comprendrez de quoi je parle une fois là-bas...)

 

II. L'hébergement sur place

Le Japon est comme l'Europe, en termes de prix. Ne vous attendez donc pas à faire des miracles sur ce poste budgétaire. Encore que... Même en écartant les capsule hôtels (vraiment peu confortables et pas si économiques que ça, d'ailleurs), il est possible de trouver de très, très bonnes affaires en fouillant un peu sur le web. Et ne vous faites pas trop de mouron si vous prenez des hotels bas de gamme : très majoritairement, la qualité des prestations est bonne. Et s'il y a un problème d'hygiène, c'est qu'il vient des gaïjins, le plus souvent...

Ici encore, les comparateurs de prix seront vos amis. Du moins pour les couples (ou les duos de potes très, très proches), les chambres d'hôtel étant vraiment beaucoup plus avantageuses en étant prises à deux. Pour ma part, j'utilise le plus souvent le site www.hotels.com, qui propose des remises allant jusqu'à 50% du prix de la chambre sur des hôtels de bonne qualité. Un bon plan très concret, c'est la chaîne des hôtels "Prince", pour ceux qui ont un peu de budget. Comptez 60 à 90 euros la nuit pour deux, ce qui revient à 30 à 45 euros la nuit par personne (avec promo). Sept nuits sur place, avec la bonne promotion qui va bien - j'ai regardé, il n'y a pas de - 50% en ce moment, hélas - et vous vous en tirez à 210 - 220 euros par personne, pour des prestations d'excellente qualité.

Mon coup de coeur ? Le Shinagawa Prince Hôtel, certes un peu excentré, est une petite merveille à un prix très abordable, et il propose en bonus un bar terrasse avec vue sur tout Tokyo. Epatant le soir. A titre de comparaison, un hôtel de ce standing ne serait pas accessible à moins de 200 euros la nuit en France.

Si vous partez seul, l'affaire se corse un peu, mais reste tout-à-fait possible. Je vous file ici mon plan perso pour avoir un pied-à-terre propre, familial et pas cher, au beau milieu du quartier de Minami-Senju (à quelques pâtés de maison de Ueno et Akihabara) : l'hôtel Juyoh (http://www.juyoh.co.jp/). Les tarifs sont dégressifs, allant de 3200 yen la nuit à 2700 yen la nuit à partir de 8 nuits. Le change n'est actuellement pas très favorable aux Français, mais cela représente grosso modo 27 à 32 euros la nuit, pour une chambre solo. Les chambres sont simples - un futon sur un tatami -, les toilettes et les douches sont à l'étage, mais l'hygiène est impeccable et l'esprit familial du lieu très sympa. En prime, ils font tourner une bonne vieille PS2 le soir à l'entrée pour des tournois de PES ou de SF2. Gamer friendly.

Pour ceux qui ont envie de bouger un peu, sachez que les tarifs baissent en dehors de Tokyo, à l'exception des ryokans avec onsen. Si vous avez envie de vous offrir une belle soirée dans un de ces établissements, ne commettez surtout pas l'erreur de prendre les premiers prix : ils sont médiocres. Comptez donc au minimum 150 euros par personne par nuit pour une telle expérience, sachant que le dîner (cuisine traditionnelle japonaise en général, assez surprenante) et le petit-déjeuner sont inclus dans le tarif. Si vous voulez trouver votre bonheur (qui pour moi passe par Hakone et des bains en extérieur), le site http://www.ryokan.or.jp/ est fait pour vous. Mais là, et sans même compter le billet de train pour rejoindre votre destination, vous exploserez votre budget de 1000 euros !

 

III. Les déplacements

Un truc à savoir en allant à Tokyo, d'ailleurs, c'est que les déplacements sont assez onéreux. Si le réseau du métro tokyoïte est très dense (plusieurs compagnies se répatissent le gâteau), le prix des billets est variable selon la distance que vous souhaitez parcourir. Comptez au minimum 130 yen, tandis que les destinations les plus éloignées sont à plus de 1000 yen (mais on parle, là, de trajets de plus d'une heure, l'équivalent des RER parisiens). Essayez donc, si vous avez peu de budget, de concentrer vos activités et vos envies de visites en fonction des zones où vous allez. L'un dans l'autre, en vous débrouillant bien, vous dépenserez moins de cinq euros par jour sur ce poste.

Si vous décidez de sortir de Tokyo (pour aller aux onsens, notamment), c'est une autre histoire. Le prix des billets de train est souvent très élevé au Japon. La meilleure chose à faire consiste donc à prendre un JR Pass, qui vous donne accès à la plupart des lignes. Il existe à présent des variantes tarifaires en fonction des zones que vous souhaitez visiter, mais le JR Pass classique et complet est à 265 euros pour 7 jours, et à prendre impérativement AVANT de partir au Japon. Plus d'infos sur http://www.jr-pass.fr/tarifs.php, puisque ce n'est pas notre sujet aujourd'hui. Ici encore, on dépassera largement le budget de 1000 euros avec cette option.

 

IV. La restauration

Comme en Europe, il y en a pour toutes les bourses. Mais à Tokyo, il y en a même pour ceux qui n'ont plus un yen. N'escomptez pas manger du boeuf de Kobé si vous souhaitez tenir votre budget, la moindre assiette est à 10 000 yen. En revanche, les sushis peuvent tomber à 100 ou 200 yen la paire (et le poisson proposé n'est pas radioactif, soyez rassurés), tandis que les yakitori (les brochettes) sont considérées là-bas comme le plat du pauvre. Une orgie de yakitori à 10 euros dans les ruelles de Shinjuku ? C'est possible ! Et surtout, n'allez pas croire que l'allure parfois peu engageante de certains spots soit rédhibitoire: regardez  à l'intérieur et s'il y a des Japonais en nombre, c'est que le restaurant est recommandable. C'est aussi bête que ça...

Il existe d'autres solutions pour manger encore moins cher. La première, c'est les chaînes du type Yoshinoya (ou, pour un budget un peu supérieur, les Pepper Lunch, MAJ). Vous y mangerez très bien pour moins de 500 yen. La deuxième, c'est de se rabattre sur un combini (les chaînes de mini-marchés du genre 7/11): vous y trouverez des bentô pour moins de 500 yens également. Enfin, il existe une astuce ultime pour le crevard fini : les grands supermarchés (en général, ceux qui sont sous terre) proposent le soir à leurs clients de déguster les produits du jour invendus, à l'oeil. Vous pouvez y faire votre repas de la journée.

V. Le bilan

Vous avez peut-être déjà pris votre calculette, mais nous y sommes. Avec un billet d'avion à 550-600 euros, un hébergement à 27 euros la nuit (sur six nuits, dirons-nous) et un budget nourriture qu'on évaluera ici à 10-15 euros par jour sur 7 jours, nous oscillons entre 817 et 867 euros pour la semaine. Ce qui laisse une petite marge pour des dépenses un peu moins chiches et pour les déplacements dans Tokyo. Sachez également que je n'ai pas inclus ici la boisson, partant du principe qu'il est possible de vivre avec juste de l'eau. Mais je mets ma main à couper que si vous allez là-bas, la bière et le saké constitueront un petit budget !

Pour la petite anecdote, j'ai rencontré à Tokyo, il y a deux ans, des Belges qui disposaient de 200 euros en tout et pour tout pour tenir un mois dans la capitale du Japon (hébergement non comprs). Ils y sont arrivés en utilisant les astuces que j'ai évoquées plus haut, mais m'ont confié regretter ne pas pouvoir profiter davantage de la ville. D'où mon dernier conseil : si vous décidez de tenter l'aventure, pensez quand même à emmener un peu d'argent de poche avec vous pour profiter des charmes de cette mégalopole incroyable. Bon voyage !

Petite question subsidiaire, à laquelle vous pouvez également répondre en comm ou en MP : si d'aventure je monte un voyage à Tokyo pour la fin mars - début avril 2013, y a-t-il des amateurs pour se joindre à moi ? Je vous mets sur les rails une fois là-bas, et puis vous faites ce que vous voulez de votre séjour...