Paramount n'en finit plus de balancer des images de Tintin, même si la plupart des scènes sont issus des autres. Néamoins, ce trailer donne plus de détails, et promet franchement un bien beau film, surtout que les critiques françaises sont tombés et parlent tout simplement d'un vrai "Indiana Jones 4", et d'un respect de l'ouvre originale assez bluffant. Petit aperçu des critiques françaises (via filmsactu):

PREMIERE

On n'est pas forcément sûr de tenir ici le chef d'œuvre de son auteur, mais on se retrouve clairement face à l'expression la plus limpide, la plus évidente, de son cinéma. Parce que la plus libre, jusqu'à présent.

LE FIGARO

On pousse finalement un grand ouf de soulagement. Tintin, le globe-trotter bondissant né en 1929 de la main d'Hergé, renaît sous les pixels du troisième millénaire.Tintin, nouvel avatar pour les futures générations de 7 à 77 ans, est toujours aussi rapide, curieux, enthousiaste, reporter dans l'âme. Et il a beau recoiffer sa houppette au début du film, elle rebique immédiatement au premier souffle d'aventure.

TELERAMA

Passée la surprise, passé le temps d'acclimatation, cette vision n'a rien de déplaisant : ce Tintin-là n'est pas l'imposteur aperçu dans les quelques films tournés jadis en prises de vues réelles ; il n'est pas non plus ce double grossièrement animé des séries télé des années 90. Ce Tintin-là convainc, au même titre que le capitaine Haddock, qu'il rencontre bientôt dans une cabine du Karaboudjan, navire dont ils sont tous deux prisonniers.

L'EXPRESS

On sent toute l'affection qu'il (Steven Spielberg) porte à ses personnages, exploitant leurs faiblesses, comme le penchant pour la picole de Haddock qu'il rend presque lyrique. Cette aventure exaltante, c'est un fragment d'enfance que l'on vient de nous rendre.