Pour ce nouveau billet du journal d'un mémoire, je souhaitais vous parler d'une lecture. En effet, tout mémoire nécessite des lectures variées. De l'article de blog à l'étude universitaire, il est parfois nécessaire de compiler les références pour bien aborder une question et proposer une réflexion pertinente. Pour ce mémoire sur les fanfictions de Wakfu, j'ai déjà relevé plusieurs ouvrages sur les fanfictions, la création transmédia mais également des ouvrages de théorie littéraire plus généraux. Le livre d'aujourd'hui fait parti de cette dernière catégorie, il s'agit de La Théorie littéraire des mondes possibles, un livre édité par CNRS éditions comprenant des textes réunis et présentés par François Lavocat (professeur de littérature comparée à l'Université Paris 7).

La Théorie littéraire des mondes possibles

Voici donc le premier livre réellement acheté par mes soins pour mener à bien ce mémoire de seconde année de Lettre Modernes. Je dis "réellement acheté" car j'ai déjà évoqué précédemment le livre Boldly writing de Joan Marie Verba. Livre libre de droit, trouvable en format .epub sur Internet (1). Mais revenons à ce livre qui se présente comme une compilation d'articles sur ce thème des "mondes possibles" en littérature. La quatrième de couverture le précise, il s'agit du "premier ouvrage de référence en français sur la théorie des mondes possibles appliquée à la littérature, dans une perspective diachronique large". Dès la lecture de l'avant-propos, cette assertion est confirmée. Comme souvent, les études littéraires dépassant le cadre strict de la littérature (ici en allant du côté des sciences, là-bas en allant du côté des jeux vidéo) sont relativement ignorées en France. Une auteure comme Anne-Marie Ryan n'est pas encore traduite en français, on pense à son ouvrage de référence : Possible Worlds, Artificial Intelligence and Narrative Theory (2). Encore et toujours à l'étranger, la Suède proposa en 1986 un colloque (3) tentant une synthèse des avancées sur les mondes possibles en littérature.

Quel est le rapport des mondes possibles à la science ? Que signifie "les mondes possibles en littérature" ? Je vais tenter d'apporter quelques réponses, sachant que je suis actuellement depuis deux jours en pleine lecture de cet ouvrage qui n'est pas toujours très aisé. Il faut donc du temps pour lire et assimiler les théories avancées. Tout d'abord, l'origine des mondes possibles semble provenir de Leibniz et plus précisément de la troisième partie de son livre La Théodicée (4). En évoquant le rêve de Théodore, prêtre de Delphes, ce dernier affirme que les mondes possibles sont les chambres-bibliothèques d'une pyramide infinie qui contient toutes les variantes de la vie de Sextus Tarquinus s'il avait choisi d'écouter le conseil de Jupiter de renoncer au trône.

Essai de Théodicée, de Leibniz

Ainsi, comme on peut le lire dans le chapitre I de l'ouvrage, "cette séduisante fiction corrobore l'intuition commune selon laquelle le monde aurait pu être différent, à des degrés variables, de ce qu'il est, qu'un petit événement aurait pu changer les cours des choses". L'exemple du film d'Alain Resnais, Smoking/No Smoking, joue énormément sur cet aspect des possibles. Il s'agissait alors de présenter une série de personnages dans un petit village de Yorkshire et de montrer aux spectateurs plusieurs versions de leur vie.

Smoking/No Smoking, d'Alain Resnais

Trois conceptions des mondes possibles dominent actuellement. Tentons de les résumer. D'un côté, on trouve Lucia Vaina qui pense que le texte est un "monde textualisé" qui est ainsi "composé de sous-mondes textualisés (qui sont les différents états de l'action)". De l'autre, Umberto Eco évoque une vision différente de Vaina en pensant que les mondes possibles ne sont pas des textes mais sont "générés par le texte". Enfin, troisième voie, Thomas Pavel, Marie-Laure Ryan et Lubomir Dolezel pensent eux que "les mondes possibles sont les univers de référence construits par les textes fictionnels".

Je pense que dans le cas d'un univers transmédia comme Wakfu, on assiste surtout à un univers fictionnel, un monde possible (avec ses lois, ses règles) qui est généré comme dirait Eco par différents médias. De la bandes dessinées au dessin animé jusqu'aux écrits officieux des fans. Le problème d'un univers transmédia, c'est qu'il ne peut se résumer exclusivement à du texte et que de ce fait il échappe en partie à la théorie littéraire des mondes possibles. Il n'est pas seulement généré par de l'écrit.

Différentes notions émergent à propos des mondes possibles, des notions qui cherchent à définir des types de fiction. Certains parlent de "faction" qui serait, selon les anglo-saxons, une sorte d'auto-fiction, de docu-fiction où l'on projette deux mondes avec "la particularité qu'il est difficile, voir impossible de les distinguer; la relation qui les lie existe mais elle est dissimulée" (5). D'autres mentionnent la "fiction autonome", "par "fiction autonome", nous entendons une œuvre qui contient tous les éléments nécessaires au déroulement de sa fabula et dont la cohérence et l'interprétation ne dépendent pas de la mise en relation avec d'autres mondes" (6).

Certains théoriciens évoquent des degrés d'autonomie d'un monde fictionnel. Pensent qu'un manque d'autonomie provoque un déficit de narrativité. C'est le cas du jeu en ligne Second Life. Seulement, un univers comme Wakfu, qui est pourtant un jeu en ligne avec des avatars pour matérialiser les joueurs, a la particularité d'être généré par l'écrit, l'image et de manière permanente, 24h/24, par le jeu lui-même qui reproduit un monde avec ses nations et ses habitants qui les peuplent de manière aléatoire.

Image extraite du jeu Second Life

Les textes sont clairement dépendants par rapport à l'univers vidéoludique de Wakfu. Ils génèrent l'univers fictionnel mais ne sont pas les seuls à le faire et surtout ne sont pas nécessaires. Le jeu en ligne est l'ossature de l'univers, les textes (officieux et officiels) ne font qu'apporter des éclairages, enrichissent un récit, une base qui vit d'elle-même (scripts des développeurs) et des mouvements et actions des joueurs via leurs avatars.

Je ne fais que débuter cette lecture et j'essaie tout d'abord de comprendre ces théories sur les mondes possibles en littérature avant de les raccorder à un univers transmédia comme Wakfu. Néanmoins, il est déjà possible de caractériser dans un tel univers des fictions selon différents genres. Dans La Théorie littéraire des mondes possibles, on évoque trois genres de la fiction.

  • Fiction alternative : comprenant allégories, factions, contrefactuels, utopies, mondes virtuels
  • Fiction autonome : fictions monocentrées, polycentrées
  • Transfiction (suites, continuations/ parodies, pastiches / adaptations/ fictions métaleptiques

Selon cette classification, on peut déjà reconnaître un entremêlement de genres à l'intérieur de l'univers transmédia Wakfu. Par exemple, le MMORPG Wakfu est une fiction autonome. Elle existe par elle-même, pour elle-même, même si ses principes d'enrichissement se basent à la fois sur de l'aléatoire (action des joueurs) et du prédéfini (scripts). Il serait d'ailleurs intéressant de se demander quelle est la part d'aléatoire dans les actions du joueur. Le jeu Wakfu correspond à la définition de la fiction autonome (voir plus haut (6)).

Seulement, comme il s'agit d'un "monde virtuel informatique", le jeu Wakfu rentre aussi dans le cadre de la fiction alternative. On trouve dans le jeu la porosité évoquée par l'essai entre le monde réel et le monde fictif (certains joueurs parlent comme s'ils étaient leur avatar, d'autres parlent en tant qu'humain et non plus en tant que personnage de fiction), la relation interactive entre ces deux mondes : "Les mondes virtuels informatiques n'effacent pas la frontière entre fiction et réalité, mais rendent celle-ci particulièrement poreuse. La relation qui les lie organise maintes intersections et chevauchements entre les deux mondes. On la qualifiera d'interactive." (7). Ainsi, le jeu Wakfu est à la fois fiction autonome (du point de vue de la fabula) et fiction alternative (du fait de son interaction entre le réel et la fiction). On voit bien à quel point un jeu en ligne comme celui-ci, qui s'inscrit dans un univers transmédia plus vaste, dépasse en complexité un jeu comme Second Life.

Autour de cette fiction autonome, et alternative, on observe dans les fanfictions et les écrits officiels (bds, comics, mangas) des transfictions. Certains fanfictions imaginent, par exemple, la troisième saison (non prévue encore sous la forme d'un dessin animé mais plutôt d'un manga) du dessin animé Wakfu. Comme il s'agit de suites, ce sont des transfictions. Les fans inventent ce que seraient les aventures de Yugo et de sa bande après la fin de la saison 2 (8).

Je vais en rester là pour le moment. Il y a encore à creuser dans ce livre passionnant. Il semble clair que l'univers transmédia de Wakfu dépasse le cadre strict des théories littéraires des mondes possibles, mais je reste persuadé que certains éléments peuvent éclairer à la compréhension de ce monde fictionnel.

N'hésitez pas à commenter cet article. Tout regard extérieur m'aidera dans la réalisation de ce mémoire.

 


 

(1) http://www.ftlpublications.com/bw.htm, page consultée le 22/10/2012

(2) Possible Worlds, Artificial Intelligence and Narrative Theory, Anne-Marie, Ryan

(3) Possible Worlds in Humanities, Arts and Science, Edition Walter de Gruyter, Collectif

(4) Essais de Théodicée sur la bonté de Dieu, la liberté de l'homme et l'origine du mal, Flammarion, Philosophie, Gottfried Wilhelm Leibniz.

(5) La Théorie littéraire des mondes possibles, CNRS éditions, Collectif, p.30

(6) La Théorie littéraire des mondes possibles, CNRS éditions, Collectif, p.34

(7) La Théorie littéraire des mondes possibles, CNRS éditions, Collectif, p.31

(8) Wakfu saison 3 de Bihanpoudec, http://www.wakfu.com/fr/forum/81-fan-fictions/240178-wakfu-saison-3, page consultée le 22/10/2012

 

L'article d'origine : http://www.levelfive.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=247:reflexions-journal-dun-memoire--lecture-la-theorie-litteraire-des-mondes-possibles&catid=35:reflexions&Itemid=29

Suivez-nous sur Twitter : https://twitter.com/#!/alfouxlf

Rejoignez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Levelfivefr-Chroniques-vid%C3%A9oludiques/121393444645752