Bonsoir.

 

 

 

C’est le moment où tout le monde fait des bilans donc j’ai un peu envie d’y participer aussi. Par contre, banni ou non, je ne comptais pas prendre part à la version “officielle” cette année, donc pour continuer sur ma lancée de l’an dernier, je vous laisse carrément imaginer mes réponses !

 

En vrai je suis juste ici pour dire que j’avais raison :3

Et attention c’est pas un retour sur mes attentes de 2018 (chose que j’avais fait avant même qu’on nous le demande, d’ailleurs B)), même si c’est évident que là aussi j’avais tellement raison que c’en est presque douloureux.

Pardon, j’ai pas l’habitude que les trucs que j’aime soient à ce point populaires !

 

C’est pas non plus pour enfoncer le clou sur le fait que la communauté Gamer avait bel et bien un problème d’extrémisation qui arrive sérieusement en France sans que les équipes de modération soient suffisamment informées et préparées (voire dans certains cas prêtes à faire le moindre effort) pour le gérer.

Non, je suis là pour parler d’Ubisoft, pour changer.

 

*Happy New Year’s Yves*

*Happy New Year’s Yves*

 

Et parce que tout le monde est capable de faire 15 pages de textes pour au final ne rien dire, je vais tenter de faire simple.

 

 

En octobre de l’an dernier, je postais ce texte en réponse à la sortie d’ACObis et quelques réactions de la presse et des joueurs. En gros, ces derniers disaient que les critiques des microtransactions étaient infondées parce qu’eux n’avaient pas ressenti le besoin de les acheter ou d’y résister. Je disais que c’était une manière de penser complètement absurde.

 

Depuis, quasiment tout le monde a oublié ou abandonné ACObis (pas moi tho, nvr frgt), et Ubisoft a continué d’être Ubisoft. Jusqu’à la sortie de GR Wildlands 2.

C’est établi que Wildlands 2 a été très mal reçu par les critiques et les joueurs (à part venant d’un ex-Ubisoft évidemment). D’une part parce qu’ils ont à priori fait pire que le premier, mais aussi à cause de microtransactions abusives.

 

Et c’était tellement violent qu’Ubisoft a réagi à tout ça : en promettant “d’écouter” les joueurs, de corriger le jeu, mais aussi en repoussant les jeux de 2020 afin d’y porter plus d’attention et d’éviter d’en faire des copier/coller (chose que la presse et certains joueurs n’osaient toujours pas admettre, mais on était beaucoup à avoir raison sur la "formule Ubisoft"). Ce qui n'est pas rien.

 

Je pourrais me contenter d’un “Je vous l’avais bien dit, tendez leur la main et les éditeurs mangeront toute votre famille !” mais ça serait un peu dommage de se limiter à ça. Parce qu’au delà du fait que ça reproduit le schéma Assassin’s Creed où les joueurs ont mis beaucoup trop de temps pour arriver à la même conclusion que moi, ce genre de trucs a des conséquences réelles sur la vie des développeurs.

 

Et encore, dans le cas d’Ubisoft, ils sont relativement chanceux dans le sens où ils perdent seulement leurs bonus et doivent maintenant corriger les problèmes qui sont survenus à causes des décisions que les gens au dessus d’eux ont pris. Parce que contrairement à de nombreux studio de JV, eux peuvent garder leur boulot. Au hasard, Telltale, et la conséquence d’une direction qui décide de reproduire à l’infini un schéma qui a fonctionné une fois (et je dis pas seulement ça parce qu’à l’époque je râlais en disant qu’il fallait se calmer sur la réception positive et les awards de TWD S1 ^^). C'est un déroulement qu'on revoit sans cesse : dès qu'une formule fonctionne, les éditeurs / décideurs vont tenter de l'exploiter jusqu'à ce que le public en ait marre et regrette d'avoir participé à son succès. Après quoi les développeurs seront toujours ceux qui en subiront les conséquences, jamais les éditeurs et ceux à la tête des studios.

 

On l’apprenait encore récemment avec l’annulation du Watchdogs développé en parallèle à Legion jeu d’Ubi Montréal, où la personne dit carrément avoir de la chance d’être dans une position où après avoir bossé 3 ans pour rien sur un jeu, ils peuvent en choisir un autre.

 

Maintenant, c’est impossible de savoir si cette annulation a un lien avec le changement potentiel de stratégie d’Ubisoft. C’est possible, mais d’un autre côté, des dizaines de relativement gros projets dont on ne connaîtra jamais l’existence sont surement annulés chaque année pour diverses raisons.

 

Ce qui est sûr c’est qu’au moins trois jeux ont été repoussé en réponse au fait qu’Ubisoft sortait des jeux trop rapidement avec peu d’attention portée sur la qualité finale du produit. En tant que joueurs, ces reports sont évidemment positifs, et ils ne seraient jamais arrivés si toutes les critiques des jeux Ubisoft se limitaient à “c’est pas parfait mais moi ça me va donc arrêtez de nous empêcher d’aimer” ou assimilé. Un comportement que j’ai souvent qualifié d'égoïste, j’espère qu’avoir un aperçu des conséquences aidera à comprendre pourquoi.

 

Au passage, je suis très déçu qu'un mauvais jeu mal reçu au point qu'Ubisoft promette de faire plus d'efforts et de sortir de meilleurs jeux soit moins un bide qui vous fait plaisir qu'un service qui ne vous concerne absolument pas et qui n'aurait rien changé à votre façon de jouer.
Avoir de potentielement meilleurs jeux ? Non !
L'échec d'un service qui aurait pu ouvrir le JV à des populations qui ne jouent pas / ne peuvent pas jouer ? Youpi !

Je vais mettre ça sur le dos qu'on oublie toujours les jeux Ubisoft 2 mois après leur sortie (ce qui leur a bien servi quand ils sortaient le même jeu tous les an !) alors que Stadia est tout récent...

 

 

Et enfin, comme c’est une période de fête, je vais quand même de finir sur un petit point positif, en nous remémorant un bon souvenir des ces dernières années :)

 

 

(parce que là aussi j'avais raison hihi)

 

Et je me dois aussi de remercier les quelques personnes qui m'ont mentionné dans leurs Krevawards, ça me fait tout chaud dans le coeur. Mais bon il faut voir le bon côté des choses, depuis que je suis fait ban, l'ambiance s'est clairement améliorée :)