Ouverture
d'une nouvelle catégorie pour présenter mes tests déjà mise en
ligne sur Gameblog. A vrai dire, écrire des tests est comme un rêve
d'enfant qui se réalise mais je n'ai pas le temps et l'argent pour
jouer à des centaines de titres. J'essaie tout de même de vous
pondre des tests digne de ce nom.

Plus
on est de fou, plus on rit!

Extrait :

« Toi, le pas-doué-du pad! Mais toi aussi, le
mauvais-en-jeu-de-course! Ainsi que toi, l'homme aux deux mains
gauche! Viens essayer Mario Kart Wii avec ce volant en plastique! Pas
de prise de tête, tu maintiens 2 et tu fais comme si tu t'y croyais,
ou presque. »

Il faut l'avouer, même si cela déplait
aux fans de la première heure et aux HaarrddCoore gamers, le jeu
préfère rallier tout le monde. Certes, le principe de Mario Kart
n'a guère changé : il faut arriver premier quelque soit les moyens!
Peaux de bananes, étoile, carapaces, ... tout les coups sont permit!
Là où, à l'époque de Super Mario Kart, la technique primait avant
tout. Ici, sur Wii, la chance a vraiment son mot à dire, même s'il
reste quand même possible de garder la tête.

Et les moins doués sortant de
l'expérience online deMario Kart DS seront aux anges : même si beaucoup de lettres de
menaces ont dû être lancés, il n'y a plus de snaking!
Le snakingest une technique existant depuis Mario Kart Double Dash (sisi!)
permettant aux plus doués d'effectués des dérapages accélérés
en permanence, même en ligne droite. Autant dire que sur DS, si vous
ne maitrisiez pas cette technique, vous pouviez toujours rêver
d'arriver dans les premiers.

Bref, vous l'aurez compris : vous avez
toutes vos chances. Vos carapaces bleue ont une chance de toucher ce
maudit premier de la course, vous permettant de vous hisser en haut
du classement.

Voir l'intégralité du test.

 

Mon
premier test écrit sur Gameblog, j'ai un peu essayer d'innover avec
une présentation original. Exit l'intro-développement-conclusion,
j'ai opté pour un dialogue imaginaire entre un type qui se croit
drôle et un autre plus sérieux. J'avais pas de vrai fil directeur
mais le but étant de passer en revus tout ce que propose le jeu.
Ceci dit, le dernier paragraphe sert de pseudo-conclusion avec le mot
clé à retenir de Mario Kart Wii : le fun!

Pour les intéressés, j'ai fais quelques vidéos de gameplay à cette adresse. Pour ToS 2 et SMG 2, je n'en ai pas encore fait mais ce n'est que partie remise.


"You
pick the wrong guy to mess up with" (Lloyd)

Extrait :

Le scénario est la
magie qui permet de rendre les cauchemards réalité.

Le jeu commence donc deux ans après
les événements du premier ToS. Sylvarant et Tethe'halla sont enfin
réuni à l'aide du nouvel arbre à mana. Mais cela a aussi permit de
raviver des anciens conflits.

Dès les premières minutes du jeu, la
ville natal de Emil est à feu et à sang... Et le responsable de ce
massacre semble être Lloyd, le héros du premier ToS. Emil, garçon
timide et réservé, se voit rejeté de la communauté à cause de sa
haine envers "Lloyd the great". Par une suite d'évènements, le
jeune garçon est poussé à faire un pacte avec un esprit soi-disant
'maléfique' afin de protéger Marta, une jeune fille souhaitant
réssuciter ce même esprit : Ratatosk. Malheureusement, c'est le but
inverse de Lloyd et de d'autres antagonistes, les deux enfants se
retrouvent alors livrés à eux-mêmes pour réveiller Ratatos afin
de lui demander de restaurer le mana. Allez les enfants,
allons sauver le monde!
Oui, le monde.

Un air de déjà-vu...

Etant donné que vous vous baladez dans
le même univers que dans le premier ToS, mise à part quelques
endroits, tout les donjons et villes que vous visiterez sont
les même
que dans le précédent opus, y comprit les
énigmes! Tous identique!

Voir l'intégralité du test.

 

Un
second test plus sérieux mais en gardant un peu la même idée que
précédemment. Je reprend une intro-développement-conclusion comme
tout le monde mais en rajoutant pour chaque paragraphe un mot/phrase
clé qui apparaît en gras, juste histoire qu'on retienne quelque
chose. Je me suis un peu calmé avec mes liens, le but étant surtout
de rester plus sérieux afin de prouver que ce jeu ne vaut rien par
rapport au premier tales of symphonia.

Le
deuxième tome d'un conte de fée

Extrait :

Comme
beaucoup de joueurs, j'ai eu peur. Peur de voir un SMG
1.5
en voyant les premières images du
titre. Je me demandais « Qu'ont-ils
bien inventer de plus que le premier?
 ».
J'avais entendu parler de l'absence totale de scénario, et c'est
alors que je pensais jouer qu'à une série de niveaux sans
transition...

On a
beau m'avoir fait penser que le scénario est un vide intersidérale,
le jeu a réussi à me plonger dans l'ambiance dès l'ouverture. Uneambiance féérique dans
lequel le gentil finira toujours par triompher du méchant. Très
cliché donc, il n'en faut pas plus pour un joueur pour développer
un Mario.

On ne se
lasse pas en jouant à SMG 2. Le plaisir de collecter ces étoiles
brillantes ravira votre côté hardcore. Personnellement, j'ai plus
de mérite de gagner ces étoiles pleines d'espoirs que d'avoir des
trophées/succès à foison et, dans le fond, inutile. Collecter les
108 étoiles avant d'arriver jusqu'au boss final m'a pris unequinzaine d'heures. Une quinzaine
d'heure de plaisir sans lassitude, je n'ai même pas vu le temps
passer! J'imagine que le faire en rushant (sans prendre son temps à
tout récupérer) devrait prendre une dizaine d'heure. Mais ce serait
une erreur de s'arrêter là. Parce que le titre va plus loin.
D'autres niveaux sont disponible derrière! J'ai finis le jeu en
entier avec toutes les étoiles en un peu moins d'une trentaine
d'heures sans s'aider d'internet. Et même maintenant, j'ai encore
envie de le recommencer.

Voir l'intégralité du test.

 

Mon
dernier test pondu. Encore plus sérieux, je reprend une présentation
comme au lycée en trois parties distinct. D'ailleurs, je n'ai jamais
réussi à avoir plus de 10/20 à cette époque parce que ma partie
thèse et Antithèse faisait toujours dix fois plus que la
Synthèse... Bon Dieu! Je n'ai jamais compris comment ça marche même
maintenant! Du coup, j'adapte avec une première partie 'oui', une
partie 'oui (nuancé)' et une dernière 'non (nuancé)'. Ah, pourquoi
n'ai-je jamais pensé à faire ça pour la philo?

Bref,
ceux qui ont le courage de tout lire, vous me direz quelle style de
présentation vous préférez. Pour ma part, j'ai tendance à changer
un petit peu à chaque fois. Je suis du genre toujours insatisfait.

D'ailleurs,
je m'excuse si ma grammaire est tout sauf irréprochable. J'ai beau
me relire, je ne garantie pas écrire comme un écrivain.

Sur ce... A une prochaine fois.

Hakayami