Zelda The wind waker est l'épisode le plus controversé de cette légendaire saga. Pourtant très en vogue à l'époque, la plastique cartoon suscita un rejet irrationnel de la part d'une catégorie de joueurs. Ce surprenant désaveu touchera au plus profond de leur chair les créatifs de la Zelda Team. Toutefois, la tendance aux réadaptations HD leur permettra sûrement de prendre leur revanche sur cette vieille polémique, non sans éveiller les craintes, encore présentes parmi quelques membres de l'équipe vedette de Nintendo, d'un nouveau fiasco médiatique,.
 
Dans les colonnes du site Wired, le chef de projet Eiji Aonuma s'épanche sur les difficultés qui ont émaillé cette production à haut risque. Initialement, ce sont les volets consensuels Twilight Princess et Skyward Sword qui ont d'abord été inventoriés. Mais leur représentation visuelle "semi-réaliste" n'a pas produit des résultats satisfaisants aux yeux de la Zelda Team. Les essais d'embellissement HD avec The Wind Waker ont apporté des résultats heureux, pas sans provoquer une certaine frilosité : "lorsque j'ai soumis cette proposition à l'équipe, il y a eu beaucoup de résistance" témoigne Aonuma.
 
Effectivement, le souvenir du démêlé avec une catégorie de joueurs est encore vif dans l'esprit de la ZT : "Ah, ce Link. Les joueurs ne l'apprécient pas". Mais c'est un tout autre son de cloche en provenance de l'équipe américaine qui fera pencher la balance en faveur de cet opus : "en discutant avec nos homologues américains  nous nous sommes rendu compte que la réception n'avait pas été aussi négative" à la grande satisfaction du directeur de ce projet.
 
Pour ce dernier, la prise de risque est moins élevée qu'il y a dix ans : "quand nous avons présenté Wind Waker habillé de ce style graphique, cela a provoqué une levée de boucliers chez les joueurs" en raison de son caractère novateur. Cependant : "cela fait plus une décennie maintenant, les sensibilités d'aujourd'hui embrasseront avec plus de facilité le design cartoon".